Pages de données



Retour à la page principale

ANRIQUES, Mathieu Décès : après 1762 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE
Profession : Témoin à Carcassonne en 1762
Ne signe pas.

Retour à la page principale

ANRIQUES, Pierre Baptême : avant 1723 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Décès : après 1762 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Ne signe pas.
Famille ANRIQUES - VASSAL
Mariage : avant 1742 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Acte à rechercher.
VASSAL, Françoise Baptême : avant 1726 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Acte à rechercher.
Décès : avant 1762 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Acte à rechercher.
L'enfant du couple ANRIQUES - VASSAL 
ANRIQUES, Charles
× 1762 MONTAGUT, Anne (320-5.3)
°avant 1742 Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin - †après 1813 Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE

Retour à la page principale

MONTAUD, Guillaume Naissance : avant 1702 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE
Profession : cardeur
Famille MONTAUD - ANSEGNIER
 
ANSEGNIER, Marguerite Naissance : avant 1705 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE
L'enfant du couple MONTAUD - ANSEGNIER 
MONTAUD, MarieNaissance : 3 mai 1722 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE
Baptême : 4 mai 1722 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin
Parrain : Jean Fonrouge, signe
Marraine : Marie Isaac, signe
Décès : 19 septembre 1811 11:0 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,dans la maison de son fils carré du ci-devant Carmes, âge : 87
veuve de Pierre PUJOL, embriseur de laine, native de Carcassonne
Archives de l'Aude en ligne P. 39/257 - acte N° 73

Retour à la page principale

      |-----BORDENOVE, Guillaume (Sosa 12152) 
|-----BORDENOVE, Domenge (Sosa 6076)
|-----MONTESTRUGE, Marie (Sosa 12153)
BORDENOVE, George (6076-4)
      |-----LABARRE, George (Sosa 11912) 
|-----LABARRE, Anthoinette (Sosa 6077)
|-----BLANCARDE, Marthe (Martre) (Sosa 11913)
Naissance : avant 1632 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
Décès : entre 1676 et 1720 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
Profession : jardinier de Montpellier
Délaissement de biens: 13 août 1667 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
AD34 II E 56/408 f° 334 - Montpellier actes divers - Source : Ghislaine Seguinot
A Montpellier, le 13 août 1667, Marie PÉLIGARDE, vefve de Domenge BORDENOVE, vivant Me jardinier dudit Montpellier d'une part,
et George et Jean BORDENOVE, fraires, neveus dudit feu BORDENOVE faisant tant pour eux que pour Paul BORDENOVE, leur fraire absant, auquel promettent de faire ratiffier le présent contract, en cas de besoin, à peyne de tous despans, domages et inthérests, en leur propre d'autre,
lesquelles parties, scachans ledit feu Domenge BORDENOVE avoir par son testament retteneu par moy notaire le 8/1/1660, fait ladite PÉLIGARDE usufruictuaire de tous ses biens tant meubles que immeubles, pour en jouir pandant sa vie, et outre ce, luy avoit légué la somme de 600 Livres et auroit fait ses héritiers universels et généraux lesdits George, Jean et Paul BORDENOVE, ses neveux, et seroit décédé en ceste vollonté, despuis lequel décès ladite PÉLIGARDE auroit jouy desdits biens.
Et désirans lesdits BORDENOVE prandre la jouissance des biens immeubles auroint prié, requis ladite PÉLIGARDE de leur en faire délaissement, avec offre de luy faire une pantion. A quoy ladite PÉLIGARDE auroit incliné.
A ceste cauze, ladite PÉLIGARDE, de son gred, a ceddé, remis et délaissé ausdits George, Jean et Paul BORDENOVE, fraires, ledit Paul absant, mais lesdits George et Jean icy présans, stipullans et acceptans, tant pour eux que pour leurdit fraire,
scavoir est tous et chacuns lesdits biens immeubles délaissés par ledit feu Domenge BORDENOVE, à la rézerve de la maison scittuée aux faux bourgs de St Jaume de ceste ville, dont ladite PÉLIGARDE jouira pendant sa vie,
et le restant desdits biens immeubles comme champs, vignes et ollivettes seront jouis par lesdits BORDENOVE à compter de ce jourd'huy, et en pourront faire le partage entre eux et en disposer dès maintenant tant en la vie qu'en la mort, se despartant ladite PÉLIGARDE de l'usufruit qu'elle a sur iceux,
et ce, soubs ceste condition que lesdits BORDENOVE seront teneus de luy payer solidairement l'un pour l'autre la pantion que s'ensuit :
scavoir 6 cestiers bleds moitié touzelle et moitié fromant,
plus un demy muid vin rouge
et un cartal huille,
laquelle pantion ils luy payeront pandant sa vie, et arach de tine, et l'huille au moulin, a commancer la présent année aux prochaines récoltes dudit vin et dudit huille, et le bled à la feste de la Magdelaine à commancer à la Magdelaine prochaine,
et sera criblé à 2 cribles, se rézervant ladite PÉLIGARDE de pouvoir dispozer à la fin de ses jours à ladite somme de 600 Livres dudit légat, et autres ippotèques qu'elle a sur les biens de sondit mary, en faveur de quy bon luy semblera.
Seront teneus lesdits BORDENOVE de payer à l'advenir leurs tailles et charges des biens à eux délaissés, lesquels ladite PÉLIGARDE leur baille quittes des arrérages desdites tailles et charges despuis le déceds dudit feu BORDENOVE, jusques au jour présent.
La présente année lesdits BORDENOVE payeront lesdites tailles et leur appartiendront à l'advenir les intérests de la somme de 600 Livres quy estoit deu audit deffunt par FAVIE, lequel debte ladite PÉLIGARDE leur remet aussy à la charge qu'ils liquideront à leur despans les différans quy pourront intervenir à raison dudit debte.
Et pour tout ce dessus observer, lesdites parties ont respectivement obligé tous leurs biens ...
Faict et récitté audit Montpellier et boutique de moy notaire. Présents : Clémans AMYE et Jean Jacques NOGUIER, praticiens dudit Montpellier signés, lesdites parties ont dit ne scavoir signer, et de moy Jean AMYER, nottaire royal dudit Montpellier, soubsigné.
Cession de pièce: 21 mai 1669 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,chez Me Jean AMYER notaire royal de Montpellier
Le 21 mai 1669, advant midy, Marie PÉLIGARDE, vefve de Domenge BORDENOVE, vivant jardinier dudit Montpellier, dune part,
ET George BORDENOVE et Magdelaine BARBAROTTE, vefve et héritière de Jean BORDENOVE, faizant tant pour eux que pour et au nom de Paul BORDENOVE absant, lesdits BORDENOVE nepveux dudit feu Domenge d'autre,
promettant ledit George BORDENOVE et ladite BARBAROTTE se faire advocat audit Paul BORDENOVE, à peyne de tous despans, domages et inthérests en leur propre.
Lesquelles parties, scachant par contrat retteneu par moy notaire le 13/8/1667 ladite PÉLIGARDE avoir fait délaissement auxdits BORDENOVES de tous et chascungs les biens délaissés par ledit feu Domenge BORDENOVE, son mary, dont elle estoit usufructuairesse pandant sa vie par le testamant d'icelluy,
et s'estre despartie de l'usufruit desdits biens, à la rézerve de la maison scittuée audit faux bourgs St Jaume de ceste ville, moyenant une pantion annuelle pendant sa vie de 6 cestiers bled moitié touzelle et moitié fromant, un demy muid vin rouge et un cartal huile que lesdits BORDENOVE se seroint obligés de payer à ladite PÉLIGARDE.
Et désirant maintenant ledit George BORDENOVE et ladite BARBAROTTE esteindre ladite pantion, auroint prié ladite PÉLIGARDE de prandre le fonds et propriété d'une pièce terre champ, et les fruits pandant sa vie d'une vigne, le tout cy après désigné et confronté, dépandant de l'héritage dudit feu BORDENOVE.
Et moyenant ce, consantir à ladite extinction de pantion, à quoy ladite PÉLIGARDE auroit condescendu,
A CESTE CAUSE ledit George BORDENOVE et ladite BARBAROTTE, tant pour eux que pour ledit Paul BORDENOVE, ont par le présent contrat bailhé, ceddé, remis et transporté ... à ladite PÉLIGARDE, stipullante et acceptante, tant pour elle que pour les siens à perpétuité, une pièce terre champ scittué à la croix de Cabane, contenant 3 esminades ou environ, de l'héritage dudit feu BORDENOVE ... pour de ladite pièce par ladite PÉLIGARDE dès maintenant en prandre possession et en pouvoir faire et disposer en propriété et usufruits à tous ses plaisirs et vollontés tant en la vie qu'en la mort, ausuel effect ledit BORDENOVE et BARBAROTTE se sont desmiset despoulhés et en ont fait et investi ladite PÉLIGARDE par le bail de la plume de moy notaire, fait de main à autre, consentant qu'elle en puisse prandre plus ample possession, réelle, actuelle et corporelle quand bon luy semblera ...
Et de plus, lesdits BORDENOVE et BARBAROTTE ont bailhé et bailhent à ladite PÉLIGARDE la jouissance pendant sa vie d'une vigne du mesme héritage scittuée au terroir dudit Montpellier et lieu dit Campredon contenant 14 journaux ou environ ...
Et moyenant ce, lesdites parties ont demuré d'accord que ladite pantion de 6 cestiers bled, demy muid vin et d'un cartal huile demeurera esteinte et supprimée, et à cest effect ladite PÉLIGARDE s'en est despartie et despart au proffit desdits BORDENOVE et de ladite BARBAROTTE et consant que pour ce regard ledit contrat du 13/8/1667 demeure barré et cancellé, le surplus d'icelluy demeurant en sa force et vertu ...
Faict et récitté audit Montpellier et bottique de moy notaire. Présans sieur Estienne COSTE marchant, et Jean ASTRUC Me mangonnier de ladite ville signés, les parties ont dit ne scavoir signer, et moy Jean AMYER notaire roayl dudit Montpellier soubsigné.
Source : Ghislaine Seguinot - AD34 II E 56/410 f° 247 - chez Me Jean AMYER - Hérault actes divers
Partage de biens: 12 août 1669 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,chez Me AMYER
(Présent) BARBAROTTE, Magdeleine
Le 12 août 1669, après midy, George BORDENOVE, jardinier de Montpellier, d'une part,
ET Magdelaine BARBAROTE, vefve et héritière de Jean BORDENOVE, vivant aussy jardinier de ladite ville, par testament retteneu par moy notaire le 11/3/1669 d'autre,
lesdits George et Jean BORDENOVE, tous deux héritiers de feu Domenge BORDENOVE leur oncle, par son dernier et valable testament retteneu par moydit notaire le 8/1/1660,
lesquelles parties scachant lesdits Jean et george BORDENOVE avoir cy devant fait procéder au partage et divizion des biens délaissés par ledit feu Domenge BORDENOVE leur oncle,
lequel partage fut fait en l'année 1667 par prudhommes et experts quy furent amiablement accordés entre eux en conséquance du délaissement desdits biens à eux fait par Marie PÉLIGARDE, vefve dudit Doumenge BORDENOVE quy estoit usufructueresse desdits biens comme appert dudit délaissement par contrat retteneu par moy notaire le 13/8/1667 confirmé aussy par autre contrat aussy receu par moy notaire le 21/5/1669, par lequel lesdites parties aroint baillé à ladite PÉLIGARDE la propriété d'un champ dépandent dudit héritage et la jouissance d'une vigne pandant sa vie ...
lequel partage ainsin verbalement fait entre lesdites parties auroit esté exécuté entre elles et lesdits Jean et George BORDENOVE, auroint prins possession en ladite année 1667, chacun des à portion desdits biens et en auroint jouy du despuis,
et désirant maintenant lesdites parties qu'il apparoisse à l'advenir dudit partage par contrat publique, ont commencé et demuré d'accord qu'icelluy partage tiendra ...
... appartiendra audit George BORDENOVE :
EN PREMIER LIEU, une vigne scittuée au terroir dudit Montpellier et tènement dit de Combes, contenant 4 journaux à fossoyer ou environ confrontant ...
PLUS un champ et vigne scittuée audit terroir et tènement de Lavalette, contenant ledit champ 3 cesterées et ladite vigne 5 journaux à fossoyer ou environ, le tout joignant, confrontant ...
PLUS luy compètera et appartiendra la moitié d'une pièce terre vigne scittuée audit tènemant de Combes, de contenance toutte ladite vigne de 9 journaux à fossoyer ou environ, confrontant ...
PLUS compètera audit George BORDENOVE pour en jouir après le déceds deladite PÉLIGARDE la moitié de ladite vigne qu'icelle doit jouir pendant sa vie, scittuée audit Montpellier et tènement dit Campredon, contenant toutte 14 journaux ou environ ...
et à ladite BARBAROTE compètera et appartiendra suivant ledit partage :
les deux portions restantes desditEs deux pièces en dernier lieu désignées ...
PLUS un champ scittué au terroir dudit Montpellier et tènement appellé Montman, contenant 3 cesterées ou environ ...
et par ce qu'il reste encores à partager une pièce terre champ scittuée au tailhable dudit Montpellier et lieu dit à Combe Cabrier contenant 7 cesterées ou environ confrontant ... a esté accordé entre lesdites parties qu'elles jouiront en comun de ladite pièce jusques à ce qu'ils auront truvé à la vandre pour du prix en provenant en payer et acquitter les debtes dudit héritage ...
Faict et récitté audit Montpellier et dans la bottique de moy notaire. Présans Sr jean ILLY marchant dudit Montpellier et Ollivier NOGUIER praticien dudit Montpellier signés, les parties ont dit ne scavoir signer, et moy Jean AMYER, notaire royal dudit Montpellier, soubsigné.
AD34 II E 56/410 f° 373 v° - Source : Ghislaine Seguinot - chez Me Jean AMYER - Montpellier actes divers
Rellation: 7 février 1676 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
(Présent) AYMAR, Pierre, mary de Magdelène BARBAROTTE
(Présent) PÉLIGARDE, Marie, veuve de Domenge BORDENOVE
Source : Ghislaine Seguinot - AD34 II E 55/325 f° 496
Le 7/2/1676 après midy, establis en leurs personnes Léonard DANMONT et Antoine ARMAN mestres massons de mpt prud'hommes et experts amiablement nommés et accordés ; scavoir ledit DANMONT par George BORDENOVE jardinier de Montpellier et ledit ARMAN par Marie PELIGARDE veuve de Doumenge BORDENOVE, vivant aussy jardinier dudit Montpellier et par Pierre AYMAR aussy jardinier dudit Montpellier, mary de Magdelène BARBAROTTE,
pour procéder à la vérification de l'estat et estimation d'une maison qu'a estée dudit feu Doumenge BORDENOVE et des réparations faittes en icelle tant par ladite PELIGARDE que par ledit AYMAR,
lesquels prudhommes et experts ont rapporté qu'à la réquisition desdites parties ils se sont transportés à la masion scittuée au faubourg St Jaume dudit Montpellier ... évaluée en l'estat qu'elle est présantement à la somme de 1062 Livres 11 sols.
A suitte de laquelle estimation ladite PELIGARDE leur auroit exhibé le réolle [rôle] des réparations par elle faicte à ladite maison quy concistent en :
une murailhe faitte au celier d'icelle, de 10 pans au carré, bastie avec pierre rassière, chaux et sable,
plus auroit fermé une arcade audit sellier avec pierre rassière, chaux et sable et fait une porte à icelle avec sa fermeture et ferremant nécessaire,
plus auroit fait une fermeture à la porte du dessous de l'escalier avec ses ferremans nécessaires,
plus auroit fait une serrure à 2 tours à la porte de l'antrée de ladite maison,
plus auroit mis un sommier au couvert d'icelle et fait deux fermetures de fenestres avec leurs ferremans,
lesquelles réparations ledit George BORDENOVE auroit accordé avoir esté faittes par ladite PELIGARDE, ayant estimé icelles à la somme de 64 Livres 12 sols.
De plus, lesdits prud'hommes et experts disent et rapportent leur avoir esté exhibé par ledit AYMAR 5 quittances d'autres réparations qu'il a faites faire de son chef à la maison, receues par moy notaire le 2/4 et 7/11 1675 et 8/1/1676, lesquelles réparations mansionnées avec quittances lesdits prud'hommes et experts ont estimées et évaluées à la somme de 336 Livres 2 sols,
laquelle somme jointe à ladite somme de 64 Livres 12 sols font ensemble la somme de 400 Livres 14 sols, laquelle distraite de la susdite somme de 1062 Livres 11 sols ...
reste la somme de 661 Livres 17 sols quy est la valleur de ladite maison au temps du déceds dudit feu Doumenge BARDENOVE ...
Fait audit Montpellier et dans l'estude de moy notaire. Présans Pierre DESSAINTZ et François SÉVERAC dudit Montpellier signés avec lesdits experts, et moy Jean AMYER notaire royal dudit Montpellier soubsigné.
Famille BORDENOVE - Antoinette
Mariage : 3 novembre 1652 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
L'an 1652 et le troisième jour du mois de novembre, dans un l'église des révérants pères observateurs, Georges BORDENOVE a espouzé Antonete FOURNIERE après la publication de trois bans et en tout observer la constitution du saint et sacré concille de Trente. Présent ausdites espouzailles Jean GENIES de Arles, Me cordonier, Guillaume RATEAU, Me Jean CONDUCHIER, prêtre et curé, au rapport j'ai enregistré ledit mariage et signé.
Contrat de mariage : 8 septembre 1652 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Source : Table des CMs
Antoinette, Toinette FOURNIÈRE Naissance : avant 1635 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
Décès : avant 1720 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE,APRES 1664
Les 7 enfants du couple BORDENOVE - Antoinette 
BORDENOVE, Jeanne (6076-A4.1) Naissance : 9 octobre 1653 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Source : Ghislaine Seguinot - AD34 en ligne - NDT 1652-1656 - P. 62/226
Baptême : 12 octobre 1653 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,Paroisse Notre Dame de Tables
(Parrain) BORDENOVE, Domenge dit vieux
Marraine : Isabeau COURZINALE/COURTINALE
BORDENOVE, Magdelaine (6076-A4.2) Naissance : 10 octobre 1655 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
AD34 en ligne - P. 167/226 - http://archives-pierresvives.herault.fr/archives/permalink?image=AD34_0592_00469&dir=%2Fhome%2Fhttpd%2Fad34%2Fligeo2%2Fapp%2F%2Fwebroot%2Fdata%2Ffiles%2Fad34.ligeo2%2Fimages%2FFRAD034_000000600%2FAD34_0592&cote=5%20MI%201%2F39f°
Baptême : 17 octobre 1655 23:59 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,paroisse Notre Dame des Tables f° 158
(Parrain) BARBAROTTE, Magdeleine
(Parrain) BORDENOVE, Jean (Jehan), probable
Acte à rechercher.
Décès : après 1660 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
BORDENOVE, Françoise (6076-A4.3) Naissance : 28 février 1657 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,Paroisse Notre Dame de Tables
Source : Ghislaine Seguinot f° 29 - AD34 en ligne - P. 30/235
Baptême : 12 mars 1657 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,Paroisse Notre Dame de Tables, âge : 12 jours
Parrain : Pierre FOURNIER
Marraine : Françoise DAUSSARGUE
BORDENOVE, Charlotte (6076-A4.4)
× PÉNON, Jean
°21 août 1659 Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,paroisse Notre Dame des Tables f° 185 -
BORDENOVE, Barthélémy (6076-A4.5) Naissance : 2 octobre 1661 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
AD34 en ligne - P. 97/174 - http://archives-pierresvives.herault.fr/archives/permalink?image=AD34_0592_00866&dir=%2Fhome%2Fhttpd%2Fad34%2Fligeo2%2Fapp%2F%2Fwebroot%2Fdata%2Ffiles%2Fad34.ligeo2%2Fimages%2FFRAD034_000000600%2FAD34_0592&cote=5%20MI%201%2F39
Baptême : 9 octobre 1661 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,paroisse Notre Dame des Tables f° 183
Parrain : Barthélémy SERANNE
Marraine : Anne PASSEMESSE
BORDENOVE, Encracie (6076-A4.6) Naissance : 25 février 1664 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,Paroisse Notre Dame de Tables
Source : Ghislaine Seguinot - AD34 en ligne - NDT - P.36/239
Baptême : 2 mars 1664 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,Paroisse Notre Dame de Tables, âge : 6 jours
Parrain : Jean LABARRE
Marraine : Encracie RIVIERE
BORDENOVE, Michel (6076-A4.7)
× 1720 MARTINE, Anne
°19 février 1671 Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE -

Retour à la page principale

ANTONELLI, Michel Profession : négociant - Président de la Chambre de Commerce française de Valencia
Famille ANTONELLI - LEMOINE
Mariage : avant 1879
LEMOINE, Marthe Florestine Décès : avant 3 juin 1932 à Paris,75000,Seine, FRANCE
Inhumation : 3 juin 1932 à Marseille,13000,Bouches du Rhone, FRANCE Document
Les 3 enfants du couple ANTONELLI - LEMOINE 
ANTONELLI, Etienne CésarNaissance : 24 août 1879 à Grao de Valence, ESPAGNE
il est domicilié en 1933 au N° 173 rue de Courcelles 75017 PARIS. Il est déjà chevalier de la Légion d'Honneur.
Décès : 7 mars 1971 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Profession : a écrit les rêgles de la SS
Document
Honors: avant 1933
chevalier de la légion d'honneur
Biographie: Né le 24 août 1879 à Valence (Espagne). Député de la Haute-Savoie de 1924 à 1932.
Fils d'un négociant corse, exportateur de vins, Etienne Antonelli naquit à Valence le 24 août 1879. Il fit de brillantes études de droit et soutint sa première thèse en 1905 sur « La protection de la viticulture par l'Etat » et sa seconde en 1906 sur « la Résiliation du louage de travail ». Chargé de cours à la Faculté de droit de Montpellier, puis chargé de conférences à celle de Paris, il se signala doublement par son admiration pour la nouvelle économie politique à forme mathématique et par son souci de rester en contact avec la vie politique et sociale (il fut un des fondateurs du « Comité de Démocratie sociale» en 1906 », aux côtés, notamment de Paul-Boncour et Edouard Herriot). Chargé de cours à la Faculté de droit de Poitiers en 1913, il fit paraître en 1914 son ouvrage fondamental Principes d'économie pure consacré principalement à l'application par Walras de la méthode mathématique à l'économie politique.
Mobilisé, il fut blessé en 1915 et obtint la Croix de la Légion d'Honneur. Professeur à la Faculté de droit de Lyon en 1919 il y professa jusqu'en 1924. Elu député aux élections générales du 11 mai 1924 sur une liste du cartel des gauches, il s'inscrivit au groupe du parti socialiste. Il siégea à la Commission d'assurance et de prévoyance sociales, à la Commission de la législation civile et criminelle, à la Commission de l'Algérie, des colonies et des protectorats. Nommé membre du Conseil supérieur des retraites ouvrières et paysannes, il se spécialisa dans les questions sociales auxquelles il consacra notamment ses rapports sur l'assistance aux vieillards (1926), les pensions d'invalidité (1926), la Caisse nationale des retraites (1927). Il joua particulièrement un rôle capital dans l'institution en France du premier système d'assurances sociales obligatoires. Il fut le rapporteur du projet de loi (1928) et intervint de façon décisive en séance publique en s'attachant à réfuter les arguments des adversaires de la réforme.
Réélu aux élections générales des 22 et 29 avril 1928, dans la circonscription de Saint-Julien au 2° tour de scrutin, il redevint membre de la Commission d'assurance et de prévoyance sociales et entra à la Commission des finances. Il suivit de près la mise en application de la loi sur les assurances sociales (propositions de loi : 1929, 1930; rapports : 1929, 1930, 1931; demandes d'interpellations : 1929, 1931). De nombreux autres sujets retinrent son attention, notamment : la réforme monétaire (1928), le logement (1928), les banques d'émission (1930, 1932), le système électoral (1932).
Battu aux élections de 1932, il occupa la chaire des Assurances sociales au Conservatoire des Arts et Métiers puis fut nommé à la Faculté de droit de Montpellier où il termina sa carrière universitaire, publiant notamment L'économie pure du capitalisme (1939). le Manuel d'économie politique (1945-1946).
Il poursuit à Montpellier sa studieuse retraite et a fait paraître en 1958 un ouvrage dont le titre Etudes d'économie humaniste fait la synthèse de ses deux préoccupations principales: la science économique et le progrès social.
Etienne Antonelli est Commandeur de la Légion d'Honneur.
(Note de JJM : dossier non communicable)
Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)
ANTONELLI, Georges Alfred
× JOCAILLE, Sidonie
°12 septembre 1882 2:0 Valence, ESPAGNE,à Grao de Valence - †16 mai 1952
ANTONELLI, Micheline Marthe
× 1914 ARNAVIELHE, Marie Charles "Jean" (22-3.1)
°16 décembre 1890 Valencia, ESPAGNE - †29 janvier 1970 10:30 Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,AU N° 35 ave Charles Flahaut

Retour à la page principale

|-----ANTONELLI, Michel
ANTONELLI, Georges Alfred
|-----LEMOINE, Marthe Florestine
Naissance : 12 septembre 1882 2:0 à Valence, ESPAGNE,à Grao de Valence
Source : dossier de la légion d'honneur
Décès : 16 mai 1952
(parquet de Corbeil)
Source : dossier de la légion d'Honneur
Profession : médecin capitaine des troupes coloniales
Document
Honors: 7 juillet 1933
a été nommé chevalier de la légion d'honneur par décret du 7/7/1933 rendu sur le rapport du ministre de la guerre en qualité de
ex médecin capitaine des troupes coloniales 13/7/1927
Date de départ : 11/10/1933
Procès-verbal de réception du 15/10/1933 : remise de la décoration par Etienne ANTONELLI, professeur à la faculté de droit de Lyon, chevalier de la légion d'honneur
Georges Alfred ANTONELLI résidait au N° 68 ave du docteur Calmette/avenue Béatrice à Villeneuve Le Roi.
Sait signer.
Famille ANTONELLI - JOCAILLE
 
JOCAILLE, Sidonie (contemporain)

Retour à la page principale

ANTONELLI, Marc (contemporain)

Retour à la page principale

      |-----ARNAVIELHE, Jean (Sosa 22) 
|-----ARNAVIELHE, Marie Ferdinand "Paul" (22-3)
|-----BARTHÈS, Catherine "Joséphine" (Sosa 23)
ARNAVIELHE, Marie Charles "Jean" (22-3.1)
      |-----CHAUSSIN, Etienne Charles
|-----CHAUSSIN, Marguerite
|-----BEAUDOUIN, Marie "Rose"
Naissance : 3 janvier 1890 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Il est né Grand'rue N° 7.
Témoins : Gabriel Mestre-Niel, propriétaire, 25 ans, signe ; Guillaume Belugou, étudiant, 23 ans, signe.
Domicilié 33 rue Boussairolles à Montpellier.
Marc Antonelli l'a soutenu financièrement.
Décès : 9 mars 1976 1:30 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,2 avenue Bertin SANS (CHU), âge : 85
veuf ANTONELLI, domicilié à Montpellier Cité des Pins, ave Emile Diacon, Bâtiment B
Archives Municipales de Montpellier 3E 209 - acte N° 374 - Photos de Françoise EMONDS-ALT
Profession : Décorateur/fabricant de meubles à Montpellier
Recensement : 1926 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
rue Boussairolles
ARNAVIELHE Jean Charles, né en 1890 à Montpellier, chef, décorateur
ARNAVIELHE (ANTONELLI) Micheline, né en 1890 à Valence, épouse
GIRAUD Elise, née en 1895 à Sauclières, domestique
AD34 en ligne - P. 321/1280 - Signalé par Françoise EMONDS-ALT - http://archives-pierresvives.herault.fr/ark:/37279/vta32a39a92730a8287/daogrp/0#id:1955268143
Recensement : 1936 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Rue Boussairolles
ARNAVIELHE Jean, né en 1890 à Montpellier, chef, meublier, patron
ARNAVIELHE ANTONELLI Micheline, née en 1890 à Valencia, épouse, sans profession
DONNADIEU Aglaée, née en 1899 à Vebron, domestique
AD34 en ligne - P. 405/1160 - http://archives-pierresvives.herault.fr/ark:/37279/vta5ad0982e46744484/daogrp/0/layout:table/idsearch:RECH_f495e623b644230d8d70cc15c395c9e3#id:1443683724
(Oncle) ANTONELLI, Marc
Document
Soirée escrime: 19 mars 1910 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Dans la Vie Montpelliéraine, soirée escrime, selon article joint
Publicité dans la Vie Montpelliéraine: 16 décembre 1922 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE Document
Sait signer.
Famille ARNAVIELHE - ANTONELLI
Mariage : 23 juillet 1914 à Marseille,13000,Bouches du Rhone, FRANCE
Fiançailles : 17 mai 1914 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Encart dans la vie Montpelliéraine du 17/5/1914
Document
|-----ANTONELLI, Michel
ANTONELLI, Micheline Marthe
|-----LEMOINE, Marthe Florestine
Naissance : 16 décembre 1890 à Valencia, ESPAGNE
Décès : 29 janvier 1970 10:30 à Montpellier,34000,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE,AU N° 35 ave Charles Flahaut, âge : 79
épouse ARNAVIELHE domiciliée 3 impasse des Multipliants
Profession : sans profession
Sait signer.

Retour à la page principale

ANTONIN, Daniel Décès : avant 1685 à Sommières ???,30250,Gard, FRANCE
Famille ANTONIN - TESSES
Mariage : avant 1668 à ? Dans le Gard ???,30,Gard, FRANCE
Aujargues ?
|-----TESSES, Antoine
TESSES, Magdelaine
Naissance : Aujargues,30250,Gard,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Décès : avant 1685 à Sommières ???,30250,Gard, FRANCE
L'enfant du couple ANTONIN - TESSES 
ANTONIN, Françoise
× RABINEL, Jean (2980-1)
°avant 1668 Sommières,30250,Gard,Languedoc-Roussillon,FRANCE - †avant 1720 Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

|-----MOREAU, Jehan (Sosa 22598) 
MOUREAU, Louis (Louys) (Sosa 22646)
Naissance : avant 1511 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Décès : entre 8 mai 1557 et 1571 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE
Testament : 8 mai 1557 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE
(ITEM) MORÈNE, Margaride (Marguerite), sa fille légitime et naturelle
(ITEM) APCHIER, Catherine, sa femme
(ITEM) MOUREAU, Jacques, son fils légitime et naturel, exécuteur testamentaire
(ITEM) DÉCROZE, Jacques, son beau-frère
(ITEM) APCHIER, Jehan (de Apchier), son nepveu
(ITEM) MORÈNE, Andrine, sa fille légitime et naturelle
(ITEM) MOUREAU, Jacques, frère
(ITEM) MOUREAU, Bertrand, Me, prêtre, frère
(ITEM) MORÈNE, Jehanne, sa soeur, femme de Sire Jacques DECROZE d'Aniane
(ITEM) MORÈNE, Guiraude, sa fille légitime et naturelle
(ITEM) MORÈNE, Jehanne, sa fille légitime et naturelle
(ITEM) MORÈNE, Catherine (Moureau), sa fille légitime et naturelle
L'an mil cinq cents cinquante sept à l'incarnation de nostre seigneur dieu Jésus Crist et le 8/5, très chrétien prince Henry par la grace de dieu roy de France régnant, scaichent toutz présent et advenir en prézences de moy notaire royal et tesmoings soubs escripts, personnellement estably, saige homme Louys MOUREAU, habitant de la ville de Aniane, diocèze de Montpellier,
lequel estant sain, par la grâce de dieu, de son bon sain entendement, parfaicte mémoire, combien qu'il soict déteneu de certaine maladie corporelle, considérant qu'il n'est chose plus certe que de une foys mourir, sive trespasser, de ce monde en l'aultre, ni chose plus incerte que l'heure d'icelle.
DE CESTE CAUSE, ledict Loys MOUREAU testateur a voleu parvenir et pourvoir au salut de son â(r)me et corps que de ses biens,
lesquels dieu luy a donnés et par ses prédécesseurs délayssés, et pour ce affin que entre ses parens affins ne y aict nulle question disention, pro(u)cès, débat, mais que entre eulx puissent vivre en bon(n)e paix, viven et concordé.
Et tout ce dessus conserve ledict Loys MOREAU testateur, non induict, séduict, constrainct, ni suborné par forse, crainte, séduction, barat [fraude, tromperie] ni aultrement circonveneu, mais de son bon gré, pure, franche et libéralle volunté, sans aucune subornation de personne, par la teneur du présent et public instrument de testement, a faict, ordonné estre son dernier testement nuncupatif et sa dernière volunté nuncupatifve en la forme et manière que s'ensuyt.
ET PREMIEREMENT ledict sieur Louys MOUREAU, testateur, c'est guarny et muny des armes du signe de la sainct croix en disant "au nom du paire et du fils et du sainct esprict amen Jésus" et a recommandé son â(r)me à dieu le créateur, et à Jésus crist, au sainct esprict, et à la glorieuse vierge Marie, maire de Jésus Crist et à touts ces saincts et sainctes de paradis prenant dieu pour paire et Jésus crist son fils pour son advocat, ensemble la glorieuse vierge Marie sa mère et touts les saincts et sainctes de paradis aussi pour ses advocats et advocates.
Et a confessé ledict sieur Louys MOUREAU, testateur, tenir les douze articles de la foy tout ainsin que saincte mère esglise les comander, tenir, guarder, resvérer, et veult vivre et mourir ainsi que ung bon et vray crestien, et s'il avoict faict aucunes donations au diable d'enfer, notre adversaire, de présent comme par lors, ledict testateur casse, révocque, et annulle et veult que n'ayent aucune verteu ni efficasse, mais quand sera le bon plaisir de dieu luy disemparer son â(r)me de son corps pour la mètre au royaulme céleste a voleu et veult que sondict corps soyt aporté et ensevely au cémetière de la esglise parochielle de monsieur Sainct Jehan et au bas sive tombeau de ses siens parens ensevelis et enterrés.
Et a prins de ses biens, lesquels dieu luy a donnés et par ses prédécesseurs délayssés la somme de 8 Livres tournois, monoye courante, lesquelles 8 Livres a voleu estre distribuées tant en la ceppulture, nevène, chef d'an et autres funérailhes, au plaisir et volunté de ses exéquteurs soubs nommé.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict sieur Loys MOUREAU, testateur, pour amour de dieu et remémeration de ses péchés aux bassins co(u)rrens de l'evre [euvre=oeuvre] de nostre dame et aux bassins de purgatoire et à ung chascung d'eux la somme de 2 souls 6 deniers tournois par une foys payés et satisfaicts après son décès par son hérétier universel de soubs escript de la susdite somme par son a(r)me prinse et à touts autres bassins courrens de ladite esglise la somme de 2 souls et 6 deniers tournois, et que entre eulx les despartent et divisent.
Et a voleu ledict testateur que après son décès lesdits bassins [en réalité ce sont des bassiniers= personnes faisant la quête à l'église au moyen d'un bassin] soyent contens payés et satisfaicts de la susdite somme par son â(r)me prinse par son hérétier universel de soubs script.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledit Loys MOUREAU, testateur, de ses aultres biens, droicts et actions, meubles, immeubles, où(t) que soyent, ni où(t) que non [nom] audit testateur apartenir, parvenir et advenir expectans pour aucung droict que se soict, pour droict de nature, légétime portion, institution hérédictaire que quarte trébéllianique, que par aultre droict que se soict que par son mariage, à Catherine MOURÈNE, sa filhe légitime et naturelle, et de Catherine APCHIER, mariés, la somme de 40 Livres tournois, monoye courante, deux robbes drap de Bo(u)rges, cotte et à gonelle, drap de Bo(u)rges, bones ne(u)ves garnides et faictes au despens de son hérétier universel, coleur de noir et de rouge, payables le jour que ladicte Catherine solempnisera son mariage en saincte mère esglise, ainsi que c'est la coustume, la somme de 20 Livres tournois et lesdites deux robbes et la reste restante de ladicte somme de 40 Livres tournois touts les ans au jour de carramantran [caresme entrant = début du caresme] deux Livres tournois et touts les ans continuant lesdites solvencions et payes de 2 Livres tournois finies à entière solvencion et paye de la susdite somme et que avec paye ne se pourra accomoler l'une s(e)ur l'aultre que ne couste de sousficente deligence estre demandés.
Et a voleu ledict testateur ladicte Catherine MORÈNE, sa filhe, estre contante payée et satisfète par son hérétier universel de soubs escript, et moyenant la dicte somme, robbes sive léguat, ledict testateur l'a faicte son hérétière particullière, et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens l'a despoulhée et dévestue.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour ledict droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébélhianique que par autre droict que se soict à Jehane MORÈNE, sa filhe légitime et naturelle et de Catherine APCHIER mariés, la somme de 40 Livres tournois, monoye courante, et deux robbes nubtielles, drap de Bo(u)rges, cotte et gonelle, coleur de noir et de rouge, bon(n)es, nefves et guarnides faictes au despens par son hérétier universel de soubs escript, payables le jo(u)r que ledict mariage se solempnisera en saincte mère esglise la somme de 20 Livres tournois et robbes, et touts les autres le jour de carramantran[caresme entrant = début du caresme] deux Livres tournois, et tous les ans continuant lesdites solvencions et payes de 2 Livres tournois finies à entière solvencion et paye de la susdite somme et que leur paye ne pourra accomoler l'une s(e)ur l'aultre, que ne a esté de susficente diligence estre demandée, et moyenant ladicte somme sive léguat, ledict testateur l'a faicte sa hérétière particullière, et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens l'a dévestue et dépolhée.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébélhianique que par autre droict que se soict à Marguarite MORÈNE, sa filhe et de Catherine APCHIER mariés, légétime et naturelle, la somme de 40 Livres tournois, monoye courante, et deux robbes nubtielles, drap de Bo(u)rges, neufves, guarnides, faictes au despens par son hérétier universel de soubs escript, coleur de noir et de rouge, payables le jo(u)r que ladicte Marguarite solempnisera son mariage en saincte mère esglise, la somme de 20 Livres tournois monoye courante, et lesdictes robbes, et la reste restante de ladicte somme de 40 Livres tournois tous les ans à carramantrant[caresme entrant = début du caresme], deux Livres tournois, et tous les ans continuant lesdites solvencions et payes, finies à entière solvencion et paye de la susdite somme et que l'une paye ne pourra accomoler l'une s(e)ur l'aultre que ne a esté de sousficente diligence estre demandée, et moyenant ladicte somme sive léguat, l'a faicte son hérétière particullière, et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens l'a dévestue et dépolhée.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébélhianique que par autre droict que se soict à Guyraude MORÈNE, sa filhe légitime et naturelle et de Catherine APCHIER mariés, la somme de 40 Livres tournois, monoye courante, et deux robbes nubtielles, drap de Bo(u)rges, cotte et gonelle, coleur de noir et de rouge, bon(n)es neufves, guarnides et faictes au despens de son hérétier, payables c'est le jour que ladicte Guyraude solempnisera son mariage en saincte mère esglise, la somme de 20 Livres tournois et robbes, et la reste restante de ladicte somme de 40 Livres tournois tous les ans le jour de carremantran [caresme entrant = début du caresme], deux Livres tournois, et tous les ans continuant, lesdites solvencions et payes de 2 Livres tournois, finies à entière solvencion de la susdite somme, et que l'une paye ne se pourra accomoler l'une s(e)ur l'aultre, que ne a esté de sousficente diligence estre demandée, et moyenant ladicte somme sive léguat, l'a faicte sa hérétière particullière, et que autre cause en ses autres biens ne puisse avoir, demander, conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens l'a despolhée et dévestue.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébéllianique que par autre droict que se soict à Andrine MORÈNE sa filhe légitime et naturelle et de Catherine APCHIER mariés, la somme de 40 Livres tournois, monoye courante, et deux robbes, drap de Bo(u)rges, noir et rouge nubtielles, neufves, guarnides et faictes au despens de l'hérétier de soubs escript, payables c'est le jour que ladicte Guyraude solempnisera son mariage en saincte mère esglise, la somme de 20 Livres tournois et robbes, et la reste restante de ladicte somme de 40 Livres tournois tous les ans le jour de carremantran [caresme entrant = début du caresme], deux Livres tournois, et tous les ans continuant, lesdites solvencions et payes de 2 Livres tournois finies à entière solvencion de la susdite somme et que l'une paye ne se pourra accomoler l'une s(e)ur l'aultre, que ne a esté de sousficente diligence estre demandée, et moyenant ladicte somme sive léguat, l'a faicte sa hérétière particullière, et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens, droicts l'a despolhée et dévesteue.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour ledict droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébéllianique que par autre droict que se soict, à Monsieur, maistre Bertran prêtre, maistre Jacques MOUREAUS, ses frères et à ung chascung d'eux la somme de 5 sols tournois, par une foys payés après son décès par son hérétier universel de soubs escripts, et a voleu lesdits frères estre contans payés et satisfaicts, et moyenant ladicte somme sive léguat, les a faicts ses hérétiers particulliers, et que autre cause en ses biens ne puisse[nt] avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de touts et chascungs ses autres biens, droicts l'a despolhée et dévesteue.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur pour droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire que quarte trébéllianique que par autre droict que se soict à Jehanne MORÈNE, sa s(o)eur femme de Jacques DE CROZE d'Aniane, oultre la dot sive verquière à elle constituée en son mariage la somme de 5 souls tournois, laquelle a voleu estre payée et satisfaicte après ses jours sive décès par son hérétier universel, et a voleu que soyt contante, et moyenant ladicte somme sive léguat l'a faicte sa hérétière particullière, et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir] pour aucung droict que se soyct, mais de ses autres biens, l'a despolhiée et dévesteue.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur, pour amour de dieu et pour rémemoration des services que luy a faicts, faict, et espère que luy en faira davantaige à l'advenir, à done Catherine APCHIER, sa femme, sa vie son causte [coste=lignée] vestir, [et en touts] et à chascungs ses biens sa vie durant, et l'a, et quel que son hérétier ne a volu part, de acter, entretenir et la desdites a... [mot dans la pliure du registre] et ne vestens (?) d'accord, audict cas ledict testateur a doné et don(n)e à ladicte Catherine sa chambre où il est de présent egrotan ... avec le lict guarny ensemble son sien prat [pré] assis dans la terre et jurisdiction d'Aniane, tènement del Pon Guarel confrontant le vallat que derr.. lay... à la abbaye avec la rivyère de corvière (?), la payssère (?) de la Thoillye , Guillem BONAILH et ses autres confronts, et se sa vie durand, tant seullement et après veult que retourne audit hérétier universel de soubs escript, et moyenant ledit léguat l'a faicte sa hérétière particullière et que autre cause en ses biens ne puisse avoir, demander, ni conseguir [obtenir], mais de ses autres biens, l'a jectée et despolhiée.
ITEM, PLUS, a légué, testé, ordonné ledict testateur, par ledict droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire, que quarte trébélhianique, que par autre droict que se soyct, à touts ses nepveus, niepces et autres demandant droict en ses biens, la somme de cinq souls tournois, et que entre eulx les despartent et divisent ensemble.
A voleu ledict testateur qu'ils soyent contans payés et satisfaicts par son hérétier universel, et moyenant ladicte somme sive léguat les a faicts ses hérétiers particulliers et ses hérétières particullières, et que autre cause en ses biens ne puissent avoir, demander, ne conséquir [ni obtenir] par aucung droict que se soyct, mais de tous et chascuns ses autres biens les a despoulhés et despouhées.
En tous et chascungs ses autres biens, droicts et actions, meubles, immeubles, présents et advenir, audict testateur parvenir, par... et advenir expectans pour quelque droict de nature, légitime portion, institution hérédictaire, que pour dernière succession, ledict sieur Louys MOUREAU, testateur, a faict, ordonné, créé, estably, et de sa propre bouche nommé son hérétier universel et général Jacques MOUREAU, son fils légitime et naturel et de la susdite Catherine APCHIERE, sa molhère [femme], et en cas fortuit que ledict Jacques, son fils, vince à décéder sans hoirs de son loyal mariage procréés, audict cas a substitué et substitue la première filhe soeur qui sera audit temps estre en les gualles [gualler= se réjouir, faire la noce] de mariage ou sera à marier, et aussi si ladicte filhe venoict à décéder en semblable cas, audict cas a voleu ledict testateur ordonner, substituer, l'une à l'aultre de sesdictes filhes légétimes et naturelles et divers (?) degré, et après au plus prochain au gré d'exéquteurs de son â(r)me et de son dernier testement et dernière volunté et accomplicement de sesdits léguats.
A faict, ordonné ledit sieur Loys MOUREAU, testateur, sa(i)ges personnes sire Jehan APCHIER, son nepveu, sage Jacques DE CROZE, son beau-frère, desquels se confirme leur a léguats pour ses peynes et vaccar... d... de ce qu'ils prendront à fère accomplir ce dessus à dieu garder que sondit hérétier renlace (?) accomplir la somme de 5 souls tournois par homme en leur donant puissance prendre de ses biens pour les causes dessuses,
scaichen et actenden ledit testateur sondict hérétier et autres ses enfants estre ...dérés de c..ge (?).
A ceste cause à faict avec sa tuteresse des personnes et biens de ses enfans testamentaire la susdite Catherine APCHIERE, sa femme, de se sans auqune insertion d...tance (?), ny faire rendre, conter, ny prester le reliqua à personne, ny ajuster que voldra vivre en leurs intérests.
A voleu et veult ledit testateur que ce présent et public instrument de testement nuncupatif et sa dernière volunté nuncupative. Et sy ne vault, ne peult valloir par droict de testement, a voleu que vailhe par droict de codicille. Et si ne vault par droict de codicille ou codicilles, a voleu et veult que vailhe par dernière volonté ou par cause de mort ou autre que mieulx se pourra soustenir et souffrir, cassant, révocquant ledict testateur touts autres testemens, codicilles, donnations en cas de mort faict, et le présent demeurant en sa efficasse a voleu et a quité aux tesmoings dessoubs escripts et par ledict testateur bien cogneus et de leur nom et surnom appelés luy po(u)rter beau tesmoinage, lieu et temps en seront requis et à moy notaire royal soubs luy rectenir et despelher acte et instrument à sondict hérétier et autre que besoing sera.
Faict et récité dans la ville de Aniane et maison et chambre dudit testateur, luy estant dans son lict gizant et égrotan, en présence et tesmoiniage de saiges personnes, Me Denis CANAC, curé de la esglise parochielle, Jehan ROUVYERE, Jehan MOYNIER fils de Guillem et Jehan MOYNIER notaire royal dudict Anyane habitans. Et de moy Pierre ASSAZAT.
Incontinent ledit Loys MOUREAU testateur, de gré et par la teneur du présent instrument a confessé debvoir et rester détenu à Me Jacques APCHIER prêtre de Aniane, son beau-frère présent, la somme de 43 Livres tournois, et ce pour à ce que presté par ledict APCHIER, prêtre, audit MOUREAU pour payer lesdites robbes nubtielles et doaire de Jehanne MOURÈNE s(o)eur audit testateur ainsi que a dict et a ???, receu par cy devant, et ledit APCHIER a quicté et quicte, a promys ledit MOUREAU débiteur audit APCHIER son beau-frère présent payer et satisfaire la susdite somme de jour en jour à la volunté dudit APCHIER son beau-frère avec la obliguance de ses biens iceulx soubsmetant aux forses et rigueurs des cour(t)s du petit scel de Montpellier, grand de Carcassonne et Béziers, cour(t) royalle de Ginhac, noveau estats de icelle, et à une chascune de icelles, et ainsi l'a juré avec toute renoncitation de droict à ce utille et nécessaire, et de moy Pierre ASSAZAT, notaire royal de la ville de Anyane habitans soubs signé, qui requis instrument ay receu en foy de ce dessus.
Aniane Assezat - notariat ancien AD34 en ligne - 1566-1579 P. 113/244
Famille MOUREAU - APCHIER
Contrat de mariage : 11 septembre 1531 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE
NOCES de Louis MOIRA et Catherine APCHIÈRE d'Aniane
L'an de la naissance du Christ 1531 et le jour 11/9 ; prince François ; sachent tous que à la puissance et louange de dieu et du genre humain, noces furent contractées ... par parole de présent ... par et entre
Louis MOIRA, fils et héritier universel d'honorable homme Jehan MOIRA ... de la viguerie de ladite ville d'Aniane, décédé, habitant de la ville d'Aniane, diocèse de Maguelone, d'une part,
ET Catherine, fille de sage homme Jacques de APCHIER, décédé, de la dite ville, d'autre part ...
que les pactes ... furent traités entre noble Glaude MOIRA, vicaire de Abelhan pour ledit Louis, son frère, ici présent, ... et les honnêtes hommes Guilhem et Jacques de APCHIER, frères, fils et héritiers universels dudit feu Jacques de APCHIER, de volonté de Pierre lui-même et de ... dudit mariage corroboré par écriture publique et entre promesse dans les dits pactes accomplir et servir ... Guilhem et Jacques de APCHIER, frères, fils et héritiers susdits, non induits ni malades ; avec cet instrument ; ont donné et constitué en dot et verquière à ladite Catherine, leur soeur ici présente, une avec le susdit son futur mari présent, constituée par le legs à elle fait par ledit feu leur pèredans son dernier testament à savoir 2 vêtements nuptiaux, toile de France, une cotte violette, une gonelle rouge, une autre robe cotte tissu ... et 40 Livres tournois ...
payables le jour des noces ... 2 robes bonnes et suffisantes ; une cotte et une gonelle tissu de Carcassonne ... et 30 la somme de Livres tournois de monnaie courante ... etc ...
ITEM, de plus, est pacte entre les dites parties à savoir que la dite Catherine sera tenue, de licence de sondit mari, laquelle lui donne, de quitter remettre et relaxer aux dits Guilhem et Jacques , ses frères, tous ses biens, choses et droits paternels, maternels et fraternels ...
ITEM, de plus, fut pacte entre les dites parties que si le cas arrivait que ...
... en présence de Me Jehan GALHAC, notaire, Jehan P...?, Guilhem GARNIER comme scoffery d'Aniane. Et moi Jehan DECROSE, notaire.
AD34 II E 4/47 f° 443 v° - photos de Thierry Forné - Aniane actes divers - traduit du latin par JJ MASSOL
|-----APCHIER, Jacques (Sosa 45128) 
APCHIER, Catherine (Sosa 22647)
Naissance : avant 1514 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Décès : entre 22 juin 1584 et 24 juillet 1585 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Testament : 22 juin 1584 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE
(Témoin) PESSADE, Jehan, (raccordement non prouvé)
(Est témoin) BLAQUIÈRE, Jehan dit vieux , exécuteur testamentaire
Saige femme Catherine APCHIER, veuve à feu Louis MOREAU, affligée de maladie estant assise sur un banc, fait un testament le 22 juin 1584 à Aniane, environ midi comme suit :
ITEM elle lègue à Catherine, Jehanne, Marfgaride, Guiraude et Andrine MORENENES ses filhes et à ses enfants, oultre la constitution faite par la dite testatrice au contrat de leurs mariages rreçu par mains publiques, laquelle leur a ratifié et confirmé et à une chascune d'icelles, la somme de 20 sols à chacune, payable par son héritier ...
ITEM aussi lègue ... à Jacques BLAQUIERE fils de la susdite Catherine, sa filhe et de Estienne BLAQUIERE ... ensemble à Andrine, Catherine BLAQUIERES ses soeurs et niepces de la testatrice ... 5 sols/chascun
ITEM héritier universel Jacques Moreau son fils légitime et naturel ... confirme la donation au contrat de mariage reçu par feu Pierre Assazat notaire dudit Aniane.
Exécuteurs : Me Jacques DECROZE son beau-frère et Jean BLAQUIERE
Témoins : Jacques VILLAR ciergier (?) ; Jehan PESSADE ; Me Jehan Ratier appothicaire ; Me Guinet RICARD Me d'escholes ; Estienne CASTAN cordier ; Jacques DUMAS dudit Aniane et Pierre LACASE clerc de Ginhac.
Les 6 enfants du couple MOUREAU - APCHIER 
MORÈNE, Catherine (Moureau) (Sosa 11323)
× 1569 BLAQUIÈRE, Estienne (Sosa 11322)
° avant 1552 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE - †avant 22 juin 1586 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
MORÈNE, Margaride (Marguerite) (22646-2)
× 1588 de PRATS, Pierre
° avant 1553 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE - †avant 1605 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
MORÈNE, Andrine (Sosa 11519)
× ESTIVAL, Pierre (Sosa 11518)
° avant 1554 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE - †après 1611 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE,après 1603
MOUREAU, Jacques (22646-4)
× de MONTALIEU, Jeanne
° avant 1556 Aniane,34150,Hérault, FRANCE,diocèse de Mende - †entre 30 août 1617 et 9 mai 1620 Aniane,34150,Hérault, FRANCE
MORÈNE, Jehanne (22646-5) Naissance : avant 1557 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Décès : après 1586 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
MORÈNE, Guiraude (22646-6) Naissance : avant 1557 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Décès : après 1586 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

APCHIER, Père  
Famille APCHIER - X
 
Les 2 enfants du couple APCHIER - X 
APCHIER, FrançoisDécès : après 1602
APCHIER, Estienne (Acher)
× 1602 ROUSSELLE, Catherine
° vers 1573 Sauclières,12230,Aveyron, FRANCE - †14 mai 1623 Aniane,34150,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

|-----APCHIER, Jacques (Sosa 45128) 
APCHIER, Guilhem ? (Sosa 22564)
Décès : après 1531
Famille APCHIER - X
 
L'enfant du couple APCHIER - X 
APCHIER, Jehan (de Apchier) (Sosa 11282)
× 1575 de MONTAGNAC, Louise (Sosa 11283)
° avant 1541 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE - †entre 20 août 1595 et 25 septembre 1595 Aniane,34150,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

APCHIER, Jacques (Sosa 45128) Décès : avant 1531 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE
Famille APCHIER - X
 
Les 3 enfants du couple APCHIER - X 
APCHIER, Jacques (45128-1) Décès : après 1557 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Profession : prêtre de Aniane
APCHIER, Guilhem ? (Sosa 22564) - † après 1531
APCHIER, Catherine (Sosa 22647)
× MOUREAU, Louis (Louys) (Sosa 22646)
° avant 1514 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE - †entre 22 juin 1584 et 24 juillet 1585 Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

APOLIS, Jacques (Apoly) Décès : après 1735
Profession : jardinier
Famille APOLIS - PALAYRAC
 
PALAYRAC Décès : après 1735
L'enfant du couple APOLIS - PALAYRAC 
APOLIS, Jeanne
× 1735 ANDRIEU, Pierre
- †avant 1775 Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

APOLIT, Jacques  
Famille APOLIT - CHOPY
 
CHOPY, Anne  
L'enfant du couple APOLIT - CHOPY 
APOLIT, AnneNaissance : 9 juin 1741 à Montagnol,12360,Aveyron,Midi-Pyrénées,FRANCE
Archives Départementales de l'Aveyron en ligne P. 18/20
Baptême : 11 juin 1741 à Montagnol,12360,Aveyron,Midi-Pyrénées,FRANCE
Parrain : Sr Pierre CHOPY marchand (a signé)
Marraine : demoiselle Cécile Marthe BANES dudit Montaignol

Retour à la page principale

COT, Michel Naissance : vers 1752 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Décès : 17 juin 1830 17:0 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE, âge : 78
Profession : fe André COT + et Marie GELY + en 1830
Famille COT - APOLIT
 
APOLIT, Catherine Naissance : vers 1764 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Décès : 23 avril 1834 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE, âge : 70
Profession : fa Jean et Catherine APOLIT
L'enfant du couple COT - APOLIT 
COT, Emmanuel Napoléon
× 1836 ANDRIEU, Sophie Enriete Marie
°vers 13 juin 1802 Fayet,12360,Aveyron, FRANCE - †entre 1841 et 1883 Brusque ???,12360,Aveyron, FRANCE,cusses ?

Retour à la page principale

APOLIT, Père  
Famille APOLIT - X
 
Les 2 enfants du couple APOLIT - X 
APOLIT, JeanDécès : après 1750 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Sait signer.
APOLIT, Marie
× 1750 ROUSTAN, Laurens
°avant 1732 Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE - †après 1787 Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE

Retour à la page principale

      |-----ROUSTAN, Pierre
|-----ROUSTAN, Pierre
|-----JEAN, Jeanne
ROUSTAN, Laurens
      |-----THOREL, Jean
|-----THORELLE, Anne (Tourel)
|-----ALRIQ, Marie
Naissance : vers 1725 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
pas trouvé de 1724 à 1736
Décès : 19 septembre 1765 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE, âge : 40
Laurens ROUSTAN est décédé le jeudi 19 septembre 1765, à l'âge de 40 ans ou environ, à Fayet (12) et enseveli le même jour.
Profession : peigneur de laine/régent des écoles en 1762
Famille ROUSTAN - APOLIT
Mariage : avant 1750 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
|-----APOLIT, Père
APOLIT, Marie
Naissance : avant 1732 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Décès : après 1787 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Ne signe pas.
Les 7 enfants du couple ROUSTAN - APOLIT 
ROUSTAN, AnneNaissance : 24 juillet 1750 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Baptême : 26 juillet 1750 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
(Parrain) THORELLE, Anne (Tourel), sa grand-mère
(Parrain) APOLIT, Jean, son oncle maternel
Décès : après 1792 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
Ne signe pas.
ROUSTAN, Marie RozeNaissance : 12 septembre 1752 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Baptême : 14 septembre 1752 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Parrain : Anthoine BARTHE munier, ne signe pas.
Marraine : Magdeleine DELMAZE épouze de Jean APOLIS, ne signe pas.
Décès : après 1762 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
ROUSTAN, Laurens
× 1783 MARTIN, Marie
°22 janvier 1755 Fayet,12360,Aveyron, FRANCE - †11 juin 1817 2:0 Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
ROUSTAN, RozeNaissance : 26 octobre 1757 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Baptême : 29 octobre 1757 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Parrain : Joseph CARLES peingeur de laine, ne signe pas.
Marraine : Marie CARLES veuve de Jacques FUZIER, ne signe pas.
Décès : 25 mai 1758 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE, âge : 7 mois
Inhumation : 26 mai 1758 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Présents : Barthélémy et Pierre COT, marchands, signent
Ne signe pas.
ROUSTAN, PierreNaissance : 17 juillet 1759 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Baptême : 19 juillet 1759 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Parrain : Pierre CARLES peingeur de laine, signe
Marraine : Marie Anne TOUREL épouze de Jean NEMEGNES de Rasté (?), ne signe pas.
Présents : Barthélémy et Pierre COT marchands, signent
Décès : après 1787 à Fayet ???,12360,Aveyron, FRANCE
ROUSTAN, Marianne
× 1787 POULIÉ, Joseph
°17 mai 1762 Fayet,12360,Aveyron, FRANCE -
ROUSTAN, Catherine MargueriteNaissance : 21 mars 1765 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Baptême : 23 mars 1765 à Fayet,12360,Aveyron, FRANCE
Parrain : Antoine COT
Marraine : Marie MARMEJAN de Fayet

Retour à la page principale

COLET, Jean Jacques Naissance : avant 1626 à Canet ???,34800,Hérault, FRANCE
Décès : avant 1681 à Canet ???,34800,Hérault, FRANCE
Famille COLET - APPOLIE
Mariage : avant 1646 à Canet ???,34800,Hérault, FRANCE
APPOLIE, Jeanne Naissance : avant 1629 à Canet ???,34800,Hérault, FRANCE
Décès : 23 mars 1682 à Canet,34800,Hérault, FRANCE
Source : relevés BMS de Canet
Ne signe pas.
Les 4 enfants du couple COLET - APPOLIE 
COLLET, Jean
× 1688 FULCRAND, Catherine
°18 février 1646 Canet,34800,Hérault, FRANCE - †4 octobre 1709 Canet,34800,Hérault, FRANCE
COLET, Jean Jacques
× 1681 SATGEIRE, Jeanne
°15 octobre 1649 Canet,34800,Hérault, FRANCE - †28 mai 1707 Canet,34800,Hérault, FRANCE
COULET, PierreNaissance : 7 mai 1655 à Canet,34800,Hérault, FRANCE
Source : relevés BMS de Canet
COLET, Catherine (Coulette)
× 1688 GOUTES, André
°15 novembre 1659 Canet,34800,Hérault, FRANCE - †23 août 1714 Canet,34800,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

APPOLIE, Jeanne Baptême : vers 1655 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE
Décès : vers 24 septembre 1725 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE, âge : 70
Profession : Témoin de Tournemire à Tournemire en 1682
Ne signe pas.

Retour à la page principale

APPOLY, Raymond Naissance : avant 1628
Décès : après 1679 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE
Famille APPOLY - MARLHOUNE
Contrat de mariage : 1648 à Cgsa-Millau,12100,Aveyron, FRANCE
MARLHOUNE, Marie (Marlhou) Naissance : avant 1631 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE
Décès : après 1676 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE
Les 5 enfants du couple APPOLY - MARLHOUNE 
APPOLY, RaymondBaptême : vers 1630 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE
Inhumation : vers juillet 1693 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE,après 1679, âge : 63
(raccordement non prouvé) Il y a une autre sépulture d'un Raymond Apolit le 29/4/1741 à 80 ans (° en 1661).
Profession : Témoin à Tournemire en 1679
Ne signe pas.
APPOLIE, Marie
× 1676 REVERBEL, Nicolas
°16 janvier 1659 Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE,avant 1659 -
APPOLIE, JeanneBaptême : 15 novembre 1661 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Source : Numérisation de Tournemire par JJM + Relevé de Claude BARRET - image N° 3625
Parrain : Jean COUPIAC
Marraine : Marie COUPIAGUE
APPOLIT, JeanNaissance : 1 janvier 1669 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Source : Source : Numérisation de Tournemire par JJM + Relevé de Claude BARRET - N° 3647
Baptême : 6 janvier 1669 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Parrain : Jean DURAND
Marraine : Anthoniette ROUZIERE
APPOLY, Catherine (Apoille)Naissance : 3 octobre 1670 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Source : Numérisation de Tournemire par JJM + Relevé de Claude BARRET - image N° 3657
Baptême : 9 octobre 1670 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Parrain : Raymond VIDAL, ne signe pas.
Marraine : Marie POILLE (Appolit), ne signe pas.

Retour à la page principale

      |-----REVERBEL, Pierre
|-----REVERBEL, Guillaume
|-----GAZALEDE, Marie (Casalade)
REVERBEL, Nicolas
      |-----CALMETTE, Jean
|-----CALMETTE, Marie (Caumeille)
|-----BOUDES, Louise
Naissance : vers 1642 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE,avant 1656
Inhumation : 13 août 1717 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE, âge : 75
Présents : Jacques CAUNET (?) et Jean ENJALRIC, ne signent pas.
(raccordement non prouvé)
Famille REVERBEL - APPOLIE
Mariage : 27 octobre 1676 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Présents : Anthoine ALRIC tisserand, ne signe pas ; Pierre ALRIC tailleur d'habits, a signé.
Document
|-----APPOLY, Raymond
APPOLIE, Marie
|-----MARLHOUNE, Marie (Marlhou)
Baptême : 16 janvier 1659 à Tournemire ???,12250,Aveyron, FRANCE,avant 1659
Est-ce la la Marie fille de Raymond et de Marie Marlionne qui s'est mariée avec Nicolas Reverbel ? OUI : cf les parrains des enfants
Parrain : Pierre Coppiac
Marraine : Brenguière Soutoule
Les 3 enfants du couple REVERBEL - APPOLIE 
REVERBEL, MarieNaissance : 2 décembre 1679 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Baptême : 8 décembre 1679 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
(Parrain) CALMETTE, Marie (Caumeille), Marie CAUMEILLE (probablement sa grand-mère)
(Parrain) APPOLY, Raymond
Marraine : Marie Caumeille, NSP
Inhumation : 1 octobre 1746 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE, âge : 70
(Témoin) GENIEYS, Antoine
(Témoin) TORQUEBIAU, Jean
(raccordement non prouvé mais c'est la seule trouvée)
REVERBEL, JacquesNaissance : 1 septembre 1682 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
Baptême : 6 septembre 1682 à Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE
(Parrain) APPOLIE, Jeanne
(Parrain) REVERBEL, Jacques, du village del Coudol paroisse St Estienne de Meilhes diocède de Rodez
Parrain : Jacques REVERBEL du village del Coudol paroisse St Estienne de Meilhas diocèse de de Rodez, ne signe pas.
REVERBEL, Claire
× AMAT, Antoine
°9 mars 1685 Tournemire,12250,Aveyron, FRANCE - †20 mars 1750 Saint-Jean-d'Alcapiès,12250,Aveyron, FRANCE

Retour à la page principale

AQUIER, Paul Décès : avant 1818 à Saint-André ???,34,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Profession : Agriculteur
Famille AQUIER - DOUISSET
Mariage : Saint-André ???,34,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
DOUISSET, Jeanne Décès : après 1818 à Saint-André ???,34,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'enfant du couple AQUIER - DOUISSET 
AQUIER, Catherine (Acquier ou Alquier)
× 1818 CAZES, David Fulcrand
°entre 1783 et 1789 Saint-André ???,34,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE -

Retour à la page principale

      |-----de MELGUEIL, Bérenger Ier (Sosa 5693767824) 
|-----de MELGUEIL, Bernard II (Sosa 2846883912)
|-----du ROUSSILLON, Gisla (Sosa 5693767825)
de MELGUEIL, Raymond Ier (Sosa 1423441956)
|-----du QUERCY, Sénégonde (Sosa 2846883913) 
Naissance : vers 1015
Décès : 1079
après 1048
Profession : Comte
Note Profession : Comte de Melgueil en 1055.
Famille de MELGUEIL - d'AQUITAINE
Mariage : avant 1048
Source : Histoire de la ville de Montpellier - Charles d'AIGREFEUILLE - T1 - édition de 1875 - P. LV
      |-----D'AQUITAINE, Guillaume (Sosa 5693767828) 
|-----D'AQUITAINE, Guillaume V le Grand (Sosa 2846883914)
|-----DE BLOIS, Emma (Sosa 5693767829)
d'AQUITAINE, Beatrix (Sosa 1423441957)
      |-----DE BOURGOGNE-COMTÉ, Otte-Guillaume
| (Sosa 5693767830)
|-----DE BOURGOGNE-COMTÉ, Agnès (Sosa 2846883915)
|-----DE ROUCY, Irmentrude (Sosa 5693767831)
Naissance : avant 1031
Décès : vers 1109
Les 2 enfants du couple de MELGUEIL - d'AQUITAINE 
DE MELGUEIL, Judith (1423441956-1)
× 1069 D'AUVERGNE, Robert III (2846883916-A1.2.2)
° avant 1055 -
DE MELGUEIL, Pierre Ier (Sosa 711720978)
× 1067 DE TOULOUSE, Almodis - Adelmonde (Sosa 711720979)
° vers 1055 - † après 1079

Retour à la page principale

      |-----D'AQUITAINE, Guillaume (Sosa 5693767828) 
|-----D'AQUITAINE, Guillaume V le Grand (Sosa 2846883914)
|-----DE BLOIS, Emma (Sosa 5693767829)
D'AQUITAINE, Guillaume VI le Gros (2846883914-A1)
|-----DE GÉVAUDAN, Almodis
Naissance : vers 1004
Décès : 15 décembre 1038 à Poitiers,86000
Profession : Duc
Note Naissance : ou 998
Profession : Comte de Poitou, de Saintonge et de Guyenne,Duc d'Aquitaine de 1030 à 1038.
Famille D'AQUITAINE - DE MONTREUIL
 
|-----DE MONTREUIL, Bellay II
DE MONTREUIL, Eustachie
|-----DU PLESSIS-MACÉ, Grécia
Naissance : vers 1005
Décès : après 1038
L'enfant du couple D'AQUITAINE - DE MONTREUIL 
DE SAINTES, Marguerite (2846883914-A1.1)
× RUDEL, Geoffroi Ier
° vers 1025 -

Retour à la page principale

de MELGUEIL, Robert (Sosa 22775071296) Naissance : vers 850
Source : Thierry et Hélène BIANCO - http://thierryhelene.bianco.free.fr
Décès : après 899
Titre : Comte de Melgueil
Famille de MELGUEIL - d'AQUITAINE
 
d'AQUITAINE, Guillemette (Sosa 22775071297) Naissance : vers 840
Elle donne à son fils Bernard des biens à Brissac.
Source : Thierry et Hélène BIANCO - http://thierryhelene.bianco.free.fr
Décès : après 26 janvier 899
Titre : Comtesse de Melgueil
Testament : 26 janvier 899
Testament de Guillemette, comtesse de Melgueil
Par testament Guillemette, comtesse très fidèle à Dieu a partagé [ses biens], alors qu'elle gisait indisposée dans son lit. En sa bonne mémoire, elle a reconnu ses actes, et a ordonné au comte Bernard, son fils, qu'il donne ses biens meubles et immeubles, aux églises, aux prêtres ou aux pauvres .
En premier, elle a organisé, à Saint-Pierre du siège de l'église de Magdelone, où elle veut que son corps repose, l'aleu qu'elle avait dans la villa de Guzargues, ou dans son territoire ; et dans une autre villa qu'on appelle Novegent, autant qu'elle à eu là-bas ; de telle manière que l'évêque du siège susdit détienne l'aleu susdit de la villa de Guzargues, et que les chanoines du siège susdit détiennent en commun un autre aleu de la villa de Saint-André de Novigent [aujourd'hui disparu, faisait partie des terres du mas de Gausserand dans la commune de Montpellier] ; et que l'évêque, ni un autre homme, n'aie pas la permission de donner cet alleu susdit en fief à aucun homme ; et si l'évêque faisait cela, il en serait référé au comte Bernard.
Et dans la viguerie d'Agonès elle a partagé à son fils le comte Bernard la villa qu'on appelle Avenza [pas localisée], avec son territoire et avec toutes ses dépendances ; par tel pacte de délibération, tant que le comte Bernard vit, qu'il détienne et possède et après sa mort qu'elle revienne à Saint-Pierre du siège de Maguelone, et que l'évêque détienne ou ses chanoines en communauté, ainsi qu'est écrit concernant l'autre aleu ; elle délaisse toutes ses autres biens meubles au pouvoir de son fils Bernard.
Cela a été fait par testament de dernière volonté le 7 calendes de février, 3ième année du règne du roi Charles [III le Simple], signé Guillemette comtesse qui a voulu et a signé cela peu après, et a demandé au comte Bernard, à Remigii, à Bernard de signer, lesquels s'appellent de SEGNORETO.
Source : Cartulaire de Maguelone T1 - P 4 - image N° 26/552
Aussi Histoire Generale de LanguedocV col 123
Note de JJM : Charles III a été sacré roi des Francs le 28/1/893 par l'archevèquede Reims Foulques. Il n'a pu régner sur l'ensemble du royaume qu'à la mort d'Eudes survenue le 3/1/898. La 3ième année du règne peut être au plus tôt en 895 et au plus tard en 901.
L'enfant du couple de MELGUEIL - d'AQUITAINE 
de MELGUEIL, Bernard Ier (Sosa 11387535648) ° vers 870 - † après 899

Retour à la page principale

      |-----D'AQUITAINE, Guillaume (Sosa 5693767828) 
|-----D'AQUITAINE, Guillaume V le Grand (Sosa 2846883914)
|-----DE BLOIS, Emma (Sosa 5693767829)
d'AQUITAINE, Pierre ou Guillaume VII L'Aigret (2846883914-A1)
      |-----DE BOURGOGNE-COMTÉ, Otte-Guillaume
| (Sosa 5693767830)
|-----DE BOURGOGNE-COMTÉ, Agnès (Sosa 2846883915)
|-----DE ROUCY, Irmentrude (Sosa 5693767831)
Naissance : vers 1023
Décès : 1058
Profession : Comte
Note Profession : Duc d'Aquitaine de 1039 à 1058, Comte dePoitou.
Famille d'AQUITAINE - DE LORRAINE
Mariage : avant 1041
DE LORRAINE, Ermessinde Naissance : vers 1028
Décès : 1068 à Rome Italie
Note Contesté : Christian Settipani la donne fille de Bernard IIde BIGORRE, frère de Clémence de Foix, et de sa premièreépouse Clémence.
Les 2 enfants du couple d'AQUITAINE - DE LORRAINE 
D'AQUITAINE, Agnès (2846883914-C1.1)
× 1059 D'ARAGON, Ramire Ier
× 1064 DE SAVOIE, Pierre Ier
° vers 1045 - † après 1089
D'AQUITAINE, Clémence (2846883914-C1.2)
× 1074 DE LUXEMBOURG, Conrad Ier
× 1086 DE WASSEMBERG, Gérard III Flaminius
° avant 1058 - † après 1129

Retour à la page principale

PIOCH, Antoine Baptême : avant 1671 à Bouzigues ???,34140,Hérault, FRANCE
Famille PIOCH - ARABASSE
Mariage : avant 1691 à ? Pas Trouvé à Aniane ???,34,Hérault, FRANCE
ARABASSE, Jeanne Baptême : avant 1674 à Bouzigues ???,34140,Hérault, FRANCE
L'enfant du couple PIOCH - ARABASSE 
PIOCH, Pierre
× 1711 SANIÈRE, Gracie
°avant 1691 Bouzigues,34140,Hérault, FRANCE - †avant 1741

Retour à la page principale

      |-----ENRIQUE II, Alfonso (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C1) 
|-----de CASTILLA Y LEON, Juan 1 (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C1.1)
|-----de CASTILLA, Juana Manuel
de CASTILLA Y LEON, Fernando 1 dit el Justo ,el de Antequera, (le Juste) (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C1.1.A2)
      |-----de ARAGON, Pierre (88965122-5.A1.C1.B2.1.1.1) 
|-----de ARAGON, Leonor (Éléonore) (88965122-5.A1.C1.B2.1.1.1.C3)
|-----de SICILE, Eléonore
Naissance : 27 novembre 1380 à Medina del Campo, ESPAGNE
FERNANDO I 1412-1416, ALFONSO V 1416-14582.
Infante don FERNANDO de Castilla y León (Medina del Campo 27 Nov 1380-Igualada, near Barcelona 22 Apr 1416). Duque de Peñafiel, Señor de Lara. Regent of Castile for his nephew Juan II King of Castile 1406. Following the death in 1410 of don Martin I "el Humano" last King of Aragon of the House of the counts of Barcelona, he was one of the five candidates for the throne of Aragon. Fernando became the preferred successor, and under the Compromise of Caspe 25 Jun 1412 was chosen as don FERNANDO I "él de Antequera" King of Aragon, Sicily, Mallorca and Valencia, Conde de Barcelona, Urgel, Cerdagne and Roussillon, and crowned at Zaragoza Jan 1414. Encountering strong opposition, especially from Pedro de Luna and Jaime Conde de Urgel, he took two years to be accepted as uncontested sovereign of Aragon. Fernando's reversal of Aragonese support for the anti-pope Benedict XIII signalled the end of the schism in the Catholic church.
- KINGS of ARAGON 1412-1516, House of Trastámara.
Infante don FERNANDO de Castilla y León, son of don JUAN I King of Castile & his wife Infanta doña Leonor de Aragón (Medina del Campo 27 Nov 1380-Igualada, near Barcelona 22 Apr 1416). Duque de Peñafiel, Señor de Lara. Regent of Castile for his nephew Juan II King of Castile in 1406. Following the death in 1410 of don Martin I "el Humano", last King of Aragon of the House of the counts of Barcelona, Infante don Fernando was one of the five candidates for the throne of Aragon. He recaptured Antequera from the Moorish Kingdom of Granada. Fernando became the preferred successor, with the support of Pope Benedict XIII, and under the Compromise of Caspe 25 Jun 1412 was chosen as don FERNANDO I "él de Antequera" King of Aragon, Mallorca and Valencia, Conde de Barcelona, Cerdanya and Roussillon. He was invested as FERRANTE I King of Sicily, Sardinia and Corsica by Pope Benedict XIII 21 Nov 1412. In October 1413, he crushed the rebellion of Jaime de Urgel. Crowned at Zaragoza Jan 1414. He declared the perpetual union of Aragon and Sicily end-January 1414. Sardinia, under Guillaume II Vicomte de Narbonne (judge of Arborea), rebelled against him in 1412 and 1415. Fernando's withdrawal of Aragonese support for the anti-pope Benedict XIII in December 1415 signalled the end of the schism in the Catholic church.
Betrothed (Aug 1382) to Infanta dona BRITES de Portugal, daughter of dom FERNANDO I King of Portugal & his wife doña Leonor Téllez de Meneses (Coimbra end 1372-Madrigal after 1406 maybe [1409], bur Toledo Cathedral). This betrothal was arranged under the Peace of Elvas. She subsequently married don Juan I King of Castile and León, the father of Infante don Fernando. She succeeded her father in 1383 as dona BRITES Queen of Portugal. Deposed 1383.
m (1393) doña LEONOR URRACA de Castilla "la Ricahembra", Condesa de Alburquerque, daughter of don SANCHO Alfonso de Castilla Conde de Alburquerque & his wife Infanta dona Brites de Portugal (1374-Medina del Campo 16 Dec 1435).
King Fernando I & his wife had seven children:
1. Infante don ALFONSO de Castilla y León (Villaverde, near Medina del Campo 1394-Naples 26 Jun 1458).
2. Infanta doña MARÍA de Castilla y León (1396-Villacastin 18 Feb 1445).
3. Infante don JUAN de Castilla y León (Medina del Campo 29 Jun 1398-Barcelona 19 Jan 1479, bur Nuestra Señora de Poblet).
4. Infante don ENRIQUE de Castilla y León (1400-Calatayud 15 Jun 1445).
5. Infanta doña LEONOR de Castilla y León ([1400]-Toledo 19 Feb 1445, bur 1456 Batalla).
6. Infante don PEDRO de Castilla y León ([1406]-killed in battle Naples 17 Oct 1438).
7. Infante don SANCHO de Castilla y León ([1410]-Medina del Campo Mar 1416). .
Décès : 22 avril 1416 à Barcelone, ESPAGNE,à Igualada
Titre : Comte de Barcelonne, de Roussillon et de Cerdagne (1412-1416)
Profession : Roi d'Aragon, de Sicile, de Valence, de Majorque et de Sardaigne et Corse
Document
Famille de CASTILLA Y LEON - SANCHEZ de CASTILLA
 
      |-----de CASTILLA Y LEON, Alfonso (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3) 
|-----de CASTILLE, Sanche Alphonse (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2)
|-----NUNEZ de GUZMAN, Leonor
SANCHEZ de CASTILLA, Leonor Urraca dite la Ricahembra (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1)
|-----de PORTUGAL, Béatrice
Naissance : 1374
Eleanor, 2nd Countess of Alburquerque (1374–16 December 1435) became Queen consort of Aragon by her marriage to Ferdinand I of Aragon. In Spanish, she is known as Leonor Urraca de Castilla, condesa de Alburquerque
Family
Her father was Sancho Alfonso, 1st Count of Alburquerque, who was an illegitimate son of King Alfonso XI of Castile and his mistress Eleanor of Guzman, and a brother of King Henry II of Castile. Her mother was Infanta Beatrice, Countess of Alburquerque, who was daughter of Peter I of Portugal and Ines de Castro. Eleanor was born in Aldeadavila de la Ribera, now in National Park since 2002 of Arribes del Duero Natural Park, province of Salamanca.
Eleanor's brother was Ferdinand, 2nd Count of Alburquerque.
[edit] Marriage
Eleanor was originally betrothed to Frederick, illegitimate son of Henry II of Castile, however this engagement was broken off.[1]
Upon the death of the sickly John I of Castile on October 9 of 1390 the Regency Council addressed the issue of the heir presumptive, Infante Henry at the time eleven years of age and his brother Infante Ferdinand, who was then ten years. It was agreed that Ferdinand could not marry before his brother Henry reached the age of fourteen. Then he would be granted the privileges and social policies majority.
Peter I of Castile was murdered in March 1369 by his bastard brother Henry. The representatives of the clergy, the nobility, the state of the gentry and merchants, as well as the authorized legal representatives of some Castillian cities agreed that Henry's grandson Infante Henry should marry the granddaughter of the murdered Peter, this was the England princess Catherine of Lancaster, daughter of John of Gaunt. As the elder brother, Henry, fulfilled these requirements then so should his brother Infante Ferdinand, with a good wife who was honorable and rich.
It was then heard that Eleanor of Alburqueque was sixteen and old enough to marry. She expressed her agreement in marriage but could not yet take place as Ferdinand was not ten years old yet. She owned the towns of Haro, Briones, Vilforado, Ledesma with the five towns, Albuquerque, the Codesera, Azagala, Alconchel, Medellin, Alconétar and Villalon, a gift from John I of Castile. This made Eleanor a very attractive offer to Ferdinand.
In 1394, Eleanor and Ferdinand were married. They had seven children:
Alfonso V of Aragon (1394–1458), also king of Sicily and Naples
Maria of Aragon, first wife of John II of Castile, (1396–1445)
John II of Aragon (1397–1479)
Henry of Aragon, Duke of Villena, Count of Alburquerque, Count of Empuries and Grand Master of the Order of Santiago (1400–1445)
Eleanor of Aragon (Queen of Portugal), who married Edward I of Portugal (1402–1445)
Pedro of Aragon, Count of Alburquerque and Duke of Noto (1406–1438)
Sancho of Aragon (1410–1416)
[edit] Later life
In 1412, Ferdinand and Eleanor became King and Queen of Aragon after the Compromise of Caspe. However they reigned for only four years, when Ferdinand died in 1416, aged 36 years. Eleanor, who was then 42 years old, retired to Medina del Campo. In 1435 her sons, the princes of Aragon were taken prisoners of the Genoese after the naval battle of Ponza.
The Royal Palace of Medina del Campo, birthplace of her husband Fernando and her children, was transformed into the Convent of Santa María la Real. There, Eleanor witnessed her children fighting against the royalist party led by Álvaro de Luna.[2] Eleonor lost some of her possessions as a benefit for the latter.
Eleanor died in Medina del Campo, province of Valladolid, in 1435. Her grave is in the Convent of Santa María la Real, in a simple grave on the floor. It has a tablet that is stone Toledo dark, with the Royal Arms carved on it.
[edit] Ancestors
[edit] References
^ CASTILE, Medieval Lands
^ Aragonese Encyclopeda
[edit] Further reading
http://www.aldeadavila.com/historia/la-historia-de-leonor-de-alburquerque-y-ledesma/
Wikimedia Commons has media related to: Eleanor of Alburquerque
Eleanor of Alburquerque
House of TrastámaraBorn: circa 1374 Died: 16 December 1435
Royal titles
Preceded by
Margaret of Prades
Queen consort of Aragon, Majorca, Valencia and Sicily
Countess consort of Barcelona
1412–1416
Succeeded by
Maria of Castile
Spanish nobility
Preceded by
Ferdinand
Countess of Alburquerque
1385–1435
Leonor Urraca Sánchez de Castilla, III condesa de Alburquerque, llamada la Ricahembra (Å?, Castilla, 1374 – Medina del Campo, 1435), fue reina consorte de Aragón, por su matrimonio con Fernando el de Antequera.
Contenido
[ocultar]
1 Primeros años
2 Matrimonio y descendencia
3 Reinado
4 Enlaces externos
[editar] Primeros años
Hija del infante Sancho de Castilla, hijo ilegítimo del rey Alfonso XI de Castilla y su amante Leonor de Guzmán, y de la infanta Beatriz de Portugal, hija de Pedro I de Portugal e Inés de Castro, era heredera de ricas tierras y propiedades en Castilla, La Rioja y Extremadura.
Al morir el enfermizo Juan I el 9 de octubre de 1390, el Consejo de Regencia abordó el tema del presunto heredero rey Enrique III de Castilla el Doliente, nacido en octubre de 1379, de once años y de su hermano uterino el príncipe Fernando, que tenía entonces diez años. Se acordó que el hermano menor, el príncipe Fernando, no pudiera contraer matrimonio antes de que su hermano el rey Enrique alcanzase los catorce años de edad. Entonces se le concederían las prerrogativas políticas y sociales de la mayoría de edad.
Para superar las divergencias derivadas del asesinato del rey Pedro I en marzo de 1369 por su hermano Enrique, los representantes del clero, la nobleza, el estado de los hidalgos y los comerciantes, así como los representantes de varias ciudades castellanas acordaron que Enrique se casara con la nieta del asesinado Pedro, nacida en Inglaterra de madre castellana e hija del rey Pedro. Y en cuanto el hermano mayor, Enrique III, cumpliera tales requisitos, se casaría su hermano menor, el príncipe Fernando, con una esposa buena, honorable y rica.
Fue entonces elegida Leonor, que ya tenía edad para ello por contar con dieciséis años. Mostró su conformidad al matrimonio en cuanto pudiera realizarse ya que el príncipe Fernando tenía diez años todavía. Entonces era dueña, de pleno derecho, de: Haro, Briones, Cerezo de Río Tirón, Vilforado, Ledesma con las cinco villas, Albuquerque, La Codesera, Azagala, Alconchel, Medellin, Alconétar, Villalón por regalo de su primo el rey Juan I, de Urueña por trueque pedido por Juan I a cambio de cederle Cea y su tierra a Ramiro Núñez de Guzmán, de San Felices de los Gallegos, que el rey había dado a uno de sus mercenarios nobles, Giral de Torralt, de Villa García, que había entregado a Gutier González Quijada, Fuentpudia, dada antes a Juan Alfonso de Baeza, y Montealegre, que había dado a Enrique Manuel.
[editar] Matrimonio y descendencia
En 1394 Leonor, de unos veinte años de edad, se casó con su sobrino Fernando que entonces tendría unos catorce años de edad. Tuvieron siete hijos:
Los hijos nacidos de esa unión, los denominados Infantes de Aragón, fueron:
Alfonso el Magnánimo (Medina del Campo, 1394–1458), rey de Aragón, con el nombre de Alfonso V, y de Nápoles y Sicilia, con el nombre de Alfonso I.
María de Aragón (Medina del Campo, 1396–1445), primera esposa de Juan II de Castilla.
Juan el Grande (Medina del Campo, 1397–1479), rey de Aragón y rey consorte de Navarra.
Enrique (1400 – Calatayud, de heridas de batalla, 1445), duque de Alburquerque, conde de Villena, conde de Ampurias, Gran Maestre de la Orden de Santiago.
Leonor (1402–1445), que casó con Eduardo I de Portugal. Una de sus hijas, Leonor, fue esposa del emperador Federico III de Habsburgo.
Pedro (1406–1438, Italia, en batalla), IV conde de Alburquerque, duque de Noto.
Sancho (1410–1416).
[editar] Reinado
Leonor y su esposo (que tomó el nombre de Fernando I) fueron coronados reyes de Aragón en 1412 tras el Compromiso de Caspe. Fernando I de Aragón murió poco después en el año 1416, a los 36 años de edad. Leonor, que tenía entonces 42 años de edad, se retiró a Medina del Campo. En 1421 promulgó su «Ordenamiento de Ferias» que firmo como «la triste Reyna» por estar en aquella época sus hijos, los infantes de Aragón, prisioneros de los genoveses, después de la batalla naval de Ponza.
El Palacio Real de Medina del Campo, donde nacieron su esposo Fernando y sus hijos, fue transformado en el Convento de Santa María la Real. Allí, Leonor Urraca fue testigo de los enfrentamientos de sus hijos contra el partido realista encabezado por Álvaro de Luna. Leonor perdió algunas de sus posesiones en beneficio de este último.
Leonor Urraca falleció en Medina del Campo en el año 1435. Su sepultura se encuentra en el Convento de Santa María la Real, en una tumba sencilla sobre el suelo. Tiene una lápida de piedra de Toledo oscura, con el escudo real labrado en ella.
[editar] Enlaces externos
Wikimedia Commons alberga contenido multimedia sobre Leonor Urraca de Castilla.
Artículo en la Enciclopedia aragonesa
Historia general del Reino de Aragón
Predecesor:
Margarita de Prades
Reina consorte de Aragón, Mallorca, Valencia y Sicilia
Condesa consorte de Barcelona
1412 – 1416
Sucesor:
María de Castilla
Décès : 16 décembre 1435 à Medina del Campo, ESPAGNE
Titre : III Condesa de Alburquerque, consorte de Aragon
Profession : Comtesse d'Albuquerque
Les 8 enfants du couple de CASTILLA Y LEON - SANCHEZ de CASTILLA 
de CASTILLA Y LEON, Alfonso (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.1) Naissance : 1394
1. Infante don ALFONSO de Castilla y León (Villaverde, near Medina del Campo 1394-Naples 26 Jun 1458). Created Infante de Aragón on his father's assumption of power in Aragon in 1412. Created Duque de Girona by his father at his coronation Jan 1414. He succeeded his father in 1416 as don ALFONSO V "el Magnánimo" King of Aragon, ALFONS IV Conde de Barcelona, ALFONSO I King of Sicily. Leaving his Queen as Regent, he left Spain for Italy in May 1420, first landing at Alghero in June 1420 to crush the Sardinian revolt. In Sep 1420, he captured Calvi and besieged Bonifaci, but was obliged to withdraw from Corsica by the Genoese. Offered the succession of Naples in return for military help in August 1420, he sailed for Naples in July 1421 and was received as son and heir of Giovanna II Queen of Sicily [Naples] 8 Jul 1421, although the appointment was revoked in June 1423. Returning to Spain, Alfonso V found himself embroiled in the conflicts between his brothers and their cousin Juan II King of Castile. He returned to Sicily in May 1432, was reappointed heir to Naples in 1433, but when Queen Giovanna II died in 1435 she left her kingdom to René d'Anjou. Alfonso V's military intervention to capture was Naples was thwarted by the Genoese 5 Aug 1435 at Ponza, where he and his brothers were captured. He was released after making an alliance with Filippo Maria Visconti in Oct 1435, and fought from 1436 to 1442 to impose himself as King of Naples against Angevin opposition, finally occupying the town of Naples 2 Jun 1442. In 1442, he declared Sicily and Naples united to form the Kingdom of the Two Sicilies, and was recognised as ruler of Naples in June 1443 by Pope Eugene IV. On his death, Sicily reverted to the crown of Aragon, while his illegitimate son Ferrante succeeded in Naples. The mid-16th century Chronicle of Gaspare Fuscolillo records the death 26 Jun 1458 in Naples of "Re Alfonso primo" and that he was body was taken "ad sancto Dominicho de Napoli"[536]. m (Valencia Jun 1415) his first cousin, Infanta doña MARÍA de Castilla y León, daughter of ENRIQUE III King of Castile and León & his wife Katherine of Lancaster (Segovia 14 Sep 1401-Valencia 7 Sep 1458). Regent during her husband's absences in Italy 1420-1423, and from May 1432 until he died, although her area of government was reduced to Catalonia in 1436 when King Alfonso appointed his brother Juan as regent in Aragon and Valencia. Mistress (1): doña MARGARITA de Hijar, daughter of don JUAN Fernández de Hijar Barón de Hijar, Señor de Belchite & his second wife doña Timbor de Cabrera. Mistress (2): GIRALDONA Carlino, daughter of [537]ENRIQUE Carlino & his wife Isabel ---. King Alfonso V had one illegitimate child by Mistress (1) or by Mistress (2):
a) don FERRANTE de Aragón (1423 or [1424/31]-Naples 25 Jan 1494). His father designated him as successor in Naples immediately after entering the city 26 Feb 1443. He succeeded his father 1458 as FERRANTE I King of Naples.
- KINGS of NAPLES & SICILY.
King Alfonso V had two illegitimate children by Mistress (2):
b) doña MARÍA de Aragón (-9 Dec 1449, bur Ferrara Santa Maria degli Angeli). The Annales Ludovici di Raimo record the marriage 13 Apr 1444 of "Madama Maria figliola del Re dþAragona" and "al Marchese di Ferrara"[538]. m (20 May 1444) as his second wife, LEONELLO d'Este Signor di Ferrara, Modena e Reggio, illegitimate son of NICCOLÓ d'Este Signor di Ferrara e Modena & his mistress Stella dei Tolomei dell'Assassino (Ferrara 21 Sep 1407-Palazzo di Belriguardo 1 Oct 1450, bur Ferrara Santa Maria degli Angeli). No issue.
c) doña LEONORA de Aragón. m ([1443] or May 1444) MARIANO Marzano 1st Principe di Rossano, 3rd Duca di Sessa e Squillace, Conte di Montalto, son of GIOVANNI ANTONIO Marzano 2nd Duca di Sessa & his wife Cobella Ruffo Dss di Sessa Signora di Montalto (-murdered Ischia 1494).
Décès : 26 juin 1458 à Naples, ITALIE
de ARAGON, Alfonso dit le magnanime (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.2) Naissance : vers 1395
Décès : 1458
Titre : Alphonse V
de CASTILLA Y LEON, Maria (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.3) Naissance : 1396
2. Infanta doña MARÍA de Castilla y León (1396-Villacastin 18 Feb 1445). Created Infanta de Aragón on her father's assumption of power in Aragon in 1412. m (Avila 4 Aug 1420) as his first wife, her first cousin, don JUAN II King of Castile, son of ENRIQUE III King of Castile and León & his wife Katherine of Lancaster (Toro 6 Mar 1405-Valladolid 20 Jul 1454, bur Burgos).
de CASTILLA Y ARAGON, Juan II dit el Grande (le Grand) (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.4)
× de NAVARRA, Blanca
× HENRIQUEZ Y FERNANDEZ de CORDOBA, Juanna
° 1397 - † 1479
de CASTILLA Y LEON, Leonor (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.5) Naissance : 5. Infanta doña LEONOR de Castilla y León ([1400]-Toledo 19 Feb 1445, bur 1456 Batalla). Created Infanta de Aragón on her father's assumption of power in Aragon in 1412. Joint Regent of Portugal for her son 1438-1445. m (Coimbra 4 Nov 1420) Infante dom DUARTE de Portugal, son of JOÃO I King of Portugal & his wife Philippa of Lancaster (Viseu 31 Oct 1391-Thomar 9 Sep 1438, bur Batalla). He succeeded his father in 1433 as dom DUARTE King of Portugal.
de CASTILLA Y LEON, Enrique (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.6) Naissance : 1400
4. Infante don ENRIQUE de Castilla y León (1400-Calatayud 15 Jun 1445). Elected Grand Master of the Order of Santiago 1409. Created Infante de Aragón on his father's assumption of power in Aragon in 1412. Conde de Alburquerque, ceded to him by his mother 18 May 1418. Joint regent of Castile, with his brother Juan, from the death in 1418 of the Queen Mother Katharine, until King don Juan II was declared of age 7 March 1419. Even after this, he exerted a powerful influence over his first cousin the King of Castile, going so far as to sequestrate him by taking over the royal palace of Tordesillas in 1419. He reinforced his power by marrying the King's sister in 1420, when he was created Duque de Villena by Juan II. As a result of the machinations of don Álvaro de Luna, working with Enrique's brother Infante don Juan, he was arrested in Madrid in June 1422 and forfeited his possessions in Castile. He was imprisoned for 2 years firstly in the Alcazar in Madrid, later in the fortress of Mora. King Alfonso V threatened to invade Castile to release his brother, who was eventually released in 1427 and compensated. His Castilian titles and assets were confiscated by the Treaty of Majano July 1430, which ended Aragon's invasion of Castile, and he was expelled from the Kingdom. In the course of his campaigns in Italy, he was captured at the battle of the Isle of Ponza 25 Aug 1435, but released through the influence of Francesco Sforza Duke of Milan. His brother King don Alfonso V created him Conde de Ampurias 13 Jan 1436, with land to compensate him for the loss of his Castilian territories. He had a passionate disposition and rebellious nature. Returning to Castile, more disputes followed culminating in his imprisoning the King again. He was imprisoned and expelled for a second time. He fought and lost to Castilian troops 19 May 1445 at Olmedo, where he was mortally wounded. m firstly (Torre de Alamin 12 Jul 1420) his first cousin, Infanta doña CATALINA de Castilla y León, Duquesa de Villena, daughter of don ENRIQUE III King of Castile & his wife Katharine of Lancaster (1403-Zaragoza 19 Oct 1439). She died in childbirth. m secondly (Medina del Campo 7 Apr 1443) doña BEATRIZ Pimentel, daughter of don RODRIGO Pimentel Conde de Benavente & his wife doña Leonor Enríquez ([1416]-1490). Enrique & his first wife had one child:
a) son stillborn (Zaragoza before 19 Oct 1439).
de CASTILLA Y LEON, Pedro (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.7) Naissance : 1406
6. Infante don PEDRO de Castilla y León ([1406]-killed in battle Naples 17 Oct 1438). Created Infante de Aragón on his father's assumption of power in Aragon in 1412. Duca di Noto.
de CASTILLA Y LEON, Sancho (88965122-5.A1.C1.B1.4.2.3.C2.1.8) Naissance : 7. Infante don SANCHO de Castilla y León ([1410]-Medina del Campo Mar 1416). Created Infante de Aragón on his father's assumption of power in Aragon in 1412. Grand Master of the Orders of Calatrava and Alcántara.

Retour à la page principale

      |-----DE BARCELONE, Raymond-Bérenger (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2) 
|-----de BARCELONA, Ramon (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1)
|-----DE PROVENCE, Douce
de ARAGON, Alfonso II dit el Casto (le Chaste) (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1)
|-----de ARAGON, Pétronille
Naissance : ALFONSO II 1164-1195
Infante don RAMÓN de Aragón, son of RAMÓN BERENGUER IV Conde de Barcelona & his wife doña Petronilla Queen of Aragon (Villamayor del Valle, Huesca 1/25 Mar 1157-Perpignan 25 Apr 1195, bur Poblet, monastery of Nuestra Señora). The "Corónicas" Navarras name (in order) "don Pedro…el rey don Alfonso, que ovo nombre Remón Belenguer et el conte don Pedro de Provença et el conte don Sancho et a la muller del rey don Sancho de Portugal" as the children of the "conte de Barçalona…en esta su muller [dona Peyronela]", stating that the first named Pedro died in Huesca[230]. The Brevi Historia Comitum Provinciæ names "Ildefonsum primogenitum" as son of "Berengarius comes Barchinonæ et Provinciæ, maritus Petronillæ"[231]. He succeeded his father in 1162 as RAMÓN Conde de Barcelona, Girona, Osona, Besalú, Cerdagne/Cerdaña and Roussillon. "Ildefonsus…rex Aragonensis, comes Barchinonensis, duc Provinciæ" granted "vicecomitatu de Carlades", held by "avus patris mei Guilbertus…comes", to "Hugonem comitem Rutenensem" by charter dated 1167[232]. He founded Teruel 1169-72. He secured the vassalage of Marie Ctss de Béarn 1170. Comte de Roussillon (including the see of Elne) in 1172 on the death of Guinard II Comte de Roussillon without heirs. He succeeded his mother in 1174 as ALFONSO II “el Casto” King of Aragon. He secured the vassalage of Centule Comte de Bigorre 1175, by granting him the Val d’Aran. He conceded Murcia to Castile under the treaty of Cazola Mar 1179, retaining Valencia within the Aragonese sphere of influence. Roger II Vicomte de Béziers-Carcassonne confirmed his vassalage Nov 1179. He succeeded his brother in 1185 as ALFONSO I Comte de Provence (declaring himself Marquis de Provence), appointing Roger Bernard Comte de Foix as procurator. He acquired Pallars Jussà 1192 by cession of Dolça de So. He ordered the compilation (completed 1194) of the Great Book of Fiefs (liber feudorum maior), an administrative register of property, under the direction of Ramón de Caldes, dean of Barcelona cathedral. Betrothed to Matilda or Teresa, daughter of Afonso I King of Portugal (-1218). The Chronicle of Alberic de Trois-Fontaines records the death of "Hildefonsum rex Arragonum" and his burial "in abbatio de Populato"[233]. The Gestis Comitum Barcinonensium records the death in 1196 of "Ildefonsus" and his burial "in Monasterio Populeti" which he had founded[234]. The Crónica de San Juan de la Peña records the death of King Alfonso in 1196 aged 42 and his burial "al monasterio de Poblet"[235]. The "Corónicas" Navarras record that "el rey don Alfonso de Aragón, fijo de conte de Barçalona" died "al yssient de abril", in 1234[236]. The Anales Toledanos record the death in Apr 1195 of “el Rey D. Alfonso de Aragon”[237]. The Thalamus de Montpellier records the death in Apr 1196 of "Namfos rei dAragon a Perpinhan"[238].
Betrothed ([30 Jan 1160]) to Infanta dona MAFALDA de Portugal, daughter of dom AFONSO I King of Portugal & his wife Mathilde de Savoie ([1149]-1173/4). A Chronica Breve names "dona Mafalda" first among the daughters of King Afonso I, adding that she married "comde Reymon de Barcelona" (although this source is inaccurate in other details)[239].
m (Zaragoza 18 Jan 1174) Infanta doña SANCHA de Castilla, daughter of don ALFONSO VII "el Emperador" King of Castile and León & his second wife Ryksa of Poland (1155-Monastery of Sijena 9 Nov 1208). The Gestis Comitum Barcinonensium records the marriage of "Ildefonsus" and "Sanciam…filiam Imperatoris Magni Ildefonsi de Castellæ"[240]. The "Corónicas" Navarras name "la filla del Emperador dona Sancha" as the wife of "el rey don Alfonso d'Aragón"[241]. She founded the Hospitaller priory of nuns of Nuestra Señora at San Juan de Sijena in 1188, and became a nun there herself in 1197. Her name is confirmed in the charter dated 24 Feb 1212 under which Pedro II King of Aragon "filio Sanctiæ…Reginæ Aragonum" granted property to "Guillelmo de Montepessulano…filius Agnetis feminæ"[242]. The Anales Toledanos record the death in 1208 of “la Reyna Doña Sancha Daragon, filla del Emperador” and her burial “en Sixena”[243].
King Alfonso II & his wife had nine children:
1. Infante don PEDRO de Aragón ([1174/76]-killed in battle Muret 14 Sep 1213, bur priory of San Juan de Sijena). The "Corónicas" Navarras name "al yfant don Pedro, rey d'Aragón, et al marqués de Provença don Alfonso, et a don Ferrando, abbat de Mont aragón, et una filla que casaron en Ongría" as the children of "el rey don Alfonso d'Aragón" and his wife[244]. The Gestis Comitum Barcinonensium names "Petrus…Alfonsus" as the oldest two of the three sons of "Ildefonsi", specifying that Pedro succeeded his father in "regnum Aragoniæ et Comitatus Barchinonæ, Bisuldini, Cerritaniæ et Rossilionis, ac Palearensem"[245]. The Crónica de San Juan de la Peña names "Pedro…Alfonso…y Fernando" as the three sons of King Alfonso II[246]. He succeeded his father in 1195 as PEDRO II "el Católico" King of Aragon, Conde de Barcelona, Gerona, Osona, Besalú, Comte de Cerdagne/Cerdaña et de Roussillon. He was crowned at Rome by Pope Innocent III [1205]. He received possession of the County of Urgel 1209 on the death of Armengol VIII without male heirs, in return for guaranteeing the rights of his daughter (to whom King Pedro’s son Don Jaime was betrothed). He vanquished the Almohades at Las Navas de Tolosa 1212. He was defeated in battle by Simon de Montfort. The Annales Compostellani record that “Petrus Rex Aragoniæ” was killed “a Gallis apud Castrum…Muret II Id Sep” in 1213[247]. The Crónica de San Juan de la Peña records the death in 1214 of Pedro II King of Aragon aged 40 years and his burial "en el monasterio de Sijena"[248]. m (Montpellier 15 Jun 1204) as her third husband, MARIE de Montpellier Dame de Montpellier, widow (firstly) of RAYMOND GEOFFROY "Barral" Vicomte de Marseille and divorced wife (secondly) of BERNARD [IV] Comte de Comminges, daughter of GUILLAUME [VIII] Seigneur de Montpellier & his wife Eudoxia Komnene (-Rome 21 Apr 1213). The Chronicle of Alberic de Trois-Fontaines names "Maria Guilelmi Montepessulano filia" as wife of "rege Petro Arragonum"[249]. The Crónica de San Juan de la Peña records that Pedro II King of Aragon married "la filla del noble princep Don Guillem de Montpeller…Maria, nieta del Emperador de Costantin noble"[250]. The primary source which confirms her first marriage has not yet been identified. "Guillelmus…Montispessulani, filius quondam Mathildis ducisse" agreed the marriage of "filiam meam Mariam" and "Bernardo, comitis Convenarum" by charter dated Dec 1197, under which Marie also agreed to renounce her rights to Montpellier in favour of "Guillelmo Montispessulani patri meo, et tibi Guillelmo filio ejus et domine Agnetis, fratri meo"[251]. However, after a revolt of the citizens of Montpellier against young Guillaume [IX], Marie recovered her inheritance 15 Jun 1204[252]. In his testament dated 4 Nov 1202, her father bequeathed money to "filiæ meæ Mariæ…et comes Convenarum maritus eius"[253]. The marriage contract between "Maria filia quondam domini Montispessulani" and "Petro Regi Aragoniæ, et comiti Barchinonis" is dated 1204, and names "comes Santius…Ildefunsus comes Provinciæ frater domini regis, Guillelmus de Balcio, Hugo de Balcio frater eius, Rocelinus vicecomes et dominus Massiliæ, Guido de Cabilione…"[254]. "Maria filia quondam domini Montispessulani…Regina Aragoniæ, comitissa Barchinonis" granted Montpellier to "Petro…Regi Aragoniæ, comiti Barchinonis marito meo" by charter dated Sep 1205, witnessed by "…Domina Clementia…"[255]. Under her first testament of 1209, she designated the Templars as guardians of her son. Under her last testament of 1213, she designated the Pope as his guardian. The Thalamus de Montpellier records the death "xviii jorns dins abril" in 1213 at Rome of "madona Maria de Montpellier molher del rei dAragon"[256]. King Pedro II & his wife had two children:
a) Infanta doña SANCHA de Aragón (1205-[1206]). "Petrus…Rex Aragoniæ et comes Barchinoniæ et dominus Montispessulani" and "Raimundo…Duci Narbonæ, Comiti Tolosæ et Marchioni Provinciæ" arranged the marriage of "filiam meam…et dominæ Mariæ uxoris…Sanciæ" and "Raimundo filio tuo et Reginæ Joannæ", by charter dated Oct 1205[257]. Betrothed (1205) to RAYMOND de Toulouse, son of RAYMOND VI Comte de Toulouse & his third wife Joan of England (Beaucaire, Gard Jul 1197-Millau, Aveyron 27 Sep 1249, bur Fontevraud). He succeeded his father in 1222 as RAYMOND VII Comte de Toulouse.
b) Infante don JAIME de Aragón (Montpellier 1 Feb 1208-Valencia 27 Jul 1276). The Crónica de San Juan de la Peña names "Jaime" as son of Pedro II King of Aragon and his wife "la filla del noble princep Don Guillem de Montpeller…Maria, nieta del Emperador de Costantin noble"[258]. He succeeded his father in 1213 as don JAIME I "el Conquistador" King of Aragon, Conde de Barcelona, Gerona, Osona, Besalú, Comte de Cerdagne/Cerdaña et de Roussillon. His year of birth is confirmed by the testament of his mother Petronilla, dated 4 Apr 1152, in which she names as heir to Aragon her child to be born, assuming it was a son[259].
- see below.
King Pedro II had [three] illegitimate children by unknown mistresses:
c) don PEDRO del Rey (-1 Sep 1254). The primary source which confirms his parentage has not yet been identified. A priest at Lérida.
d) doña CONSTANZA de Aragón (-shortly after 1250). The primary source which confirms her parentage and marriage has not yet been identified. Zurita records the marriage “en Tahuste” 7 Nov 1212 of “el Rey...una hija suya....Doña Costança” and “Don Guillen Ramon de Moncada”, adding that her father granted “los castillos y villas de Seros y Aytona y Sosez...” to the couple[260]. The last point suggests that, at some time, there must have been surviving documentary evidence of the marriage and the grant. m (Pratella, near Taúst 7 Nov 1212) as his second wife, GUILLEM RAMON [III] de Montcada, son of RAMON [I] de Montcada Señor de Tortosa i Lérida & his wife Ramona de Tornemira ([1175]-1228). Seneschal of Catalonia. A strong supporter of don Pedro II King of Aragon, Conde de Barcelona, he fought against the Moors at Las Navas de Tolosa in 1212. King Pedro granted him rights to the castles and towns of Serós, Aitona and Soses, in the Segrià at the time of his marriage[261].
e) [doña MARÍA de Aragón. The primary source which confirms her parentage and marriage has not yet been identified. m HUG JOFRE I de Rocaberti Vizconde de Rocaberti Barón de Vilademuls, son of DALMAU [II] Vizconde de Rocaberti & his first wife Ermesende de Montpellier (-[1250]).]
2. Infanta doña CONSTANZA de Aragón ([1179]-Catania 23 Jun 1222, bur Palermo Cathedral). The Gestis Comitum Barcinonensium names "Constantia" as oldest of the three daughters of "Ildefonsi", specifying that she married "Regi Ungariæ" but returned childless to Aragon after his death[262]. The Chronicon Dubnicense records that "Emericus" married "Constancia filia regis Aragonie Cesari Friderico"[263]. The "Corónicas" Navarras name "al yfant don Pedro, rey d'Aragón, et al marques de Provença don Alfonso, et a don Ferrando, abbat de Mont aragón, et una filla que casaron en Ongría" as the children of "el rey don Alfonso d'Aragón" and his wife[264]. The Chronicle of Alberic de Trois-Fontaines names "Constantia regina" as wife of "Hemericus filius [regis Hungarie Bela]", specifying that she later married "Frederico imperatori"[265]. The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Constancia soror…Iacobi regis Aragonum" as the first wife of "dominus Fridericus secundus…Romanorum…imperator"[266]. The Continuatio Admuntensis records that she took her son to Vienna and, after his death, Leopold Duke of Austria arranged her repatriation to "fratri suo Hyspaniarum regi"[267]. The Crónica de San Juan de la Peña records that Pedro II King of Aragon arranged the marriage of his sister Constanza to "Fredrico Rey de Sicilia"[268]. The Ryccardus de Sancti Germano Annales record the marriage in 1209 of "Fredericus rex Sicilie" and "Constantiam sororem regis Arragonum"[269]. The Continuatio Claustroneoburgensis records the marriage of "Fridericus rex Apulie" and "filiam regis Arragonis, relictam regis Ungarie"[270]. Named Regent of Sicily by her husband in 1212, during his absence in Germany until 1220. She was crowned Empress at Rome with her husband 22 Nov 1220[271]. The monk Conradþs Brevis Chronica records the death "apud Cataniam" in 1222 of "domina Constantia imperatrix…prima uxor Frederici imperatoris"[272]. m firstly (1198) IMRE King of Hungary, son of BÉLA III King of Hungary & his first wife Agnès [Anna] de Châtillon-sur-Loing (1174-30 Nov 1204, Eger Cathedral). m secondly (Feb 1210) as his first wife, FRIEDRICH King of Sicily, son of Emperor HEINRICH VI King of Germany [Hohenstaufen] & his wife Constanza of Sicily (Iesi, Ancona 26 Dec 1194-Castel Fiorentino near Lucera, Foggia, of dysentery 13 Dec 1250, bur 25 Feb 1251 Palermo Cathedral). He was elected FRIEDRICH II King of Germany 5 Dec 1212 at Frankfurt-am-Main, crowned at Mainz 9 Dec 1212 and at Aachen 25 Jul 1215. Crowned Emperor in Rome 22 Nov 1220.
3. Infante don ALFONSO BERENGUER de Aragón ([1180]-Palermo Feb 1209). The "Corónicas" Navarras name "al yfant don Pedro, rey d'Aragón, et al marqués de Provença don Alfonso, et a don Ferrando, abbat de Mont aragón, et una filla que casaron en Ongría" as the children of "el rey don Alfonso d'Aragón" and his wife[273]. The Gestis Comitum Barcinonensium names "Petrus…Alfonsus" as the oldest two of the three sons of "Ildefonsi", specifying that Alfonso succeeded his father in "Ducatum Provinciæ"[274]. "…Ildefunsus comes Provinciæ frater domini regis…" witnessed the marriage contract dated 1204 between "Maria filia quondam domini Montispessulani" and "Petro Regi Aragoniæ, et comiti Barchinonis"[275]. He succeeded his father in 1195 as ALFONSO II Comte de Provence, Millau & Razès.
- COMTES de PROVENCE.
4. Infanta doña LEONOR de Aragón ([1182]-Feb 1226). The Gestis Comitum Barcinonensium names "Helienor" as second of the three daughters of "Ildefonsi"[276]. The Crónica de San Juan de la Peña records that Pedro II King of Aragon arranged the marriage of his "segunda hermana Elionor" to "Remon conte de Tolosa", stating that their marriage was childless[277]. William of Tyre (Continuator) records that "li cuens de Saint Gile" married the sister of the king of Aragon after repudiating the "fille de l'empereor de Chypre"[278]. m (Jan 1203) as his fifth wife, RAYMOND VI Comte de Toulouse, son of RAYMOND V Comte de Toulouse & his wife Constance de France (27 Oct 1156-Toulouse 2 Aug 1222). No issue.
5. Infante don RAMÓN BERENGUER de Aragón (-young). The primary source which confirms his parentage has not yet been identified.
6. Infante doña SANCHA de Aragón ([1186]-shortly after 1241). The Gestis Comitum Barcinonensium names "Sanxa" as third of the three daughters of "Ildefonsi"[279]. The Crónica de San Juan de la Peña records that Pedro II King of Aragon arranged the marriage of his "tercera hermana Sancha" to "al hijo del conde de Tolosa", by whom she was mother of "una hija que fué mujer de Alfonso conde de Poitiers, hermano de Luis rey de Francia"[280]. The Chronicle of Guillaume de Puylaurens records that "Raymond-le-Jeune" married "dona Sancha sœur du roi Pierre dþAragon", dated to 1211 from the context[281]. A "Chronique en Languedocien, tirée du cartulaire de Raymond le Jeune comte de Toulouse" records the marriage in Jan 1203 (although the year must be incorrect) of "Raymundum comes Tholosanus filius regine Constancie" and "sororem regis Aragonum"[282]. "Sancia soror quondam...regis Aragoniæ, et uxor Raymundi filii domini Raymundi...ducis Narbonæ, comitis Tolosæ, marchionis Provinciæ" confirmed the privileges of Nîmes by charter dated 13 Nov 1218[283]. m (Jan [1211], divorced 1241) as his first wife, RAYMOND de Toulouse, son of RAYMOND VI Comte de Toulouse & his third wife Joan of England (Beaucaire, Gard Jul 1197-Millau, Aveyron 27 Sep 1249, bur Fontevraud). He succeeded his father in 1222 as RAYMOND VII Comte de Toulouse.
7. Infante don FERNANDO de Aragón ([1190]-1249). The "Corónicas" Navarras name "al yfant don Pedro, rey d'Aragón, et al marqués de Provença don Alfonso, et a don Ferrando, abbat de Mont aragón, et una filla que casaron en Ongría" as the children of "el rey don Alfonso d'Aragón" and his wife[284]. The Crónica de San Juan de la Peña names "Pedro…Alfonso…y Fernando" as the three sons of King Alfonso II[285]. The Chronicle of Alberic de Trois-Fontaines names "Fernandus [frater rege Petro de Arragonum"[286]. Cistercian monk. Abbot of Montearagón. He resented being excluded from the Regency in 1214 on the succession of his nephew King Jaime I. He was a member of the league of magnates which organised opposition to King Jaime in Aragon, and was finally defeated in 1227.
8. Infanta doña DULCIA de Aragón ([1192]-). The primary source which confirms her parentage has not yet been identified. Zurita names “Doña Dulce que fue monja del monasterio de Xixena de la Orden de S. Juan” as the fourth daughter of King Alfonso[287]. A nun at Sijena.
Décès : 1195
Titre : Roi d'Aragon, Comte de Barcelonne,
Document
Famille de ARAGON - de CASTILLA Y POLONIA
 
de CASTILLA Y POLONIA, Sancha Naissance : 1155
m (Zaragoza 18 Jan 1174) Infanta doña SANCHA de Castilla, daughter of don ALFONSO VII "el Emperador" King of Castile and León & his second wife Ryksa of Poland (1155-Monastery of Sijena 9 Nov 1208). The Gestis Comitum Barcinonensium records the marriage of "Ildefonsus" and "Sanciam…filiam Imperatoris Magni Ildefonsi de Castellæ"[240]. The "Corónicas" Navarras name "la filla del Emperador dona Sancha" as the wife of "el rey don Alfonso d'Aragón"[241]. She founded the Hospitaller priory of nuns of Nuestra Señora at San Juan de Sijena in 1188, and became a nun there herself in 1197. Her name is confirmed in the charter dated 24 Feb 1212 under which Pedro II King of Aragon "filio Sanctiæ…Reginæ Aragonum" granted property to "Guillelmo de Montepessulano…filius Agnetis feminæ"[242]. The Anales Toledanos record the death in 1208 of “la Reyna Doña Sancha Daragon, filla del Emperador” and her burial “en Sixena”[243].
King Alfonso II & his wife had nine children:
9. Infanta doña SANCHA de Castilla (1155-Sijena 9 Nov 1208, bur Sijena, monastery of Nuestra Señora). The "Corónicas" Navarras name "la filla del Emperador dona Sancha" as the wife of "el rey don Alfonso d'Aragón"[621]. The Gestis Comitum Barcinonensium records the marriage of "Ildefonsus" and "Sanciam…filiam Imperatoris Magni Ildefonsi de Castellæ"[622]. Her name is confirmed in the charter dated 24 Feb 1212 under which Pedro II King of Aragon "filio Sanctiæ…Reginæ Aragonum" granted property to "Guillelmo de Montepessulano…filius Agnetis feminæ"[623]. She founded the Hospitaller priory of nuns of Nuestra Señora at San Juan de Sijena in 1188, and became a nun there herself in 1197. The Anales Toledanos record the death in 1208 of “la Reyna Doña Sancha Daragon, filla del Emperador” and her burial “en Sixena”[624]. m (Zaragoza 18 Jan 1174) don ALFONSO II “el Casto” King of Aragon Conde de Barcelona, son of RAMÓN BERENGUER IV Conde de Barcelona & his wife Petronilla Queen of Aragon (Villamayor del Valle, Huesca 1/25 Mar 1157-Perpignan 25 Apr 1195, bur Poblet, monastery of Nuestra Señora).
King Alfonso VII had one illegitimate child by Mistress (1):
Sancha de Castille est le nom de plusieurs princesses de la maison royale de Castille, notamment :
Sancha de Castille, appelée parfois Béatrice de Castille[réf. nécessaire], morte en 1179, reine de Navarre, fille d'Alphonse VII, roi de Castille et de sa première épouse, Bérengère de Barcelone, épouse de Sanche VI de Navarre
Sancha de Castille, morte en 1208, reine d'Aragon, fille de Alphonse VII, roi de Castille et de sa seconde épouse, Riquilde de Pologne, épouse d'Alphonse II d'Aragon, roi d'Aragon et comte de BarceloneSancha de Castilla y Polonia (Å?, 21 de septiembre de 1154 ó 1155 – Sigena, 9 de noviembre de 1208) fue infanta de Castilla y reina consorte de Aragón (1174–1206).
Sancha de Castilla y Polonia (Å?, 21 de septiembre de 1154 ó 1155 – Sigena, 9 de noviembre de 1208) fue infanta de Castilla y reina consorte de Aragón (1174–1206).
Era hija del rey de Castilla Alfonso VII y de su segunda mujer, Riquilda de Polonia.
Fue la primera reina de Aragón en utilizar un sello regio. Sus características son similares a las de los sellos que usó Alfonso II de Aragón, su marido, y muestra en sendas caras una imagen de la reina entronizada con una flor de lis en una mano en el anverso, y en el reverso otra ecuestre montando a la amazona con vestiduras femeninas. Esta iconografía muestra la relación de la reina con la autoridad real de su esposo.
Destacó su labor como mecenas de las artes, que se evidencia no solo en la originalidad del sello que ostentó, sino en la fundación del Monasterio de Sigena, que tuvo la función de panteón de los reyes aragoneses. Participó activamente en la administración de monasterio, donde probablemente se retiró al enviudar, al cual hizo muchas donaciones.
Testó en 1208 ordenando su enterramiento en la capilla de San Pedro en el monasterio, donándole joyas, una tela de seda, una reliquia, judiós de Huesca, Zaragoza, Calatayud, Alagón, y Daroca, además de bienes en Calamocha y en Cambor de Pina. Debió fallecer poco después del 6 de noviembre de 1208 fecha en la cual aparece por última vez, figurando a partir de esa fecha la priora del monasterio así como su hijo el rey Pedro haciendo varias donaciones y confirmando las que había hecho su madre.
[editar] Matrimonio y descendencia
El 18 de enero de 1174 se casó en la catedral de Zaragoza con el rey Alfonso II de Aragón, roborando diplomas a partir de entonces como «regina Aragonie, comitissa Barcinone et marchissa Provincie». De este matrimonio nacieron:
Pedro II el Católico (1174–1213), rey de Aragón y conde de Barcelona;
Constanza (1179–1222), casada en 1198 con Emerico I de Hungría y en 1210 con Federico II Hohenstaufen, Sacro Emperador Romano Germánico, Rey de Sicilia y Rey de Jerusalen;
Alfonso (1180–1209), conde de Provenza, con el nombre de Alfonso II;
Leonor (1182–1226), casada en 1202 con Ramón VI de Tolosa:
Sancha (1186–1241), casada en 1211 con Ramón VII de Tolosa;
Sancho, muerto joven.
Ramón Berenguer, muerto joven.
Fernando (1190–1249), sacerdote y abad en Montearagón.
Dulce (1192–Å?), monja en el Monasterio de Sigena.
[editar] Fuentes
Serrano Coll, Marta, ««Iconografía de género: los sellos de las reinas de Aragón en la Edad Media (siglos XII-XVI)», Emblemata, 12 (2006), págs. 15–52. ISSN 1137-1056
Voz «Sancha de Castilla» en la Gran Enciclopedia Aragonesa.
Ubieto Arteta, Agustín (1972). Documentos de Sigena. Anubar Ediciones. OCLC 463177598.
[editar] Enlaces externos
Wikimedia Commons alberga contenido multimedia sobre Sancha de Castilla y Polonia.
Era hija del rey de Castilla Alfonso VII y de su segunda mujer, Riquilda de Polonia.
Fue la primera reina de Aragón en utilizar un sello regio. Sus características son similares a las de los sellos que usó Alfonso II de Aragón, su marido, y muestra en sendas caras una imagen de la reina entronizada con una flor de lis en una mano en el anverso, y en el reverso otra ecuestre montando a la amazona con vestiduras femeninas. Esta iconografía muestra la relación de la reina con la autoridad real de su esposo.
Destacó su labor como mecenas de las artes, que se evidencia no solo en la originalidad del sello que ostentó, sino en la fundación del Monasterio de Sigena, que tuvo la función de panteón de los reyes aragoneses. Participó activamente en la administración de monasterio, donde probablemente se retiró al enviudar, al cual hizo muchas donaciones.
Testó en 1208 ordenando su enterramiento en la capilla de San Pedro en el monasterio, donándole joyas, una tela de seda, una reliquia, judiós de Huesca, Zaragoza, Calatayud, Alagón, y Daroca, además de bienes en Calamocha y en Cambor de Pina. Debió fallecer poco después del 6 de noviembre de 1208 fecha en la cual aparece por última vez, figurando a partir de esa fecha la priora del monasterio así como su hijo el rey Pedro haciendo varias donaciones y confirmando las que había hecho su madre.
[editar] Matrimonio y descendencia
El 18 de enero de 1174 se casó en la catedral de Zaragoza con el rey Alfonso II de Aragón, roborando diplomas a partir de entonces como «regina Aragonie, comitissa Barcinone et marchissa Provincie». De este matrimonio nacieron:
Pedro II el Católico (1174–1213), rey de Aragón y conde de Barcelona;
Constanza (1179–1222), casada en 1198 con Emerico I de Hungría y en 1210 con Federico II Hohenstaufen, Sacro Emperador Romano Germánico, Rey de Sicilia y Rey de Jerusalen;
Alfonso (1180–1209), conde de Provenza, con el nombre de Alfonso II;
Leonor (1182–1226), casada en 1202 con Ramón VI de Tolosa:
Sancha (1186–1241), casada en 1211 con Ramón VII de Tolosa;
Sancho, muerto joven.
Ramón Berenguer, muerto joven.
Fernando (1190–1249), sacerdote y abad en Montearagón.
Dulce (1192–Å?), monja en el Monasterio de Sigena.
[editar] Fuentes
Serrano Coll, Marta, ««Iconografía de género: los sellos de las reinas de Aragón en la Edad Media (siglos XII-XVI)», Emblemata, 12 (2006), págs. 15–52. ISSN 1137-1056
Voz «Sancha de Castilla» en la Gran Enciclopedia Aragonesa.
Ubieto Arteta, Agustín (1972). Documentos de Sigena. Anubar Ediciones. OCLC 463177598.
[editar] Enlaces externos
Wikimedia Commons alberga contenido multimedia sobre Sancha de Castilla y Polonia.
Décès : 1208
L'enfant du couple de ARAGON - de CASTILLA Y POLONIA 
de ARAGON, Pierre II le Catholique (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1.1)
× 1204 DE MONTPELLIER, Marie (88965122-5.A1)
° vers 1174 - † 13 septembre 1213 Muret,31600,Haute-Garonne,En Lauragais,FRANCE,à la bataille de Muret

Retour à la page principale

      |-----de ARAGON, Pedro (88965122-5.A1.C1.B2) 
|-----de ARAGON, Jaime (88965122-5.A1.C1.B2.1)
|-----de SICILE( de SOUABE de HOHENSTAUFEN), Constance
de ARAGON, Alfonso IV dit el Benigno, le Bénin, le débonnaire (88965122-5.A1.C1.B2.1.1)
|-----d'ANJOU-SICILE, Blanche
Naissance : 1299
ALFONSO IV 1327-1336
Infante don ALFONSO de Aragón, son of don JAIME II King of Aragon & his second wife Blanche of Sicily (Naples [Jan/Feb] 1299-Barcelona 24 Jan 1336, bur Barcelona Franciscan Monastery, transferred to Lérida Franciscan Monastery). The Crónica de San Juan de la Peña records the birth in Naples of Alfonso, son of Jaime II King of Aragon and his wife Blanca[419]. He invaded Sardinia in 1323 to enforce Aragon’s rights. Cagliari fell 12 Jul 1324, but new uprisings organised by the Genoese and the Pisans postponed final settlement until Jun 1326 when Pisa renounced all rights to Sardinia. He succeeded his father in 1327 as ALFONSO IV "el Benigno" King of Aragon and Valencia, Conde de Barcelona. The Crónica de San Juan de la Peña records the death "en la ciudat de Barçalona…vigilia de la conversion de San Paulo…XX Kal Feb" in 1335 of King Alfonso aged 37 and his burial "en el monasterio de los freyres Menores de la dita ciudat" and subsequent transfer "en el monesterio de los freyres Menores de la ciudad de Lérida"[420].
m firstly (Lérida 10 Nov 1314) doña TERESA de Entenza Condesa de Urgel, Vizcondesa de Ager Baronesa de Entenza y Antillón, daughter of don GOMBALDO Barón de Entenza Señor de Alcolea & his wife doña Constanza de Antillón Señora de Antillón[421] ([1300]-Zaragoza 20 Oct 1327, bur Zaragoza Franciscan Church). The testament of "don Gombalt dþEntenca senyor dþAlcolea", dated 12 Sep 1304, bequeathes property to "…Tharesa fillya mía que finqua con dona Teresa hermana mía…por a su casamento…" and appoints "Tharesa dþEntiença filla mía e de dona Gostança dþAntillyon muller mía" as his heir, and his daughter Urraca in default "no haviendo otros fillos de la dita muller mía"[422]. The Crónica de San Juan de la Peña records the marriage of Alfonso and "la filla del noble Don Gombalt Datença et nieta de Don Armengon conte de Urgel"[423]. The marriage contract of "Theresia filia comunis…Gombaldi dþEntença domini de Alcolegia quondam et domine Constancie quondam uxoris eiusdem Gombaldi" and "Infanti Aldefonso…comiti Urgellensis et vicecomitti Agerensis, filio secundo genito…domini Iacobi…regis Aragonum" is dated 11 Nov 1314, with the consent of "domini Elvire de Anteyllo…abatisse de Casves tie nostre et…domini Guillelmi dþEntença et dompni Guillelmi de Montecateno, dompni Guillelmi de Angularia, dompni Poncii de Ripellis, dompni Othoni de Monthecateno et dompni Raymundi Bernardi de Ripellis consanguineorum seu atinencium nobis in linea parentele…"[424]. She succeeded her great uncle, Armengol X de Cabrera Conde de Urgel, in 1314 as Condesa de Urgel de iure[425]. The testament of "Infantissa Theresia…domini infantis Alfonsi consors ac comitissa Urgelli", dated 23 Oct 1327, appoints "dominum infantem Alfonsum virum et dominum nostrum…" among her executors, chooses burial "in monasterio fratrum minorum civitatis Ilerdensis", appoints as her heir "infantem Sanccium filium comunem prefati viri…et nostri", and bequeathes property to "infantibus Petro et Iacobo…filiis nostris…domine Constancie regine Maioricarum…filie…nostre…Urache dþEntiença sorori nostre…Castellane uxor quondam Emanuelis de Entiença de domo nostra…Sanccie Roderici de domo nostra…Mayllete dþEntiença…Teresie filie Emanuelis dþEntiença…domicellabus nostris…Teresie Gombaldi sorori nostre moniali monasterii de Casvis…Poncio Ugonis fratri nostro naturali…Guillelmi dþEntiença fratri nostro naturali…Iohanni Martini dþEntiença…"[426]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the death "dans la ville de Sarragosse le dernier mardi dþoctobre" in 1327 of the wife of "Infant Anfos", who was "la fille du très noble Gonbaud dþEntença", and her burial "dans lþéglise des frères mineurs de Sarragosse"[427].
m secondly (Betrothed Agreda Jan 1329, Tarragona 5 Feb 1329) as her second husband, Infanta doña LEONOR de Castilla, formerly wife of Infante don JAIME de Aragón, daughter of don FERNANDO IV “el Ajurno” King of Castile & his wife Infanta dona Costança de Portugal (1307-murdered Castellón de Castrojeriz [Mar/Apr] 1359). The Crónica de San Juan de la Peña records the marriage of Alfonso IV King of Aragon and "la filla de Don Ferrando rey de Castiella…Alionor", stating that she had previously been married to "su hermano el infant Don Jayme"[428]. The Chronicon Domini Joannis Emmanuelis records the contract in Jan 1329 for the marriage of “Rex Dns Alfonsus Aragonum cum Infantissa Dna Heleonora filia Regis Castellæ Dni Fernandi, in Agreda”[429]. Her marriage was arranged as part of Aragon's renewed alliance with Castile, formed with the aim of reconquering Granada. She became a disruptive influence in Aragon, plotting to advance the interests of her own sons over those of her stepson Infante don Pedro. After her second husband's death, don Pedro IV King of Aragon at first moved to confiscate her revenues and prosecute her protector don Pedro de Ejérica, but in 1338 he confirmed her and her sons in possession of their domains, not wishing to antagonise Castile at a time when Spain was threatened by a new Moorish invasion. She continued to plot against her stepson, eventually returning to Castile where she was also a disruptive influence. Her nephew don Pedro I "el Cruel" King of Castile imprisoned her with doña Juana de Lara and ordered her murder. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Fernando, D. Juan" as the sons of "D. Alonso Rey de Aragon" and his wife "D. Leonor", adding that Juan was "vassallo del Rey D. Pedro de Castilla, que le mato juntamente con la Reina D. Leonor su madre"[430].
King Alfonso IV & his first wife had seven children:
1. Infante don ALFONSO de Aragón ([1315]-Balaguer [1317]).
2. Infanta doña CONSTANZA de Aragón ([1318]-Montpellier 1346). The Crónica de San Juan de la Peña names "Costancia" as the daughter of Alfonso IV King of Aragon and his wife Teresa, stating that she was the wife "del rey Don Jayme de Mallorquas"[431]. The testament of "Infantissa Theresia…domini infantis Alfonsi consors ac comitissa Urgelli", dated 23 Oct 1327, bequeathes property to "infantibus Petro et Iacobo…filiis nostris…domine Constancie regine Maioricarum…filie…nostre…"[432]. m (Perpignan 24 Sep [1336]) as his first wife, don JAIME III King of Mallorca Infante de Aragón, son of FERNANDO Infante de Mallorca & his first wife Isabelle de Sabran Dame de Matagriphon (Catania 15 Apr 1315-killed in battle Lluchmayor 25 Oct 1349).
3. Infante don PEDRO de Aragón (Balaguer 5 Sep 1319-Barcelona 5 Jan 1387, bur Nuestra Señora de Poblet). The Crónica de San Juan de la Peña names "el primero…Don Pedro…el otro Don Jayme" as the two sons of Alfonso IV King of Aragon and his wife Teresa[433]. He succeeded his father in 1336 as PEDRO IV "el Ceremonioso" King of Aragon and Valencia, PERE III Conde de Barcelona.
- see below.
4. Infante don JAIME de Aragón (1321-Barcelona 15 Nov 1347). The Crónica de San Juan de la Peña names "el primero…Don Pedro…el otro Don Jayme" as the two sons of Alfonso IV King of Aragon and his wife Teresa, stating that Jaime was "Comte de Urgel et viaconte de Ager"[434]. The testament of "Infantissa Theresia…domini infantis Alfonsi consors ac comitissa Urgelli", dated 23 Oct 1327, bequeathes property to "infantibus Petro et Iacobo…filiis nostris…domine Constancie regine Maioricarum…filie…nostre…"[435]. He succeeded his mother in 1328 as Conde de Urgel, Vizconde de Ager, Barón de Entenza y Antillón.
- CONDES de URGEL.
5. Infanta doña ISABEL de Aragón (Zaragoza 1323-1327).
6. Infante don FADRIQUE de Aragón ([1325]-young).
7. Infante don SANCHO de Aragón (Zaragoza [before 23 Oct] 1327-[Nov/Dec] 1327). The testament of "Infantissa Theresia…domini infantis Alfonsi consors ac comitissa Urgelli", dated 23 Oct 1327, appoints as her heir "infantem Sanccium filium comunem prefati viri…et nostri"[436].
King Alfonso IV & his second wife had two children:
8. Infante don FERNANDO de Aragón (11 Dec 1329-murdered Burriana 16 Jul 1363). The Crónica de San Juan de la Peña names "Ferrando…et el otro Don Joan" as the two sons of King Alfonso and his second wife, stating that Fernando was "Marques de Tortosa"[437]. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Fernando…[Marques de Tortosa], D. Juan" as the sons of "D. Alonso Rey de Aragon" and his wife "D. Leonor"[438]. He was created Marqués de Tortosa by his father, at the instigation of his mother, the creation being revoked shortly afterwards following pressure from his step-brother Infante Pedro. Señor de Albarracín y Fraga. After the death of his half-brother Infante don Jaime's in 1347, Fernando assumed leadership of the opposition movement, encouraged by his maternal uncle Alfonso XI King of Castile. He inflicted a military defeat on Pedro IV's Valencian supporters and obliged Pedro IV to recognise him as his heir and appoint him Governor of Valencia. In July 1348, Pedro IV defeated don Fernando, who was wounded and taken to Castile. Pedro IV tempted him back to Aragon and appointed him Procurator-General in 1357. Fernando proved a troublesome ally throughout Pedro IV's war with Pedro I "el Cruel" King of Castile, whose throne Fernando claimed. Eventually he was murdered on the orders of the King of Aragon. m (Evora 3 Feb 1354) Infanta dona MARIA de Portugal, daughter of dom PEDRO I King of Portugal & his second wife doña Constanza Manuel de Castilla (Evora 6 Apr 1343-Aveiro after 1367, bur Santarem São Francisco). The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Fernando, D. Maria" as the children of "D. Pedro Rey de Portugal" and his wife "D. Constança", an earlier passage recording that "D. Fernando…Marques de Tortosa", son of "D. Alonso Rey de Aragon" and his wife "D. Leonor", married "la Infanta D. Maria"[439]. Senhora de Aveiro 1363. She became a nun at Santorem after her husband died.
9. Infante don JUAN de Aragón (1334-murdered Bilbao Jun 1358). The Crónica de San Juan de la Peña names "Ferrando…et el otro Don Joan" as the two sons of King Alfonso and his second wife[440]. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Fernando, D. Juan" as the sons of "D. Alonso Rey de Aragon" and his wife "D. Leonor", adding that Juan was "vassallo del Rey D. Pedro de Castilla, que le mato juntamente con la Reina D. Leonor su madre"[441]. Señor de Elche, Biel y Bolsa. Alférez mayor of Pedro I "el Cruel" King of Castile 25 Feb 1355 to Jun 1358. m (Castojeriz Jul 1354[442]) doña ISABEL Díaz de Haro, daughter of don JUAN Núñez de Lara [Castilla] Señor de Vizcaya & his wife doña María Díaz de Haro ([1335]-murdered Castillo de Jérez 1361). She succeeded her sister in 1359 as Señora de Lara, Señora de Vizcaya. Imprisoned by Pedro I King of Castile, first at Castrojeriz, subsequently at Jérez where she shared a cell with Queen Blanca. She was poisoned. Infante don Juan had one illegitimate child by an unknown mistress:
a) FLORENCIA de Aragón ([1358]-). m (separated[443]) PIERRE bâtard de Foix dit de Béarn, illegitimate son of GASTON [II] Comte de Foix Vicomte de Béarn & his mistress ---.
Alphonse, dit le Bénin ou le Débonnaire (cat. : Alfons el Benigne, cast. : Alfonso el Benigno) (Naples 2 novembre 1299- Barcelone 1336) fut roi d'Aragon sous le nom d’Alphonse IV, de de Valence sous le nom d’Alphonse II et de Sardaigne sous le nom d’Alphonse Ier et comte de Barcelone sous le nom d’Alphonse III de 1327 à 1336.
Biographie[modifier]
Alphonse est le second fils de Jacques II d'Aragon et de Blanche d'Anjou. Le 10 septembre 1314 il épouse Thérèse d'Entenza héritière du comté d'Urgell. Ce mariage était le fuit d'un arrangement entre le comte Armengol X et le roi Jacques II. Le comte, sans descendant, convint de transmettre son comté à sa petite-nièce Thérèse d'Entença en échange d'une rente de 10 000 sous. L'accord prévoyait aussi que Thérèse épouserait l'infant Alphonse, permettant ainsi à la couronne de contrôler l'Urgell, dernier comté autonome de Catalogne. Il devint en 1319 l'héritier présomptif après la renonciation de son frère aîné Jacques. Son père l’associa au pouvoir en lui confiant la charge de procureur géneral de la couronne d'Aragon. En 1323-1324 il commande l'expédition catalane lancée en Sardaigne, royaume qui avait été attribué à Jacques II d'Aragon par le pape en 1297 mais restait de fait indépendant.
Après son accession au trône en 1327, Alphonse IV continua la politique de soumission de la Sardaigne entreprise par son père. Il mena une guerre contre Gênes entre 1329 et 1336 qui lui permit de prendre Sassari, position-clé pour le contrôle de la Sardaigne. Sa première femme étant morte peu avant son couronnement, il épousa en 1329 Éléonore de Castille, fille du roi Ferdinand IV. Il tenta à cette période de conquérir le royaume de Grenade et celui d'Almeria mais ces tentatives se soldèrent par un échec.
Au royaume de Valence, il publia en 1329 la Juridiction alphonsine qui renforçait les droits des seigneurs locaux, ce qui ne les empêcha pas de s'opposer au roi dans les années 1330 lorsqu'il voulut constituer un apanage important en pays valencien pour ses plus jeunes fils. En 1333, la peste noire fit sa première appariton en Catalogne et au royaume de Valence. En quelques années Barcelone perdit 10 000 habitants.
Descendance[modifier]
Avec Thérèse d'Entença :
Alfons (qui ne vécut qu'un an).
Pierre IV
Jacques Ier, comte d'Urgell (1320-1347).
Fadrique (mort jeune).
Constance (1322-1346), qui se maria avec Jacques III de Majorque.
Isabelle (morte jeune).
Sanç (1327, ne survécut que quelques jours).
Avec Éléonore de Castille:
Ferran, Marquis de Tortosa. Il se maria avec Marie, fille de Pierre Ier de Portugal, et fut assassiné par son demi-frère Pierre IV.
Joan. Il se maria avec Isabel Núñez de Lara et fut assassiné sur ordre de son cousin Pierre Ier de Castille, le Cruel.
Précédé par
Alphonse IV d'Aragon
Suivi par
Jacques II d'Aragon
Souverain de la
Couronne d'Aragon
Pierre IV le Cérémonieux
[enrouler]
v · d · m Liste des souverains d'Aragon
Premiers comtes d'Aragon (802-943)
Aureolus (802-809) · Aznar IerGalíndez (809-820) · García Galíndez (820-833) · Galindo Garcés (833-844) · Galindo Ier (844-867) · Aznar II Galíndez (867-893) · Galindo II Aznárez (893-928) · Endregoto Galíndez (928-943)
Comtes de la Maison de Navarre (943-1035)
García II de Navarre (943-970) · Sanche II de Navarre (970-994) · García III de Navarre (994-1000 ou 1004) · Sanche III de Navarre(1000 ou 1004 - 1035)
Rois de la Maison d'Aragon (1035-1137)
Ramire Ier (1035-1063) · Sanche Ier (1063-1094) · Pierre Ier (1094-1104) · Alphonse Ier (1104-1134) · Ramire II (1134-1154)
Régence de la Maison de Barcelone (1154-1164)
Raimond-Bérenger IV de Barcelone (1154-1162) · Pétronille d’Aragon (1162-1164)
Rois de la Maison de Bracelone (1164-1410)
Alphonse II (1164-1196) · Pierre II (1196-1213) · Jacques Ier (1213-1276) · Pierre III (1276-1285) · Alphonse III (1285-1291) · Jacques II (1291-1327) · Alphonse IV (1327-1336) · Pierre IV (1336-1387) · Jean Ier (1387-1396) · Martin Ier (1396-1410)
Rois de la Maison de Trastamare (1410-1516)
Ferdinand Ier (1412-1416) · Alphonse V (1416-1458) · Jean II (1458-1479) · Ferdinand II (1479-1516)
Rois de la Maison de Habsbourg (1516-1556)
Charles Ier (1516-1556)
À partir de 1556, les couronnes de Castille et d'Aragon partagent un souverain unique.
Décès : 1336
Titre : Rey de Aragon, Conde de Barcelona
Famille de ARAGON - de ENTEZA
 
de ENTEZA, Teresa Naissance : vers 1300
a) TERESA de Entenza ([1300]-Zaragoza 20 Oct 1327, bur Zaragoza Franciscan Church). The testament of "don Gombalt dþEntenca senyor dþAlcolea", dated 12 Sep 1304, bequeathes property to "…Tharesa fillya mía que finqua con dona Teresa hermana mía…por a su casamento…" and appoints "Tharesa dþEntiença filla mía e de dona Gostança dþAntillyon muller mía" as his heir, and his daughter Urraca in default "no haviendo otros fillos de la dita muller mía"[1606]. The Crónica de San Juan de la Peña records the marriage of Alfonso and "la filla del noble Don Gombalt Datença et nieta de Don Armengon conte de Urgel"[1607]. The marriage contract of "Theresia filia comunis…Gombaldi dþEntença domini de Alcolegia quondam et domine Constancie quondam uxoris eiusdem Gombaldi" and "Infanti Aldefonso…comiti Urgellensis et vicecomitti Agerensis, filio secundo genito…domini Iacobi…regis Aragonum" is dated 11 Nov 1314, with the consent of "domini Elvire de Anteyllo…abatisse de Casves tie nostre et…domini Guillelmi dþEntença et dompni Guillelmi de Montecateno, dompni Guillelmi de Angularia, dompni Poncii de Ripellis, dompni Othoni de Monthecateno et dompni Raymundi Bernardi de Ripellis consanguineorum seu atinencium nobis in linea parentele…"[1608]. She succeeded her great uncle, Armengol [X] de Cabrera Comte de Urgell, in 1314 as Comtesa de Urgell de iure[1609]. Vescomtesa de Ager. Baronesa de Entenza y Antillón. The testament of "Infantissa Theresia…domini infantis Alfonsi consors ac comitissa Urgelli", dated 23 Oct 1327, appoints "dominum infantem Alfonsum virum et dominum nostrum…" among her executors, chooses burial "in monasterio fratrum minorum civitatis Ilerdensis", appoints as her heir "infantem Sanccium filium comunem prefati viri…et nostri", and bequeathes property to "infantibus Petro et Iacobo…filiis nostris…domine Constancie regine Maioricarum…filie…nostre…Urache dþEntiença sorori nostre…Castellane uxor quondam Emanuelis de Entiença de domo nostra…Sanccie Roderici de domo nostra…Mayllete dþEntiença…Teresie filie Emanuelis dþEntiença…domicellabus nostris…Teresie Gombaldi sorori nostre moniali monasterii de Casvis…Poncio Ugonis fratri nostro naturali…Guillelmi dþEntiença fratri nostro naturali…Iohanni Martini dþEntiença…"[1610]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the death "dans la ville de Sarragosse le dernier mardi dþoctobre" in 1327 of the wife of "Infant Anfos", who was "la fille du très noble Gonbaud dþEntença", and her burial "dans lþéglise des frères mineurs de Sarragosse"[1611]. m (Lérida 10 Nov 1314) as his first wife, Infante don ALFONSO de Aragón, son of don JAIME II King of Aragon & his second wife Bianca di Sicilia [Anjou] (Naples [Jan/Feb] 1299-Barcelona 24 Jan 1336). He succeeded his father in 1327 as don ALFONSO IV "el Benigne" King of Aragon.
Teresa d'Entença (1300 – 20 October 1327)[1] was the eldest daughter of Gombald d'Entença and his wife Constance of Antillón. She was Queen consort of Aragon by her marriage to King Alfonso IV of Aragon and was Countess of Urgell in her own right; however control over her estate passed to her husband.
Life
Before dying at La Llitera without descendants, Teresa's uncle Ermengol X of Urgell agreed to make Alfonso heir to the County of Urgell, one the condition that he married Teresa, who was his rightful heir.
Alfonso agreed to this and he married Teresa in 1314 in the Cathedral of Lerida. Alfonso is reputed to have been so liberal in the expenses during the wedding, that the local counsels imposed restrictions on how much he could spend.
However, Alfonso and Teresa did not become King and Queen straight away because Alfonso's father James II of Aragon was still alive and so was Alfonso's older brother James of Aragon, who was heir. However, James renounced his right to the throne in 1319 to become a monk. He had even refused to consummate his marriage to Eleanor of Castile. This meant Alfonso was now his father's heir.
James II died in 1327 and Alfonso succeeded him.
Teresa died whilst giving birth to her son Sancho on 20 October 1327 at Zaragoza. She is buried at Zaragoza Franciscan Church.[2] Her younger son James inherited Urgell from his parents. Alfonso later remarried to Eleanor, his once sister-in-law who was married to his older brother James.
[edit] Issue
Alfonso and Teresa were married for thirteen years, and had seven children:
Alfonso (1315–1317)
Constance (1318–1346), married in 1336 to James III of Majorca.
Peter IV (1319–1346), successor.
James I, Count of Urgell (1321–1347), also inherited Entença and Antillon.
Isabella (1323–1327).
Fadrique (1325-died young).
Sancho (1327), lived only a few days.
[edit] See also
House of Entença
[edit] References
^ Catalan Nobility, Medieval Lands
^ Medieval Lands
[edit] Sources
Alamán, Lucas; Manuel Orozco y Berra. Diccionario universal de historia y de geografía. p. 152.
E. Michael Gerli, Samuel G. Armistead, ed (2003). Medieval Iberia: an encyclopedia. Routledge.
O'Callaghan, Joseph F. (1975). A History of Medieval Spain. Cornell University Press.
Teresa d'Entença
House of CabreraBorn: circa 1300 Died: 20 October 1327
Regnal titles
Preceded by
Ermengol X
Countess of Urgell
1314–1327
Succeeded by
James I
Royal titles
Preceded by
Elisenda of Montcada
Queen consort of Aragon
1327
Succeeded by
Eleanor of Castile
Countess consort of Barcelona, Girona, Osona and Besalú
1327
Queen consort of Valencia
1327
Queen consort of Sardinia and Corsica
Décès : 20 octobre 1327 à Zaragoza, ESPAGNE
Titre : Comtesa de Urgell
L'enfant du couple de ARAGON - de ENTEZA 
de ARAGON, Pierre IV dit le Cérémonieux (88965122-5.A1.C1.B2.1.1.1)
× 1338 de NAVARRE, Marie
× 1347 de PORTUGAL, Leonor (Eléonore)
× 1349 de SICILE, Eléonore
° 5 octobre 1319 - † 5 janvier 1387

Retour à la page principale

|-----ARAGON, Paul
ARAGON, Antoine
|-----B..., Germaine
Naissance : Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin
Décès : vers 1764 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???
Acte à rechercher.
Document
Famille ARAGON - MONTAHUT
Mariage : 4 février 1741 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin
(Présent) MONTAHUT, Louis, frère de l'épouse
Présents : Mr Jean LATTES Me chirurgien de Carcassonne ; Jean BERNARD ; Baptiste CROCY
Archives de l'Aude en ligne P. 32/297 - acte N° 190
      |-----MONTAUT, Pierre (Sosa 640) 
|-----MONTAGUT, Jean (Montaut) (Sosa 320)
|-----GOUD, Jeanne (Sosa 641)
MONTAHUT, Jacquette (320-9)
      |-----MARTIN, Père (Sosa 642) 
|-----MARTIN, Gabrielle (Sosa 321)
Naissance : 4 avril 1718 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE
Baptême : 5 avril 1718 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE
(Parrain) MONTAUT, Julien (Montahut)
Marraine : Jacquette carrière de ladite cité, ne signe pas.
Témoins : Estienne Vassal ; Jean Bizet, ne signent pas.
Inhumation : 10 septembre 1782 à Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin
... épouze d'Antoine Aragon (?) mort depuis dix huit ans
Ne signe pas.

Retour à la page principale

de ARAGON, Frédéric III (ou Frédéric II de Sicile) Naissance : 13 décembre 1272 à Barcelone, ESPAGNE
Décès : 25 juin 1337 à Palerme, Sicile,ITALIE
Famille de ARAGON - X
 
L'enfant du couple de ARAGON - X 
de SICILE, Pierre II
× 1322 de CARINTHIE, Elisabeth
° 24 juillet 1305 Catane, Sicile,ITALIE - † 15 août 1342 Calascibetta

Retour à la page principale

de FRANCE, Philippe III Naissance : 1 mai 1245 à Poissy,78300,Yvelines,Île-de-France,FRANCE
Philippe III de France1, dit Philippe le Hardi, né le 1er mai 1245 à Poissy, mort le 5 octobre 1285 à Perpignan, fut roi de France de 1270 à 1285, le dixième de la dynastie dite des Capétiens directs.
Il était le fils de Louis IX (1214-1270), dit Saint Louis, roi de France, et de Marguerite de Provence (1221-1295).
Roi de France
25 août 1270 – 5 octobre 1285
15 ans, 1 mois et 10 jours
Couronnement
15 août 1271,
en la cathédrale de Reims
Prédécesseur
Louis IX
Successeur
Philippe IV
Biographie
Dynastie
Capétiens
Date de naissance
1er mai 1245
Lieu de naissance
Poissy (France)
Date de décès
5 octobre 1285 (à 40 ans)
Lieu de décès
Perpignan (France)
Père
Louis IX de France
Mère
Marguerite de Provence
Conjoint
Isabelle d'Aragon (1262-1271)
Marie de Brabant (1274-1285)
Enfants
Louis de France
Philippe IV
Robert de France
Charles de France
Louis de France
Marguerite de France
Blanche de France
Héritier
Louis de France (1270-1276)
Philippe de France (1276-1285)
Résidence
Paris
Cadet de famille, le prince Philippe n'était pas destiné à régner sur un royaume. C'est à la mort de son frère aîné Louis en 1260 qu'il devient le prince héritier. Il a alors quinze ans et présente beaucoup moins d'aptitudes que son frère, étant de caractère doux, soumis, timide et versatile, presque écrasé par les fortes personnalités de ses parents.
Sa mère Marguerite lui fait promettre de rester sous sa tutelle jusqu'à l'âge de trente ans, mais son père le roi Saint Louis fait casser le serment par le pape, préférant bonifier son fils par une éducation sans faille. À cet effet, il lui adjoint à partir de 1268 pour mentor Pierre de La Brosse. Saint Louis se charge en outre de lui prodiguer ses propres conseils, rédigeant en particulier ses Enseignements, qui inculquent avant tout la notion de justice comme premier devoir de roi. Il reçut également une éducation très tournée vers la foi. Guillaume d'Ercuis était en outre son aumônier, avant d'être le précepteur de son fils, le futur roi Philippe IV.
Un avènement dans la douleur[modifier]
Marié en 1262 à Isabelle d'Aragon, Philippe en a quatre garçons : Louis (1264-1276), Philippe, Robert (1269-av. 1276) et Charles. Il accompagne son père à la huitième croisade, à Tunis, en 1270. Après la prise de Carthage, l'armée est frappée par une épidémie de dysenterie, qui n'épargne pas Philippe et sa famille. Son frère Jean Tristan meurt le premier, puis, le 25 août, le roi Louis meurt à son tour.
Philippe est donc proclamé roi sous le nom de Philippe III à Tunis. Sans grande personnalité ni volonté, très pieux, mais bon cavalier, il doit davantage son surnom de Hardi à sa vaillance au combat qu'à sa force de caractère. Il se révèle incapable de commander aux troupes, affecté qu'il est de la mort de son père. Il se hâte donc de conclure, en laissant son oncle Charles Ier d'Anjou négocier avec les Maures, une trêve de dix ans qui lui permet de revenir en France.
D'autres morts endeuillent encore cette débâcle. En décembre à Trapani, son beau-frère le roi de Navarre Thibaut de Champagne trouve la mort. Puis, un mois plus tard en Calabre, c'est au tour de son épouse Isabelle d'Aragon, alors enceinte de son cinquième enfant. Enfin, à Hyères, c'est sa sœur Isabelle, la femme de Thibaut.
Il arrive à Paris le 21 mai 1271, et rend avant tout hommage aux victimes, qui furent bien sûr nombreuses aussi parmi les soldats. Il est sacré roi de France à Reims le 15 août 12712.
Un règne charnière[modifier]
L'avènement de Philippe III s'accompagne rapidement d'un bouleversement dans le paysage politique : la mort du roi d'Angleterre Henri III et la fin d'une vacance du trône impérial longue de 19 ans. En outre, la préoccupation de l'Europe n'est plus aux croisades. Ainsi, alors que celles-ci avaient été des composantes majeures du règne de son père, le sien sera surtout marqué par des conflits territoriaux, des contestations d'héritages et des guerres de vassalité, phénomène qui va encore s'accentuer pendant le règne de son fils.
Conservant la plupart des conseillers de son père, ainsi que Eustache de Beaumarchès, sénéchal de Poitou, de Toulouse et d'Auvergne, Philippe III a pour grand chambellan Pierre de La Brosse qu'il fait pendre en 1278.
Politique intérieure[modifier]
Par des héritages, annexions, achats, unions, et guerres, Philippe III s'attache sans cesse à agrandir le domaine royal et y affermir son autorité.
En 1271-1272, il opère sa première transaction territoriale en incorporant au domaine royal l'héritage de son oncle Alphonse de Poitiers : le comté de Toulouse, le Poitou et une partie de l'Auvergne3. Par le traité d'Amiens de 1279, il est cependant contraint de céder l'Agenais, la Saintonge et le Ponthieu au roi d'Angleterre Edouard Ier. Il hérite également du comté du Perche et du comté d'Alençon de son frère Pierre décédé en 1283.
Il a l'occasion de faire ses premiers faits d'armes personnels en 1272, quand il convoque l’ost royal contre les comtes de Foix et d'Armagnac qui lui contestent son pouvoir. Armagnac se rend, et Foix, battu, est emprisonné. Il lui restitue cependant ses terres en 1277. Il achète également les comtés de Nemours et de Chartres en 1274 et 1284. Il acquiert aussi diverses villes, telles Harfleur ou Montmorillon. Il retire également au roi de Majorque l'autorité sur Montpellier. En revanche, il cède au pape Grégoire X le comtat Venaissin en 1274.
Il mène une politique matrimoniale efficace, étant l'instigateur du mariage de sa cousine Mahaut d'Artois avec le comte Othon IV de Bourgogne, préparant ainsi le rapprochement de cette région, terre impériale (l'actuelle Franche-Comté), avec le royaume. Il intervient aussi en Navarre après la mort d'Henri Ier de Navarre qui laisse une fille Jeanne sous la tutelle de sa mère Blanche d'Artois et de Ferdinand de la Cerda. Blanche d'Artois fiance Jeanne au fils de Philippe, le futur Philippe le Bel. La Champagne et la Navarre sont administrées par les Français de par le traité d'Orléans de 1275, et la Champagne est définitivement rattachée au domaine en 1314. Le mariage a finalement lieu en 1284.
Du point de vue des institutions, Philippe III introduit plusieurs nouveautés. Il fixe la majorité des rois de France à quatorze ans. Il affermit la justice royale au détriment des justices seigneuriales, instituant un tribunal royal dans chaque bailliage ou sénéchaussée. Il frappe d’amendes les nobles ne répondant pas à la convocation à l'ost royal. Il crée un impôt sur les transmissions de fiefs. Enfin, il institutionnalise la ségrégation envers les juifs.
Politique extérieure[modifier]
Gisant de Philippe III à Saint-Denis
En Castille, après la mort de son beau-frère Ferdinand de la Cerda en 1275, Philippe III prend sans succès le parti des enfants de celui-ci contre Don Sanche, désigné successeur par le roi Alphonse X.
En Italie, il soutient le pape Martin IV contre les gibelins, faisant une expédition punitive en Romagne. Il soutient également la politique sicilienne de son oncle Charles d'Anjou, après les massacres des Vêpres Siciliennes en 1282. Pierre III d'Aragon, considéré comme l'instigateur du massacre, est excommunié par le pape qui lui enlève son royaume et le donne à Charles de Valois, lequel ne peut le conserver.
En 1285, après l'affaire de Sicile, Philippe III, sans son oncle Charles d'Anjou mort en début d'année, engage la croisade d'Aragon et attaque sans succès la Catalogne (siège de Gérone du 26 juin au 7 septembre 1285). Son armée touchée par une épidémie de dysenterie, il est défait en septembre à Las Formiguas, et est obligé de faire retraite. Celle-ci est désastreuse, et lui-même meurt à Perpignan.
Ses entrailles sont conservées à Narbonne, ses os rejoignent la nécropole royale de Saint-Denis, son coeur est donné aux Jacobins de Paris.
Pierre d'Aragon mourant un mois plus tard, Gérone se livre à son successeur, et le nouveau roi de France, Philippe IV le Bel décide le retour en France.
Unions et descendance[modifier]
Le 28 mai 1262 à Clermont-Ferrand, il épouse en premières noces Isabelle d'Aragon (1247-1271), fille du roi Jacques Ier d'Aragon. Ayant accompagné le roi à la 8e croisade, elle meurt tragiquement d'une chute de cheval, en Calabre, sur le chemin du retour, alors enceinte de son 5e enfant.
De cette union sont issus :
Louis (1264-1276), prince héritier du 25 août 1270 à sa mort ;
Philippe IV (1268-1314), dit Philippe le Bel, roi de France ;
Robert (1269-av. 1276) ;
Charles de France (1270-1325), comte de Valois ;
Le 21 août 1274 à Vincennes, Philippe III épouse en secondes noces Marie de Brabant (1254-1321), fille de Henri III, duc de Brabant, et d'Adélaïde de Bourgogne.
De cette union sont issus :
Louis de France (1276-1319), comte d'Évreux ;
Marguerite de France, épouse en 1299 Édouard Ier, roi d'Angleterre ;
Blanche (1278-1306), épouse en 1300 Rodolphe III, duc d'Autriche - postérité éteinte.
Ascendance[modifier]
[dérouler]
Philippe III de France
Notes et références[modifier]
? Philippe III sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale [archive]
? Ferdinand Hoefer, [archive]Nouvelle Biographie générale ; parfois les dates du 12 août et du 30 août sont données.
? appelée dès lors « Terre royale d'Auvergne » et plus tard érigée en duché d'Auvergne, à ne pas confondre avec le comté d'Auvergne, ni avec le comté devenu dauphiné d'Auvergne
Voir aussi[modifier]
Gisant de Philippe III à Saint-Denis
En Castille, après la mort de son beau-frère Ferdinand de la Cerda en 1275, Philippe III prend sans succès le parti des enfants de celui-ci contre Don Sanche, désigné successeur par le roi Alphonse X.
En Italie, il soutient le pape Martin IV contre les gibelins, faisant une expédition punitive en Romagne. Il soutient également la politique sicilienne de son oncle Charles d'Anjou, après les massacres des Vêpres Siciliennes en 1282. Pierre III d'Aragon, considéré comme l'instigateur du massacre, est excommunié par le pape qui lui enlève son royaume et le donne à Charles de Valois, lequel ne peut le conserver.
En 1285, après l'affaire de Sicile, Philippe III, sans son oncle Charles d'Anjou mort en début d'année, engage la croisade d'Aragon et attaque sans succès la Catalogne (siège de Gérone du 26 juin au 7 septembre 1285). Son armée touchée par une épidémie de dysenterie, il est défait en septembre à Las Formiguas, et est obligé de faire retraite. Celle-ci est désastreuse, et lui-même meurt à Perpignan.
Ses entrailles sont conservées à Narbonne, ses os rejoignent la nécropole royale de Saint-Denis, son coeur est donné aux Jacobins de Paris.
Pierre d'Aragon mourant un mois plus tard, Gérone se livre à son successeur, et le nouveau roi de France, Philippe IV le Bel décide le retour en France.
Unions et descendance[modifier]
Le 28 mai 1262 à Clermont-Ferrand, il épouse en premières noces Isabelle d'Aragon (1247-1271), fille du roi Jacques Ier d'Aragon. Ayant accompagné le roi à la 8e croisade, elle meurt tragiquement d'une chute de cheval, en Calabre, sur le chemin du retour, alors enceinte de son 5e enfant.
De cette union sont issus :
Louis (1264-1276), prince héritier du 25 août 1270 à sa mort ;
Philippe IV (1268-1314), dit Philippe le Bel, roi de France ;
Robert (1269-av. 1276) ;
Charles de France (1270-1325), comte de Valois ;
Le 21 août 1274 à Vincennes, Philippe III épouse en secondes noces Marie de Brabant (1254-1321), fille de Henri III, duc de Brabant, et d'Adélaïde de Bourgogne.
De cette union sont issus :
Louis de France (1276-1319), comte d'Évreux ;
Marguerite de France, épouse en 1299 Édouard Ier, roi d'Angleterre ;
Blanche (1278-1306), épouse en 1300 Rodolphe III, duc d'Autriche - postérité éteinte.
Ascendance[modifier]
[dérouler]
Philippe III de France
Notes et références[modifier]
? Philippe III sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale [archive]
? Ferdinand Hoefer, [archive]Nouvelle Biographie générale ; parfois les dates du 12 août et du 30 août sont données.
? appelée dès lors « Terre royale d'Auvergne » et plus tard érigée en duché d'Auvergne, à ne pas confondre avec le comté d'Auvergne, ni avec le comté devenu dauphiné d'Auvergne
Décès : 5 octobre 1285 à Perpignan,66000,Pyrénées-Orientales,Languedoc-Roussillon,FRANCE
Document
Famille de FRANCE - de ARAGON
Mariage : 1262
      |-----de ARAGON, Pierre (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1.1) 
|-----de ARAGON, Jacques (88965122-5.A1.C1)
|-----DE MONTPELLIER, Marie (88965122-5.A1)
de ARAGON, Isabel (88965122-5.A1.C1.B4)
|-----de HONGRIA, Iolanda
Naissance : 1243
8. Infanta doña ISABEL de Aragón (1243-Cosenza, Calabria 28 Jan 1271, bur église de l'Abbaye royale de Saint-Denis). The Crónica de San Juan de la Peña names "la primera…Violant…la otra Costancia…et Isabel…la quarta…Maria" as the four daughters of King Jaime and his second wife, stating that Isabel married "Phelip filio primogenito del Rey de Francia"[327]. The marriage contract between "Ludovicus…Francorum Rex…filium nostrum Philippum" and "Isabellam filiam…Jacobi…Regis Aragonum, Maioricarum et Valentiæ, comitem Barchinonensem et Urgelli et dominum Montispessulani" is dated 11 May 1258[328]. The Flores historiarum of Adam of Clermont records the marriage "in civitate Claromontensi" in 1262 of "Philippus regis Franciæ filius" and "filiam regis Aragonum...Ysabellam neptem beatæ Helizabeth Teutonicæ", adding that his father-in-law granted Philippe his property "in civitate Bituricensi, Carcassona et in diœcesi Mimatensi" in exchange for property "in comitatibus de Besaudu et Rossilionis et Cataloniæ"[329]. She died, 6 months pregnant, after a fall from a horse on returning from the crusade in Tunis. The necrology of Sainte-Chapelle records the death "V Kal Feb" of "dominis Ysabellis de Aragonis quondam Francie regine"[330]. Under the testament of "Jacobus…Rex Aragoniæ, Majoricarum et Valenciæ, Comes Barchinonæ et Urgelli, et Dominus Montispessulani", dated 26 Aug 1272, the king made bequests to "…filios…Philippi…Regis Franciæ et Domnæ Elizabet bonæ memoriæ Regina Franciæ filiæ nostræ, nepotes nostras…"[331]. m (by contract Corbès near Montpellier 11 May 1258, Clermont-en-Auvergne 28 May 1262) as his first wife, PHILIPPE de France, son of LOUIS IX King of France & his wife Marguerite de Provence (Poissy, Yvelines 1 May 1245-Perpignan 5 Oct 1285, bur église de l'Abbaye royale de Saint-Denis). Heir to the throne in 1260 on the death of his older brother. He succeeded his father in 1270 as PHILIPPE III "le Hardi" King of France.
Décès : 1271 à Cosenza, Calabre,ITALIE

Retour à la page principale

ARAGON, Paul Décès : après 1742 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin ?
Profession : tisserand
Ne signe pas.
Famille ARAGON - B...
 
B..., Germaine Décès : avant 1740 à Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin ?
L'enfant du couple ARAGON - B... 
ARAGON, Antoine
× 1741 MONTAHUT, Jacquette (320-9)
°Carcassonne,11000,Aude, FRANCE,paroisse St Sernin - †vers 1764 Carcassonne ???,11000,Aude, FRANCE,paroisse Saint-Sernin ???

Retour à la page principale

      |-----de ARAGON, Pierre (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1.1) 
|-----de ARAGON, Jacques (88965122-5.A1.C1)
|-----DE MONTPELLIER, Marie (88965122-5.A1)
de ARAGON, Pedro III (Pere, Pierre,Pedro) dit el Grande (le Grand) (88965122-5.A1.C1.B2)
|-----de HONGRIA, Iolanda
Naissance : 1239
PEDRO III 1276-1285,
3. Infante don PEDRO de Aragón (1239-Villafranca del Penedés 2 or 11 Nov 1285, bur Monasterio de Santa Cruz). The Crónica de San Juan de la Peña names "Pedro, Jayme et Sancho" as the three sons of King Jaime and his second wife[319]. Under the testament of "Jacobus…Rex Aragoniæ, Majoricarum et Valenciæ, Comes Barchinonæ et Urgelli, et Dominus Montispessulani", dated 26 Aug 1272, the king made bequests to "…filium nostrum primogenitum Infantem P…"[320]. He succeeded his father in 1276 as PEDRO III "el Grande" King of Aragon.
- see below.
Infante don PEDRO de Aragón,
son of don JAIME I "el Conquistador" King of Aragon & his second wife Iolanda of Hungary (1239-Villafranca del Penedés 2 or 11 Nov 1285, bur Monasterio de Santa Cruz). Under the testament of "Jacobus…Rex Aragoniæ, Majoricarum et Valenciæ, Comes Barchinonæ et Urgelli, et Dominus Montispessulani", dated 26 Aug 1272, the king made bequests to "…filium nostrum primogenitum Infantem P…"[345]. He was promised the succession of the Balearic Islands, Valencia and Montpellier 1241, and received Roussillon and Cerdaña after the death of don Nuño Sancho de Aragón in 1242. A new projected partition was agreed 1244, under which Pedro would receive Catalonia on the death of his father. Appointed procurator of Catalonia 1257. Under a further projected partition 1262, Aragon, Catalonia and Valencia were destined for Pedro. He succeeded his father in 1276 as don PEDRO III "el Grande" King of Aragon, Conde de Barcelona and King of Valencia, crowned at Zaragoza Nov 1276. He suppressed the revolt in Valencia, ending with the capture of Montesa in 1277. He confirmed his protectorate over Tunis. He landed at Trapani in Sicily 31 Aug 1282, after the Sicilian revolt against the Angevins, and declared himself PIETRO I King of Sicily. He was excommunicated by Pope Martin IV, who supported the Angevins, in Nov 1282. In the course of the escalating dispute, Philippe III King of France was persuaded to accept the Kingdom of Aragon for his second son Charles in Feb 1284. He invaded Aragon in early 1285 and briefly captured Girona 7 Sep 1285. The French retreated to Perpignan (where King Philippe III died 5 Oct) after their fleet was destroyed in the Bay of Roses 3-4 Sep by admiral Ruggiero di Loria. In Sep 1284, Pedro crushed the rebellion of Juan Núñez de Lara who attempted to establish an independent lordship of Albarracín. On his deathbed, Pedro renounced Sicily as the price of his peace with the church. The Crónica de San Juan de la Peña records the death "III Id Nov" in 1285 of King Pedro and his burial "en el monasterio de Santas Cruçs del Orden de Cistells"[346]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the death "le jour de Saint-Martin" in 1285 of "le roi Pierre" and his burial "au monastère de Sainte-Croix"[347]. A manuscript chronicle records the death "circa festum S. Martini" in 1285 of "Petrus rex Aragonum" and his burial "in ecclesia beatæ Mariæ sanctarum Crucum ordinis Cisterciensis"[348].
m (Montpellier 15 Jul 1262) CONSTANZA of Sicily, daughter of MANFREDO [von Hohenstaufen] King of Sicily & his first wife Béatrice de Savoie (1249-Barcelona 1302). The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Constancia" as the daughter of "Manfredus" and his wife "dominam Beatricem", adding that she married "Petro regi Aragonum"[349]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the marriage of "le seigneur infant Pierre" and "la fille de Mainfroi roi de Sicile…Constance", adding that the bride was aged 14[350]. "Infans Petrus filius…Jacobi…Regis Aragonum, Majoricarum et Valentiæ, Comitis Barchinonæ et Urgelli, et domini Montispessulani" granted dowry to "dominæ Constantiæ filiæ…Manfredi Regis Siciliæ…uxori nostræ" by charter dated 13 Jun 1262, which names "domino Bonifacio de Anglano…Comite Montisalbani…avunculo dicti domini Regis Siciliæ", countersigned 13 Nov 1264[351].
Mistress (1): doña MARÍA Nicolau, daughter of ---. The primary source which confirms her parentage and relationship with King Pedro has not yet been identified.
Mistress (2): doña INÉS Zapata, daughter of ---. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Ines Zapata" as the mother of "D. Pedro de Aragon", son of "el Rey D. Pedro"[352].
King Pedro III & his wife had six children:
1. Infante don ALFONSO de Aragón (Valencia 4 Nov 1265-Barcelona 18 Jun 1291, bur Barcelona Franciscan Monastery). The Crónica de San Juan de la Peña names "el primero Alfonso et el otro Jayme et el otro Frederico" as the sons of King Pedro and his wife Constanza[353]. The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Alfonsus, Elisabeth regina Portugalli…Rex Iacobus, Dominus Fridericus, domina Violanta et dominus Petrus" as the children of "Petro regi Aragonum" and his wife[354]. The Chronicle of Ramon Muntaner names "Alfonse, Jacques, Frédéric et Pierre" as the four sons of "le seigneur infant Pierre" and "la fille de Mainfroi roi de Sicile…Constance"[355]. He succeeded his father in 1285 as ALFONSO III "el Liberal" King of Aragon and Valencia, Count of Barcelona. After he succeeded, he continued his father’s campaign against the Balearic Islands to punish his uncle Jaime II King of Mallorca, for the latter’s support of the French during the dispute over Sicily. He recaptured Mallorca city and Ibiza 1286, and captured Minorca from the Moors Jan 1287. However, diplomatic tensions with France and the Papacy worsened, and eventually Alfonso was forced to withdraw his support for his brother at Tarascon Feb 1291 as the price for lifting sanctions. He was forced to grant further privileges to the Aragonese Union 1287 (“el privilegio de la unión”), after the latter invaded Valencia and placed an embargo on royal revenues. The Crónica de San Juan de la Peña records the death in 1292 of King Alfonso agred 27 and his burial "en el monasterio de los frayres menores de Barchinona"[356]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the death of King Alfonso, dated to 1291, his burial "à lþordre des frères mineurs à Barcelona", and adds that "il était parfaitement vierge, nþayant jamais approché de femme"[357]. m (Betrothed [1286], by proxy Westminster Abbey 15 Aug 1290, not consummated) as her first husband, ELEANOR of England, daughter of EDWARD I King of England & his first wife Infanta doña Leonor de Castilla (Windsor Castle [17 Jun] 1264 or 1269-Ghent 12 Oct 1297, bur Westminster Abbey). The Chronicle of Ramon Muntaner records that Edward I King of England sent "Jean dþAgrilli" to Barcelona to negotiate the marriage of his daughter to Alfonso III King of Aragon, dated to 1286, and records the betrothal later the same year[358]. She married secondly (20 Sep 1393) Henri III Comte de Bar.
2. Infante don JAIME de Aragón (Valencia 10 Aug 1267-Barcelona 5 Nov 1327, bur Barcelona church of San Francisco, transferred to Monastery of Santa Cruz, prov Tarragona). The Crónica de San Juan de la Peña names "el primero Alfonso et el otro Jayme et el otro Frederico" as the sons of King Pedro and his wife Constanza[359]. The Chronicle of Ramon Muntaner names "Alfonse, Jacques, Frédéric et Pierre" as the four sons of "le seigneur infant Pierre" and "la fille de Mainfroi roi de Sicile…Constance"[360]. He succeeded his father in 1285 as GIACOPO King of Sicily. He succeeded his brother in 1291 as JAIME II King of Aragon and Valencia, Conde de Barcelona.
- see below.
3. Infanta doña ISABEL de Aragón (Zaragoza 4 Jan 1271-Estremos 4 Jul 1336, bur Coimbra). The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Alfonsus, Elisabeth regina Portugalli…Rex Iacobus, Dominus Fridericus, domina Violanta et dominus Petrus" as the children of "Petro regi Aragonum" and his wife[361]. Her parentage and marriage are confirmed by the Chronicon Conimbricensi which names “Rex Aragoniæ…Dñs Joannes filius Regis Domni Petri” as “frater…Dñæ Elizabeth Reginæ Portugaliæ”[362]. Her husband banished her to a fortress when she supported her son in his revolt against his father. After her husband died she retired to a house at Coimbra near a Poor Clare convent which she had founded and devoted her life to good works. The Breve Chronicon Alcobacense records that "rex Dyonisius…Elisabeth uxor sua Regina" was buried "Colimbrie in monasterio Sancte Clare quod ipsa construxit"[363]. She was canonised 25 May 1625, feast day 8 July[364]. m (by proxy Barcelona 2 Feb 1282, in person Trancosa 24 Jun 1282) dom DINIZ King of Portugal, son of dom AFONSO III "o Restaurador" King of Portugal & his second wife doña Beatriz de Castilla (Lisbon 9 Oct 1261-Santarem 7 Jan 1325, bur Odivelas).
4. Infante don FADRIQUE de Aragón (1272-near Pamplona 25 Jun 1337). The Crónica de San Juan de la Peña names "el primero Alfonso et el otro Jayme et el otro Frederico" as the sons of King Pedro and his wife Constanza[365]. The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Alfonsus, Elisabeth regina Portugalli…Rex Iacobus, Dominus Fridericus, domina Violanta et dominus Petrus" as the children of "Petro regi Aragonum" and his wife[366]. The Chronicle of Ramon Muntaner names "Alfonse, Jacques, Frédéric et Pierre" as the four sons of "le seigneur infant Pierre" and "la fille de Mainfroi roi de Sicile…Constance"[367]. His brother appointed him Viceroy in Sicily when the former succeeded to the crown of Aragon 1291. Ignoring the peace signed between his father and Carlo II King of Naples, Infante don Fadrique occupied Sicily. As a condition of his betrothal to Catherine de Courtenay, he promised to renounce his rights to Sicily and give help to reconquer the Latin Empire of Constantinople, but this proposal was opposed by Philippe IV King of France and the betrothal was terminated[368]. Don Fadrique was proclaimed Lord at Palermo 12 Dec 1295, and recognised as FEDERIGO I King of Sicily by the Parliament-General at Catania 15 Jan 1296, crowned at Palermo 25 Mar 1296. He was confirmed King of Trinacria [Sicily] for life by the Treaty of Caltabellotta Aug 1302, under which Carlo II King of Naples confirmed Sicily as the dowry of his daughter Eleonora for the life of her husband, to return to Carlo’s heirs after Federigo’s death. War broke out again with the Angevins of Naples 1313. Federigo had the Sicilian parliament recognise his son Pietro as his successor 12 Jun 1314. He retook the title King of Sicily 9 Aug 1314. Sicily reswore allegiance to Federigo’s son Pietro in 1322. Betrothed ([Jun] 1295) to CATHERINE de Courtenay, daughter of PHILIPPE de Courtenay titular Emperor of Constantinople & his wife Beatrice of Sicily (1274-Paris 11 Oct 1307 or 2 Jan 1308, bur Paris). She later married Charles de France Comte de Valois. m (Messina May 1303) as her second husband, ELEONORE of Sicily, former wife of PHILIPPE de Toucy titular Prince of Antioch, daughter of CHARLES II King of Sicily [Anjou-Capet] & his wife Maria of Hungary (1289-Monastery of San Nicolo di Arena 9 Aug 1341, bur Catania, Franciscan monastery). Her second marriage was arranged by the Treaty of Caltabellotta 31 Aug 1302, under which her father gave her Sicily as dowry during her husband’s life, after which the Kingdom would return to her father King Charles II and his heirs[369].
- KINGS of SICILY.
5. Infanta doña VIOLANTE de Aragon (1273-Termini 19 Aug 1302, bur Marseille église des Frères mineurs). The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Alfonsus, Elisabeth regina Portugalli…Rex Iacobus, Dominus Fridericus, domina Violanta et dominus Petrus" as the children of "Petro regi Aragonum" and his wife[370]. The Crónica de San Juan de la Peña records that Jaime II King of Aragon arranged the marriage of "su hermana Doña Violant" and "Rubert fillo del rey Carlos"[371]. m (Rome Mar 1297) as his first wife, ROBERT of Sicily, son of CHARLES II King of Naples & Sicily [Anjou-Capet] & his wife Maria of Hungary (Royal Palace of the Torre de San Erasmo, near Capua 1278-Château-Neuf, Naples 16/20 Jan 1343/4, bur Naples Santa Chiara). Named in 1297 as heir to Sicily by Pope Boniface VIII. Appointed perpetual Vicar-General in the island of Sicily by his father 24 Jun 1299. Principe di Salerno 5 May 1304. Comte de Piémont 17 Feb 1309. He succeeded his father in 1309 as ROBERT I "le Bon" King of Sicily.
6. Infante don PEDRO de Aragón ([1275]-Tordehumos 30 Aug 1296). The Chronicle of Ramon Muntaner names "Alfonse, Jacques, Frédéric et Pierre" as the four sons of "le seigneur infant Pierre" and "la fille de Mainfroi roi de Sicile…Constance"[372]. The Historia Sicula of Bartolomeo di Neocastro names "Alfonsus, Elisabeth regina Portugalli…Rex Iacobus, Dominus Fridericus, domina Violanta et dominus Petrus" as the children of "Petro regi Aragonum" and his wife[373]. The Chronicle of Ramon Muntaner records the death of "lþinfant Pierre…ainsi que Raimond dþAnglesola" at the siege of León and their burial in adjacent graves in Aragon[374]. m (28 Aug 1291) GUILLELMA de Béarn, daughter of GASTON [VII] de Moncada Vicomte de Béarn & his first wife Mathe [Amata] de Marsan [Mastas] Ctss de Bigorre ([1245/55]-1309). The Chronicle of Ramon Muntaner records the marriage of "lþinfant Pierre" and "madame Guillelmine de Muncada, fille de Gaston de Béarn", dated to 1295[375]. She had previously been betrothed to don Alfonso Manuel, and later to the latter's first cousin the future don Sancho IV King of Castile.
King Pedro III had three illegitimate children by Mistress (1):
7. don JAIME de Aragón (-after 22 May 1285). Zurita records that “el Rey” granted “la ciudad de Segorbe” to “Don Jayme Perez su hijo natural” and married him to “Doña Sancha Fernandez hija de Don Hernando Diaz” in Nov 1279[376]. Señor de Segorbe. m (Nov 1279) doña SANCHA Fernández, daughter of don FERNANDO Díaz & his wife ---. Zurita records that “el Rey” granted “la ciudad de Segorbe” to “Don Jayme Perez su hijo natural” and married him to “Doña Sancha Fernandez hija de Don Hernando Diaz” in Nov 1279[377]. Jaime & his wife had one child:
a) doña CONSTANZA de Aragón. Zurita records the marriage in Mar 1299 of “Artal de Luna hijo de Don Lope” and “D. Jayme Perez señor de Segorbe y Doña Sancha Fernandez Diaz su muger...Doña Costança hija”[378]. Señora de Segorbe. m (Mar 1299) as his first wife, don ARTAL [II] de Luna Señor de Luna, son of don LOPE Ferranch de Luna & his wife --- (-Sardinia 1323).
8. don JUAN de Aragón. The primary source which confirms his parentage has not yet been identified.
9. doña BEATRIZ de Aragón. The primary source which confirms her parentage and marriage has not yet been identified. m don RAMÓN de Cardona Señor de Torá, son of --- (-after 1340).
King Pedro III had four illegitimate children by Mistress (2):
10. don FERNANDO de Aragón. The primary source which confirms his parentage has not yet been identified. Señor de Albarracín.
11. don PEDRO de Aragón. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Pedro de Aragon" as the son of "el Rey D. Pedro" and "D. Ines Zapata"[379]. m (Portugal) dona CONSTANZA Mendez Pelita de Silva, daughter of dom SUERO Mendez de Silva & his wife dona María Annes Brochardo. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "D. Pedro de Aragon", son of "el Rey D. Pedro" and "D. Ines Zapata", married "D. Constança Mendez Petite"[380]. Pedro & his wife had four children:
a) don PEDRO de Aragón. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Pedro de Aragon, D. Fernando que fue asaz bueno, i casó" as the sons of "D. Pedro de Aragon" and his wife "D. Constança Mendez Petite"[381].
b) don FERNANDO de Aragón. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Pedro de Aragon, D. Fernando que fue asaz bueno, i casó" as the sons of "D. Pedro de Aragon" and his wife "D. Constança Mendez Petite"[382]. m doña MARÍA Núnez, daughter of don NUÑO Fernández Cogominho & his wife Margarita de Albarnaz.
c) doña CONSTANZA de Aragón. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Constança. D. Teresa Alonso" as the daughters of "D. Pedro de Aragon" and his wife "D. Constança Mendez Petite"[383]. m don GONZALO Annes Pimentel, son of ---.
d) doña TERESA Alfonso de Aragón. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Constança. D. Teresa Alonso" as the daughters of "D. Pedro de Aragon" and his wife "D. Constança Mendez Petite"[384]. m don GONZALO Mendez Vasconcellos Señor de Penela.
12. don SANCHO de Aragón (-1341). The primary source which confirms his parentage has not yet been identified. Castellán de Amposta.
13. doña TERESA de Aragón. Zurita names “el Rey...Doña Teresa Perez su hija” as the wife of “D. Artal de Alagon”[385]. The primary source which confirms her first and third marriages has not yet been identified. m firstly don GARCÍA Romeu [III], son of don GARCÍA Romeu [II] & his first wife ---. Ricohombre de Aragón. m secondly don ARTAL de Alagón Señor de Sástago y Pina. m thirdly don PEDRO López de Oteiza
Pierre III le Grand (en catalan, Pere III el Gran),(1239 - 11 novembre 1285), fut comte de Barcelone de 1276 à 1285 et roi d'Aragon (Pierre III) et de Valence (Pierre Ier).
Biographie[modifier]
Premier fils du second mariage du roi Jacques Ier le Conquérant avec Yolande de Hongrie, il reçoit dans un premier projet de partage daté de 1241 l'héritage de Valence, des Baléares, du Roussillon et de la Cerdagne. Après la mort de sa mère en 1251, il est confié aux soins de Jaspert IV, vicomte de Castelnou, de Guillaume de Castelnou, frère du précédent, de Gilabert de Cruïlles et d'Alón de Hostes.
En 1262, il épousa Constance de Sicile, fille et héritière de Manfred de Hohenstaufen. Après les Vêpres Siciliennes (30 mars 1282), il s'empara de l'île de Sicile et devint roi de Sicile (Pierre Ier) de 1282 à 1285.
Les rapports entre Pierre (Pere) III d'Aragon, l'aîné, et Jacques (Jaume) Ier de Majorque, le cadet, tous deux fils de Jacques Ier le Conquérant, furent toujours tendus. Le roi d'Aragon voyait les terres de son frère (Roussillon et Baléares, la capitale étant située à Perpignan) comme une verrue dans les siennes, alors que le roi de Majorque y voyait une entité cohérente.
La guerre contre Charles Ier d'Anjou, replié à Naples, continua jusqu'en 1285. Cette année-là, le roi de France Philippe III le Hardi mena une expédition appelée croisade d'Aragon, visant à remettre à Charles, son propre fils de quinze ans, le trône d'Aragon. Cette croisade fut un échec pour le roi de France. La maladie décima son armée. Lui-même, atteint de dysenterie, arriva à Perpignan, la capitale de son allié Jacques Ier de Majorque, pour y mourir. Malgré ce succès, Pierre III, miné par les guerres continuelles de son règne, mourut quelques mois après.
Après sa mort, il laissa l'Aragon, Valence et Barcelone à son fils aîné Alphonse III, roi de 1285 à 1291, tandis que le cadet, sous le nom de Jacques Ier, recevait la Sicile.
La mort précoce d'Alphonse III, en 1291, fit revenir l'Aragon, Valence et Barcelone dans les mains de son frère, qui devint roi sous le nom de Jacques II le Juste (1291-1337)
Le premier alpiniste ?[modifier]
Vers 1280 : Première ascension attestée du Canigou (pic sacré des Catalans de 2784 m, situé dans le Roussillon) par Pierre III. Cette ascension est évoquée dans une chronique épique d'un moine italien du XIIIe siècle, Fra Salimbene. Il semble cependant que le monarque ne soit pas allé jusqu'au sommet du pic. En effet, le chroniqueur franciscain écrit que Pierre III vit au sommet un dragon sortant d'un lac. Cette indication pourrait correspondre au lieu-dit "les estanyols" (les étangs), environ 500 m en contrebas.
Précédé par
Pierre III d'Aragon
Suivi par
Jacques Ier le Conquérant
Alphonse III le Libéral
Souverain de la Couronne d'Aragon
(1282 - 1285)
Charles Ier d'Anjou
Jacques Ier le Juste
Roi de Sicile (insulaire)
(1282 - 1285)
[enrouler]
v · d · m Liste des souverains d'Aragon
Premiers comtes d'Aragon (802-943)
Aureolus (802-809) · Aznar IerGalíndez (809-820) · García Galíndez (820-833) · Galindo Garcés (833-844) · Galindo Ier (844-867) · Aznar II Galíndez (867-893) · Galindo II Aznárez (893-928) · Endregoto Galíndez (928-943)
Comtes de la Maison de Navarre (943-1035)
García II de Navarre (943-970) · Sanche II de Navarre (970-994) · García III de Navarre (994-1000 ou 1004) · Sanche III de Navarre(1000 ou 1004 - 1035)
Rois de la Maison d'Aragon (1035-1137)
Ramire Ier (1035-1063) · Sanche Ier (1063-1094) · Pierre Ier (1094-1104) · Alphonse Ier (1104-1134) · Ramire II (1134-1154)
Régence de la Maison de Barcelone (1154-1164)
Raimond-Bérenger IV de Barcelone (1154-1162) · Pétronille d’Aragon (1162-1164)
Rois de la Maison de Bracelone (1164-1410)
Alphonse II (1164-1196) · Pierre II (1196-1213) · Jacques Ier (1213-1276) · Pierre III (1276-1285) · Alphonse III (1285-1291) · Jacques II (1291-1327) · Alphonse IV (1327-1336) · Pierre IV (1336-1387) · Jean Ier (1387-1396) · Martin Ier (1396-1410)
Rois de la Maison de Trastamare (1410-1516)
Ferdinand Ier (1412-1416) · Alphonse V (1416-1458) · Jean II (1458-1479) · Ferdinand II (1479-1516)
Rois de la Maison de Habsbourg (1516-1556)
Charles Ier (1516-1556)
À partir de 1556, les couronnes de Castille et d'Aragon partagent un souverain unique.
Décès : 1285
Document
Famille de ARAGON - de SICILE( de SOUABE de HOHENSTAUFEN)
 
de SICILE( de SOUABE de HOHENSTAUFEN), Constance II Naissance : 1249
Description
Français : Constance of Sicily, Queen of Aragon
Date
XVe siècle
Source
http://visualiseur.bnf.fr/ConsulterElementNum?O=IFN-8100144&E=JPEG&Deb=76&Fin=76&Param=C
Auteur
Anonyme
Autorisation
(Réutilisation de ce fichier)
Voir ci-dessous
BNF Français 239
Constance II de Sicile, appelée aussi Constance de Souabe ou Constance de Hohenstaufen, est la petite-fille de l'empereur Frédéric II du Saint-Empire.
Fille de Manfred de Hohenstaufen, prince de Tarente et plus tard roi de Sicile, et de Béatrice de Savoie, Constance naît en 1248 ou 1249 à Catane (Sicile). Elle épouse à l'âge de 14 ans le 13 juin 1262 à Montpellier l'infant Pierre, fils du roi d'Aragon Jacques Ier le Conquérant, qui devient roi en 1276 sous le nom de Pierre III d'Aragon. En 1282, suite à la révolte des Vêpres Siciliennes, Constance et Pierre reçoivent la couronne de Sicile. Elle meurt en 1302 à Barcelone. Deux de ses fils, Alphonse et Jacques, deviennent rois d'Aragon et le dernier, Frédéric, roi de Sicile.
Document
L'enfant du couple de ARAGON - de SICILE( de SOUABE de HOHENSTAUFEN) 
de ARAGON, Jaime II (Giacopo, dit le Juste (88965122-5.A1.C1.B2.1)
× d'ANJOU-SICILE, Blanche
° 10 août 1267 Valencia, ESPAGNE - † 1327

Retour à la page principale

      |-----DE BARCELONE, Raymond-Bérenger (1423441959-C2) 
|-----DE BARCELONE, Raymond-Bérenger (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2)
|-----DE POUILLE, Mathilde ou Mahaut
de BARCELONA, Ramon Berenguer IV (Raimundo Berengari, Raymond Bérenger) dit el Santo (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1)
|-----DE PROVENCE, Douce
Naissance : 1113
RAMON BERENGUER IV 1131-1162
Comte Ramon Berenguer [III] & his third wife had [eight] children:
2. RAMON BERENGUER [IV] de Barcelona (1113-San Dalmacio near Turin 6 Aug 1162, bur Monastery of Santa María de Ripoll). "Raymondi comes Barchinonensis, Dulciæ comitissæ uxoris eius, Raimundi et Berengarii filiorum suorum…" subscribed the charter dated [4/12] Feb 1114 under which "Bernardus Wilelmi…comes Ceritaniensis" donated property to the abbey of la Grasse[373]. “Raymundus Berengarii…comes Barchinonæ” donated “monasterium…sancti Petri de Gallicant” in Girona to “monasterio Crassensi” by charter dated 20 Jan 1117, subscribed by “Raimundi comitis Barchinonensis, Raimundi Berengerii, Berengerii et Bernardi filiorum eius, Dulciæ comitissæ uxoris eius…”[374]. The testament of "Raimundus Berengarii…Barchinonensis comes et marchio" dated [8 Jul] 1130 names "Raimundo Berengarii filio meo…"[375]. He succeeded his father in 1131 as Comte de Barcelona, Cerdanya, Besalú, Girona i Ausona. Barcelona's territorial stability was threatened by Aragonese advances on Lérida and Tortosa, cut short by the death of Alfonso I King of Aragon in 1134. His marriage eventually united the county of Barcelona and the kingdom of Aragon under a single ruler, although the two territories retained their separate political identities. m (Barbastro 11 Aug 1137, consummated early 1151) Infanta doña PETRONILA de Aragón, daughter of don RAMIRO II "el Monje" King of Aragon & his wife Agnès d’Aquitaine ([Jul] 1136-Barcelona 17 Oct 1174, bur Barcelona, Church of the Holy Cross and Santa Eulalia). The Brevi Historia Comitum Provinciæ records the marriage of "Berengarius primogenitus filius…" of "Raymundus-Berengarii vulgo Cap-De stoupes…dictus, Comes Barcinonæ in Catalonia" & his wife and "Petronillæ filiæ Ranemiri primo monachi…Aragonum regis"[376].
Source : Medlands
Décès : 1162
Inhumation : Barcelonne, Catalogne,ESPAGNE,Iglesia de la Santa Cruz y Santa Eulalia
Titre : Comte de Barcelona
Famille de BARCELONA - de ARAGON
Mariage : 22 janvier 1137
Queen Petronila & conde Ramón Berenguer IV had five children:
Document
de ARAGON, Pétronille Naissance : vers 1125
PETRONILA 1137-1164
Infanta doña PETRONILA de Aragón, daughter of RAMIRO II “el Monje” King of Aragon and Navarre & his wife Agnès d’Aquitaine ([Jul] 1136-Barcelona 17 Oct 1174, bur Barcelona, Church of the Holy Cross and Santa Eulalia). The Brevi Historia Comitum Provinciæ records the marriage of "Berengarius primogenitus filius…" of "Raymundus-Berengarii vulgo Cap-De stoupes…dictus, Comes Barcinonæ in Catalonia" & his wife and "Petronillæ filiæ Ranemiri primo monachi…Aragonum regis"[198]. She succeeded her father in 1157 as PETRONILA Queen of Aragon. She made a donation of the kingdom of Aragon to her son Alfonso I in 1164[199].
m (Barbastro 11 Aug 1137, consummated early 1151) RAMON BERENGUER IV Comte de Barcelona, son of RAMON BERENGUER III "el Grande" Comte de Barcelona & his third wife Dulce Ctss de Provence (1113-San Dalmacio near Turin 6 Aug 1162, bur Monastery of Santa María de Ripoll). "Raymondi comes Barchinonensis, Dulciæ comitissæ uxoris eius, Raimundi et Berengarii filiorum suorum…" subscribed the charter dated [4/12] Feb 1114 under which "Bernardus Wilelmi…comes Ceritaniensis" donated property to the abbey of la Grasse[200]. “Raymundus Berengarii…comes Barchinonæ” donated “monasterium…sancti Petri de Gallicant” in Girona to “monasterio Crassensi” by charter dated 20 Jan 1117, subscribed by “Raimundi comitis Barchinonensis, Raimundi Berengerii, Berengerii et Bernardi filiorum eius, Dulciæ comitissæ uxoris eius…”[201]. The testament of "Raimundus Berengarii…Barchinonensis comes et marchio" dated [8 Jul] 1130 names "Raimundo Berengarii filio meo…"[202].
Pétronille d'Aragon, née en 1135 et morte en 1173, est régente d'Aragon de 1162 à 1164.
Fille de Ramire II le Moine et de Agnès d'Aquitaine, elle devient reine d'Aragon par son mariage avec Raimond-Bérenger IV.
De cette union naîtront :
Alphonse II d'Aragon (1157-1195) qui épousa, en 1174, Mathilde de Portugal
Douce d'Aragon
Raymond-Bérenger III (1158-1181), comte de Provence
Sanche de Barcelone (1161-1174), comte de Roussillon et de Cerdagne
Précédé par
Pétronille d’Aragon
Suivi par
Ramire II
reine d'Aragon
Alphonse II
1137-1164
avec Raimond-Bérenger IV de Barcelone
Source[modifier]
Larousse encyclopédique en couleurs, France loisirs, 1979
v · d · m Liste des souverains d'Aragon
Premiers comtes d'Aragon (802-943)
Aureolus (802-809) · Aznar IerGalíndez (809-820) · García Galíndez (820-833) · Galindo Garcés (833-844) · Galindo Ier (844-867) · Aznar II Galíndez (867-893) · Galindo II Aznárez (893-928) · Endregoto Galíndez (928-943)
Comtes de la Maison de Navarre (943-1035)
García II de Navarre (943-970) · Sanche II de Navarre (970-994) · García III de Navarre (994-1000 ou 1004) · Sanche III de Navarre(1000 ou 1004 - 1035)
Rois de la Maison d'Aragon (1035-1137)
Ramire Ier (1035-1063) · Sanche Ier (1063-1094) · Pierre Ier (1094-1104) · Alphonse Ier (1104-1134) · Ramire II (1134-1154)
Régence de la Maison de Barcelone (1154-1164)
Raimond-Bérenger IV de Barcelone (1154-1162) · Pétronille d’Aragon (1162-1164)
Rois de la Maison de Bracelone (1164-1410)
Alphonse II (1164-1196) · Pierre II (1196-1213) · Jacques Ier (1213-1276) · Pierre III (1276-1285) · Alphonse III (1285-1291) · Jacques II (1291-1327) · Alphonse IV (1327-1336) · Pierre IV (1336-1387) · Jean Ier (1387-1396) · Martin Ier (1396-1410)
Rois de la Maison de Trastamare (1410-1516)
Ferdinand Ier (1412-1416) · Alphonse V (1416-1458) · Jean II (1458-1479) · Ferdinand II (1479-1516)
Rois de la Maison de Habsbourg (1516-1556)
Charles Ier (1516-1556)
À partir de 1556, les couronnes de Castille et d'Aragon partagent un souverain unique.
Petronila de Aragón (Huesca, 29 de junio de 1136 - Barcelona, 15 de octubre de 1173).2 Reina de Aragón entre 1157 y 1164 y condesa de Barcelona entre 1162 y 1164.3 4 5 Hija de Ramiro II el Monje e Inés de Poitou.
Petronila, «aragonensis regina et barchinonensis comitissa» (reina de Aragón y condesa de Barcelona), abdica en su hijo Alfonso «regi aragonensi et comiti barchinonensi» (el reino de Aragón y el condado de Barcelona). En Barcelona, a 18 de julio de 1164.
Petronila de Aragón en una genealogía de época de Martín I el Humano. En ella aparece («Peronella:reyna») con atributos reales (corona, cetro, al igual que el heredero del reino, Alfonso II de Aragón), unida al conde Ramón Berenguer IV que ofrece el anillo de desposado.
Fue concebida para dar continuidad a la dinastía de Aragón. Tras morir el rey Alfonso I el Batallador sin descendencia, una serie de acontecimientos llevaron a proclamar rey al religioso Ramiro, hermano menor de Alfonso I. Ramiro II, apodado «el Monje», casó con Inés de Poitou, y de ese matrimonio nació el 29 de junio de 1136 la princesa Petronila. Un año más tarde se firman en Barbastro las capitulaciones matrimoniales (regulando la potestas regia) con el conde de Barcelona Ramón Berenguer IV. Las condiciones las puso Ramiro II, siendo aceptadas por Ramón Berenguer IV. Se zanjaban así los problemas de sucesión en el Reino de Aragón. Ramiro II se retiró a San Pedro el Viejo de Huesca conservando para sí el título de rey, e Inés de Poitou volvió a Francia. Petronila fue educada en la corte condal de Barcelona.
Durante este periodo se presionó desde la Corona de Castilla para intentar casarla con Alfonso VII de Castilla o con su hijo Sancho el Deseado, a fin de unir las coronas de Castilla y Aragón, imponiendo a Petronila el nombre de Urraca.6 Finalmente no se llevó a cabo este enlace.
La boda de doña Petronila con Ramón Berenguer IV se celebró trece años más tarde en Lérida, en el mes de agosto de 1150, al alcanzar la reina la edad requerida por el Derecho Canónico para poder consumar el matrimonio, catorce años.
En marzo de 1157 nacía en Huesca el primogénito de la pareja, llamado indistintamente Alfonso y Ramón, que reinará con el nombre de Alfonso II en honor a Alfonso I. Tras la muerte de Ramón Berenguer IV en 1162, Petronila abdicó en Alfonso II el Reino de Aragón y el Condado de Barcelona en documento fechado el 18 de julio de 1164.3 4 5 Tras renunciar a su corona y a segundas nupcias, vivió privada y santamente el resto de sus años.7 Murió en Barcelona el 15 de octubre de 1173. Fue enterrada en la Catedral de Barcelona.6
Contenido
[ocultar]
1 Descendientes
2 Véase también
3 Notas
4 Enlaces externos
[editar] Descendientes
Del matrimonio con Ramón Berenguer IV tuvo a:
El infante Pedro de Aragón (1152 - antes de 1158), al que se alude como nasciturus (hijo que va a nacer) en un testamento dado por Petronila de Aragón el 4 de abril de 1152 estando en los trabajos del parto junto a Barcelona («in partu laborans, apud Barchinonam»). Murió antes de 1158, quizá poco después del alumbramiento.8
El infante Alfonso II de Aragón (1157–1196), rey de Aragón y conde de Barcelona.8
El infante Pedro de Aragón (1158–1181), quien en 1173 será nombrado conde de Provenza por su hermano Alfonso II, como Ramón Berenguer IV de Provenza.
La infanta Dulce de Aragón (1160–1198), casada en 1175 con el rey Sancho I de Portugal.
El infante Sancho de Aragón y Barcelona (1161–1223), conde de Cerdaña, de Provenza y de Rosellón.
Décès : 1162
Titre : reine d'aragon
Document
L'enfant du couple de BARCELONA - de ARAGON 
de ARAGON, Alfonso II dit el Casto (le Chaste) (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1)
× de CASTILLA Y POLONIA, Sancha
- † 1195

Retour à la page principale

      |-----de TOULOUSE, Raymond V
|-----de TOULOUSE, Raymond VI
|-----de FRANCE, Constance
de TOULOUSE, Raymond VII
      |-----d'ANGLETERRE, Henry
|-----d'ANGLETERRE, Jeanne PLANTAGENET
|-----D'AQUITAINE, Aliénor
Naissance : Source : Medlands
Titre : Comte de Toulouse en 1222
Famille de TOULOUSE - de ARAGON
Contrat de mariage : octobre 1205
      |-----de ARAGON, Alfonso (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1) 
|-----de ARAGON, Pierre II le Catholique (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1.1)
|-----de CASTILLA Y POLONIA, Sancha
de ARAGON, Sancha (88965122-5.A1.C2)
      |-----de MONTPELLIER, Guillaume (88965122-5) 
|-----DE MONTPELLIER, Marie (88965122-5.A1)
|-----COMNÈNE, Eudoxie (Edvokia)
 

Retour à la page principale

de CASTILLA Y LEON, Alfonso X dit le Sage, el Sabio Naissance : 23 novembre 1221
ALFONSO X 1252-1284 from Medlands
1. Infante don ALFONSO de Castilla y León (Toledo 23 Nov 1221-Seville 4 Apr 1284, bur Seville, Cathedral Santa María). The Anales Toledanos record the birth 23 Nov 1221 of “el Infant D. Alfonso, fillo del Rey D. Fernando de Castiella…e…de la Reyna doña Beatriz, filla del Emperador de Alemaña”[858]. Alférez of his father don Fernando III "el Santo" King of Castile 21 Aug 1242 to 22 Aug 1242. He succeeded his father in 1252 as ALFONSO X “el Sabio” King of Castile, León, Galicia, Toledo, Badajoz, Cordoba, Murcia, Jaén and Sevilla
Infante don ALFONSO de Castilla y León, son of don FERNANDO III "el Santo" King of Castile and León & his first wife Elisabeth von Staufen (Toledo 23 Nov 1221-Seville 4 Apr 1284, bur Seville, Cathedral Santa María). The Chronicon Mundi of Lucas Tudensis names "Adefonsum, Fredericum, Fernandum, Philippum, Henricum, Sancium, Emanuelem" as the sons of Fernando III King of Castile and his first wife[920]. The Anales Toledanos record the birth 23 Nov 1221 of “el Infant D. Alfonso, fillo del Rey D. Fernando de Castiella…e…de la Reyna doña Beatriz, filla del Emperador de Alemaña”[921]. The Chronicon de Cardeña names “Rey D. Alfonso” as son of “Rey D. Ferrando” and his wife “Doña Beatriz, la sobrina del Emperador de Alemaña”[922]. "Ferrandus…Rex Castelle et Toleti…cum uxore mea Regina Beatrice et filiis meis Alfonso, Frederico, Fernando" donated property at Villabañez to the church of Valladolid by charter dated 27 Apr 1226[923]. "Ferrandus…Rex Castelle et Toleti…cum uxore mea Regina Beatrice et filiis meis Alfonso, Frederico, Ferrando, Henrico" donated the churches of Montealegre to the church of Valladolid by charter dated 25 May 1230[924]. Alférez of his father don Fernando III "el Santo" King of Castile 21 Aug 1242 to 22 Aug 1242. He succeeded his father in 1252 as ALFONSO X “el Sabio” King of Castile, León, Galicia, Toledo, Badajoz, Cordoba, Murcia, Jaén and Sevilla. Immediately after his accession, he revived Castile's claim to Gascony and allied himself with Gaston VII Vicomte de Béarn[925]. After the death in 1254 of Konrad IV King of Germany, King Alfonso claimed the duchy of Swabia (through his mother) and was supported by Pope Alexander IV writing to the Swabian nobility on 3 Feb 1255 and by Pisa under the treaty of Soria 18 Mar 1256[926]. He attracted support from Brandenburg by the betrothal of his daughter to the eldest son of the Markgraf[927]. He was elected ALFONSO King of Germany and King of the Romans at Frankfurt 1 Apr 1257 by Arnold Archbihsop of Trier, and the Saxon and Brandenburg rulers, but was unable to travel to Germany to stake his claim due to internal problems in Castile[928]. King Alfonso ruined Castile financially while promoting his ambitions in Germany. His brothers Infantes don Enrique and don Felipe rebelled against him, the civil war lasting from 1271-1274. After the election of Rudolf von Habsburg as King of Germany in 1273, King Alfonso continued to press his claims to the Imperial crown and the Duchy of Swabia. He sent Castilian troops to northern Italy to help his son-in-law Guglielmo di Monferrato attack the vicar of Lombardy appointed by Charles I King of Sicily[929]. Queen Violante abandoned him in 1275, fearing for her life after the death of their oldest son. Alfonso X King of Castile "con la Reyna doña Yolant mi muger y con nuestros fijos el Infante don Sancho fijo mayor y heredero, y con don Pedro, y D. John, y D. Jaymes" donated "la villa de Caztalla" to the Order of Calatrava by charter dated 1279[930]. Alfonso X sponsored a compilation of laws known as “Las Pastido”. His younger son Sancho rebelled against him, deposed his father and had himself proclaimed King of Castile in 1282 by a Cortes at Valladolid. Alfonso X nominated his grandson Alfonso de la Cerda as his successor but his wishes were not respected. The Chronicon Domini Joannis Emmanuelis records the death in Apr 1284 of “Rex Alfonsus in Hispali”[931]. The Anales Toledanos record the death “pridie Non Apr” in 1284 of “Rex Alfonsus”[932]. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "D. Alonso" died and was buried "en Sevilla"[933]. According to Szabolcs de Vajay, his viscera were buried separately at Murcia Cathedral[934].
m (Papal dispensation 23 Jan 1240, betrothed 26 Nov 1246, Valladolid 29 Jan 1249) Infanta doña VIOLANTE de Aragón, daughter of don JAIME I “el Conquistador” King of Aragon & his second wife Violanta of Hungary ([1236]-Roncevalles 1301, bur Seville). The Crónica de San Juan de la Peña names "la primera…Violant…la otra Costancia…et Isabel…la quarta…Maria" as the four daughters of King Jaime and his second wife, stating that Violante married "Don Alfonso filio primogenitor del Rey de Castiella"[935]. Pope Innocent IV issued a dispensation for the marriage of “Alfonsus...regis Castellæ...primogenitus” and “Iole” dated 23 Jan 1240[936]. The betrothal contract of “dominus Infans Alfonsus...regis Castellæ...primogenitus” and “domina Violante filia domini Jacobi...regis Aragonum” is dated 26 Nov 1246[937]. Alfonso X King of Castile "con la Reyna donna Yolant mi mugier et con mis fijas la Inffante donna Berenguella et la Inffante donna Beatriz" confirmed rights of the church of Valladolid by charter dated Sep 1255[938]. After her eldest son died, she fled to Aragon with his infant children. Under the testament of "Jacobus…Rex Aragoniæ, Majoricarum et Valenciæ, Comes Barchinonæ et Urgelli, et Dominus Montispessulani", dated 26 Aug 1272, the king made bequests to "…filiam nostram Domnam Yolant…"[939]. Alfonso X King of Castile "con la Reyna doña Yolant mi muger y con nuestros fijos el Infante don Sancho fijo mayor y heredero, y con don Pedro, y D. John, y D. Jaymes" donated "la villa de Caztalla" to the Order of Calatrava by charter dated 1279[940]. She died returning from a pilgrimage to Rome. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "la Reina D. Violante" was buried "en Sevilla" with her husband[941].
Mistress (1): ([1240/41]) his aunt, doña MARÍA Alfonso de León, widow of don ÁLVAR Fernández de Lara Señor de Lara, illegitimate daughter of don ALFONSO IX King of León & his mistress doña Teresa Gil de Soverosa ([1222]-after 1252). The Livro Velho names "D. Martim Affonso e D. Maria Affonso e D. Sancha Affonso e D. Orraca Affonso" as the children "dþelrey de Leão" and his mistress Teresa, daughter of "D. Gil Vasques de Sovorosa", adding that María married "D. Alvar Fernandes filho do conde D. Fernando de Lara o que jaz em Fiteiros" but was childless, later became mistress of "elrey D. Affonso de Castella seu sobrinho", and afterwards married "D. Suer Ayres de Valladares" by whom she was mother of "D. Pedro Soares de Sarraça e D. Affonso Soares" (listing their descendants)[942]. She married secondly ([after 1240]) as his second wife, don Suero Arias de Valladares “Sarraça”.
Mistress (2): ([1242/43]) doña ELVIRA Rodríguez de Villada, daughter of don RODRIGO Fernández de Villada & his wife doña María Múñoz. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Alonso Fernandez Niño" as the child of King Alfonso X and "D. Maria Daulada"[943]. She was generally referred to as Elvira Valada or Daulada. Living 1283. She married (before 1250) don GONZALO Moran el Velho, Merino Mayor of León (-before 1283).
Mistress (3): ([1243/48]) doña MARÍA [Mayor] Guillén de Guzmán, Señora de Alcocer, Salmerón, Viana and Azañón, daughter of don GUILLÉN Pérez de Guzmán Señor de Vecilla & his wife doña María González Girón ([1225]-Alcocer before 1267, bur Alcocer, monastery of Santa Clara). The Crónica del Rey Don Alfonso X names "doña Mayor Guillen…fija de don Pedro Guzman" as mother of King Alfonso Xþs daughter "doña Beatriz, que fué casada con el rey don Alfonso de Portugal"[944].
Mistress (4): ---. The name of the fourth mistress of King Alfonso X is not known.
Mistress (5): ---. The name of the fifth mistress of King Alfonso X is not known.
King Alfonso X & his wife had eleven children:
1. Infanta doña BERENGUELA de Castilla y León (Seville [10 Oct/25 Nov] 1253-Guadalajara, convent of Santa Clara de Toro 1300). The Crónica del Rey Don Alfonso X records the birth of "la reina doña Violante de una fija…la infante doña Berenguela, que fué señora de Guadalfajara…en el comienzo del año" in the same year as the arrival in Castile of "la fija [del] rey de Nuruega…doña Cristina"[945]. Alfonso X King of Castile "con la Reyna donna Yolant mi mugier et con mis fijas la Inffante donna Berenguella et la Inffante donna Beatriz" confirmed rights of the church of Valladolid by charter dated Sep 1255[946]. She was recognised as her father’s successor 5 May 1255, in default of male heirs, until the birth of her brother 23 Oct 1255. Installed as Señora de Guadalajara by her father. Her betrothal is recorded by Matthew of Paris, although he does not give her name[947]. She founded the convent of Santa Clara de Toro at Guadalajara. A nun at Las Huelgas. Betrothed (Paris 20 Aug 1255) to LOUIS de France, eldest son of LOUIS IX King of France & his wife Marguerite de Provence (21 Sep 1243 or 24 Feb 1244-Paris 11 Jan 1260, bur Abbaye cistercienne de Royaumont, transferred to Saint-Denis 1817).
2. Infanta doña BEATRIZ de Castilla y León ([5 Nov/6 Dec] 1254-[1286]). Her origin is indicated by Pachymeres who records the second marriage of Emperor Andronikos II and "Irenen, e dynastis…quos marcesios sive marchiones appellant…neptem regis Hispaniæ"[948]. Her parentage is also indicated by Georgius Phrantzes who records that "Irene, e Lombardia oriunda atque filia sororis regis Hispaniæ et nepti marchionis Montisferratensis…qui Thessalonicam…et Thessalorum rex fuit" was the second wife of "imperator Andronicus"[949]. Alfonso X King of Castile "con la Reyna donna Yolant mi mugier et con mis fijas la Inffante donna Berenguella et la Inffante donna Beatriz" confirmed rights of the church of Valladolid by charter dated Sep 1255[950]. Her first betrothal was arranged by her father to attract the support of Brandenburg for his candidacy for the throne of Germany[951]. Although the name of the king's daughter is not specified in the source, it could only have been Beatriz as her older sister Berenguela was already betrothed at that date. The Chronica Jacobi de Aquis, dated to 1334, records that "Marchio Guliermus" married secondly "Beatricem filiam regis Anfoxi de Hispania"[952]. The Chronicon Astense records that in 1286 "Guilielmus Marchio Montisferrati" went "in Hispania cum uxore sua Beatrice" who died there[953]. Betrothed (1256) to JOHANN von Brandenburg, son of JOHANN I Markgraf von Brandenburg & his first wife Sophie of Denmark ([1233/42]-Tangermünde 10 Sep 1281, bur Kloster Chorin). He succeeded his father in [1266/67] as JOHANN II Markgraf von Brandenburg. m (Murcia Aug 1271) as his third wife, GUGLIELMO VII Marchese di Monferrato, son of BONIFAZIO II Marchese di Monferrato & his wife Marguerite de Savoie (-in prison Alessandria 8 Feb 1292).
3. Infante don FERNANDO "él de la Cerda" de Castilla y León (Valladolid 23 Oct 1255-Ciudad Real 25 Jul 1275, bur Las Huelgas de Burgos). The Anales Toledanos record the birth in 1256 of “Dñs Fernandus, filius Regis Alfonsi”[954]. Mayordomo of his father King Alfonso X 21 Nov 1260, 19 Dec 1270-14 Mar 1272, and 6 Jun 1274. He died of a fever during a campaign against the King of Morocco who had invaded southern Spain, after which his infant children were passed over in the succession to the crown of Castile in favour of his younger brother Infante don Sancho.
- see below, Part C. de la CERDA.
4. Infante don SANCHO de Castilla y León (Valladolid 12 May 1258-Toledo 25 Apr 1295, bur Toledo, Cathedral Santa María). The Chronicon de Cardeña names “Infant D. Sancho” as son of “Rey D. Alfonso”[955]. He succeeded in 1284 as SANCHO IV "el Bravo" King of Castile and León.
- see below.
5. Infanta doña CONSTANZA de Castilla y León ([Feb/Oct] 1259-Las Huelgas 23 Jul 1280). A nun at Las Huelgas.
6. Infante don PEDRO de Castilla y León (Seville [15 May/25 Jul] 1260-Ledesma 20 Oct 1283). Twin with his brother don Juan. Alfonso X King of Castile "con la Reyna doña Yolant mi muger y con nuestros fijos el Infante don Sancho fijo mayor y heredero, y con don Pedro, y D. John, y D. Jaymes" donated "la villa de Caztalla" to the Order of Calatrava by charter dated 1279[956]. Señor de Ledesma, Alba de Tormes, Salvatierra, Galisto and Miranda. The Anales Toledanos record the death “XIV Kal Nov” 1283 of “Dñs Petrus, filius…Regis Alfonsi et frater Dñi Fernandi”[957]. m (Burgos 1281) MARGUERITE de Narbonne, daughter of AIMERY [IV] Vicomte de Narbonne & his wife Sibylle de Foix. Infante Pedro & his wife had one child:
a) don SANCHO de Castilla "él de La Paz" (1283-1312). He succeeded his father as Señor de Ledesma, Alba de Tormes, Salvatierra, Galisto and Miranda.
7. Infante don JUAN de Castilla y León (Seville [15 May/25 Jul] 1260-Vega de Granada 25 Jun 1319, bur Burgos). Twin with his brother Pedro. Alfonso X King of Castile "con la Reyna doña Yolant mi muger y con nuestros fijos el Infante don Sancho fijo mayor y heredero, y con don Pedro, y D. John, y D. Jaymes" donated "la villa de Caztalla" to the Order of Calatrava by charter dated 1279[958]. Señor de Valencia de Campos.
- see below, Part D. Señores de VALENCIA de CAMPOS.
8. Infanta doña ISABEL de Castilla y León ([Jan 1263/Dec 1264]-young). The Crónica del Rey Don Alfonso X names "doña Isabel…doña Leonor, que casó en Murcia con el marqués" as younger daughters of King Alfonso X and his wife[959].
9. Infanta doña VIOLANTE de Castilla y León (1265-[12 Mar 1287/30 Jan 1308]). The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "D. Diego", son of "D. Diego Lopez señor de Biscaya", married "D. Violante"[960]. "Diego López de Haro señor de Vizcaya y su mujer doña Violante infanta de Castilla" granted "el lugar de Segoviana, aldea de Santa Olalla" to "doña Sancha Díaz de Haro su hermana" by charter dated 22 Apr 1287[961]. m (1282) don DIEGO López de Haro Señor de Vizcaya, son of don DIEGO López de Haro Señor de Vizcaya & his wife Constance de Béarn ([1250]-Algeciras 1310).
10. Infante don JAIME de Castilla y León ([1266]-Orgaz 9 Aug 1284). Alfonso X King of Castile "con la Reyna doña Yolant mi muger y con nuestros fijos el Infante don Sancho fijo mayor y heredero, y con don Pedro, y D. John, y D. Jaymes" donated "la villa de Caztalla" to the Order of Calatrava by charter dated 1279[962]. Señor de los Cameros. He supported his brother in the revolt against their father. Nevertheless, his father left him the kingdom of Murcia in his will, although don Jaime died before he was able to take possession. The Anales Toledanos record the death “aput Orgaz V Id Aug” in 1284 of “Rex Alfonsus…filius eius Jacobus” aged 18[963].
11. Infanta doña LEONOR de Castilla y León (after 1274-1275). The Anales Toledanos record the death in 1275 of “Dña Elianor filia Regis”[964]. The Crónica del Rey Don Alfonso X names "doña Isabel…doña Leonor, que casó en Murcia con el marqués" as younger daughters of King Alfonso X and his wife[965].
King Alfonso X had one illegitimate child by Mistress (1):
12. doña BERENGUELA Alfonso. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Berenguera" as the child of King Alfonso X and "D. Maria Alonso su tia", adding that she was childless[966]. Her marriage is given by Szabolcs de Vajay[967]. This marriage is not shown in Europäische Stammtafeln[968], although the latter does show the marriage of doña Urraca Alfonso, illegitimate daughter of Alfonso IX King of León, to don Pedro Núñez de Guzman. m as his first wife, don PEDRO Núñez de Guzmán, son of don GUILLÉN Pérez de Guzman & his wife doña Elvira Rodríguez (-after 1264).
King Alfonso X had one illegitimate child by Mistress (2):
13. don ALFONSO Fernández “el Niño” ([1243]-1281). The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Alonso Fernandez Niño" as the child of King Alfonso X and "D. Maria Daulada"[969]. "Don Alffonsso Ferrandez, fijo del Rey…" confirmed the charter dated Sep 1255 under which Alfonso X King of Castile confirmed rights of the church of Valladolid[970]. m doña BLANCA Alfonso de Molina Señora de Molina y Mesa, daughter of Infante don ALFONSO de León Señor de Molina & his wife doña Mafalda González ([1243]-Molina 1292, before 5 Dec). The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "D Alonso Fernandez Niño" married "D. Blanca señora de Molina", a later passage in the same source recording that "Blanca senora de Molina" was the daughter of "El Infante don Alonso" and his wife "D. Mafalda Perez"[971]. Alfonso & his wife had two children:
a) doña ISABEL Alfonso de Molina (-5 Dec 1292). The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos names "D. Isabel" as the daughter of "D Alonso Fernandez Niño" and his wife "D. Blanca señora de Molina", adding that she died before her mother[972]. The Crónica del Rey Sancho records that “don Juan Nuñez” arranged the marriage of “don Juan Nuñez su fijo” to “doña Isabel fija de doña Blanca de Molina” in 1290[973]. The Crónica del Rey Sancho records the death in 1292 of “doña Isabel la mujer de don Juan Nuñez” childless[974]. m (1290) as his first wife, don JUAN Núñez de Lara Señor de Lara y Albarracín, son of don JUAN Núñez de Lara Señor de Lara & his [second wife doña Teresa Álvarez de Azagra Señora de Albarracín] (-Burgos after 16 Sep 1315). No issue.
b) doña [MAFALDA] Alfonso de Molina (-young).
King Alfonso X had one illegitimate child by Mistress (3):
14. doña BEATRIZ Alfonso (1242-27 Oct 1303, bur Cistercian monastery of Santa Maria de Alcobaça). The Crónica del Rey Don Alfonso X names "doña Mayor Guillen…fija de don Pedro Guzman" as mother of King Alfonso Xþs daughter "doña Beatriz, que fué casada con el rey don Alfonso de Portugal"[975]. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "D. Alonso…Rey de Portugal" married "D. Beatriz", who in an earlier passage is named as daughter of Alfonso X King of Castile by his wife Queen Violante[976]. Señora de Alcocer, Salmerón y Vadesliras. The Breve Chronicon Alcobacense records that "Rex Alfonsus…comes Bolonie" was buried "Alcobacie cum uxore sua"[977]. m (1253) as his second wife, dom AFONSO III "o Restaurador" King of Portugal, son of dom AFONSO II "el Gordo" King of Portugal & his wife Infanta doña Urraca de Castilla (Coimbra 5 May 1210-Lisbon 16 Feb 1279, bur Cistercian monastery of Santa María de Alcobaça).
King Alfonso X had [one possible illegitimate child] by Mistress (4):
15. [doña URRACA Alfonso . Europäische Stammtafeln shows that Urraca Alfonso, illegitimate daughter of King Alfonso X, married "Pedro Núñez de Guzmán"[978]. Szabolcs de Vajay, on the other hand, says there is "no further record" of his daughter doña Urraca Alfonso[979]. Salazar y Castro states that Urraca Alfonso married "Álvaro Pérez de Guzmán"[980], although in another section of his work he names the wife of Álvaro Pérez de Guzmán as "doña María de la Cerda Señora de Gibraleón"[981]. It is possible that Europäische Stammtafeln has confused this doña Urraca with doña Urraca, daughter of don Alfonso IX King of León, who married don Pedro Núñez de Guzman. The contradictory evidence provided by Salazar y Castro has not yet been explained. m don ÁLVARO Pérez de Guzmán, son of don NUÑO Guillén de Guzmán & his wife doña Teresa Álvarez de Manzandeo (-after 1280).]
King Alfonso X had one illegitimate child by Mistress (5):
16. don MARTÍN Alfonso. Abbot of Valladolid.
from Wikipedia Espana
Alfonso X de Castilla Rey de Castilla Reinado de1 junio de 1252 – 4 de abril de 1284 Coronación1 de junio de 1252
Alfonso X de Castilla, llamado el Sabio (Toledo, 23 de noviembre de 1221 – Sevilla, 4 de abril de 1284), fue rey de Castilla1 entre 1252 y 1284.
A la muerte de su padre, Fernando III El Santo, reanudó la ofensiva contra los musulmanes, ocupando Jerez (1253) y Cádiz (c. 1262). En 1264 tuvo que hacer frente a una importante revuelta de los mudéjares de Murcia y el valle del Guadalquivir. Como hijo de Beatriz de Suabia, aspiró al trono del Sacro Imperio Romano Germánico, proyecto al que dedicó más de la mitad de su reinado sin obtener éxito alguno. Los últimos años de su reinado fueron especialmente sombríos, debido al conflicto sucesorio provocado por la muerte prematura de Fernando de la Cerda, primogénito de Alfonso X, y la minoridad de sus hijos, lo que desembocó en la rebelión abierta del infante Sancho y gran parte de la nobleza y las ciudades del reino. Alfonso murió en Sevilla durante el transcurso de esta revuelta, no sin antes haber desheredado a su hijo Sancho.
Llevó a cabo una activa y beneficiosa política económica, reformando la moneda y la hacienda, concediendo numerosas ferias y reconociendo al Honrado Consejo de la Mesta.
También es reconocido por la obra literaria, científica, histórica y jurídica realizada por su escritorio real. Alfonso X patrocinó, supervisó y a menudo participó con su propia escritura y en colaboración con un conjunto de intelectuales latinos, hebreos e islámicos conocido como Escuela de Traductores de Toledo, en la composición de una ingente obra literaria que inicia en buena medida la prosa en castellano.
En 1935, se le reconoce como astrónomo nombrándole en su honor el cráter lunar «Alphonsus».2
[editar] Historia del reinado
[editar] Etapa como infante
Hijo primogénito de Fernando III el Santo y de Beatriz de Suabia (hija de Felipe, rey de Alemania, y nieta del emperador Federico I Barbarroja). Para encargarse de su crianza fueron designados como ayos García Fernández de Villamayor, fiel mayordomo de la reina Berenguela, y su segunda esposa Mayor Arias de Limia, con quienes se crio en Villaldemiro y en Celada del Camino3 y después educado en las propiedades que tenían sus cuidadores en Allariz (Orense), donde aprendería el galaicoportugues4 que utilizó en las Cantigas compuestas en su scriptorium y, al menos diez de ellas, seguramente debidas al mismo rey.5 Ya en la Corte de Toledo, recibió una esmerada educación en múltiples campos, a la vez que empezó a relacionarse con los herederos de las principales familias nobles de los reinos de Castilla y de León.
[editar] Campaña en Andalucía y Batalla de Jerez (1231)
En 1231, mientras Fernando III recorría las principales ciudades del reino de León después de haber tomado posesión de él, el soberano envió a su hijo el infante Alfonso, que contaba nueve años de edad y se hallaba en Salamanca, a devastar los reinos musulmanes de Córdoba y Sevilla, acompañado por el magnate Álvaro Pérez de Castro el Castellano y del magnate Gil Manrique. No obstante, varios historiadores han señalado que el infante Alfonso al que se refieren las cronicas de la época no fue el hijo de Fernando III el Santo, sino su hermano, el infante Alfonso de Molina, hijo del difunto Alfonso IX de León.6 No obstante, según la versión que sostiene, el infante Alfonso presente en la batalla era en realidad el hijo del rey Fernando III:
Vista del Alcázar de Jerez de la Frontera. La batalla de Jerez, librada en 1231, supuso la derrota de las tropas del rey musulmán de Sevilla.
Mandó a don Alvar de Castro, el Castellano, que fuese con él, para guardar el infante y por cabdillo de la hueste, ca el infante era muy moço e avn non era tan esfforçado, e don Alvar Pérez era omne deferido e muy esforçado.7
Desde Salamanca y pasando por Toledo, donde se les unieron cuarenta caballeros toledanos, se dirigieron hacia Andújar, y desde allí, se encaminaron a devastar la tierra de Córdoba, y posteriormente, al municipio cordobés de Palma del Río, donde exterminaron a todos los habitantes y tomaron la localidad, dirigiéndose a continuación hacia el reino de Sevilla y hacia Jerez de la Frontera, donde instalaron el campamento cristiano en las cercanías del río Guadalete.8 El emir Ibn Hud, que había reunido un numeroso ejército dividido en siete cuerpos, se interpuso con él entre el ejército cristiano y la ciudad de Jerez de la Frontera, obligando a las tropas de Alfonso a combatir. Durante la batalla que se libro a continuación, conocida como la batalla de Jerez, el ejército de Alfonso derrotó a las tropas musulmanas, a pesar de la superioridad numérica de éstos últimos. Alfonso X el Sabio se refirió posteriormente a la batalla de Jerez, librada en el año 1231, y en la que Álvaro Pérez de Castro el Castellano acaudilló las huestes cristianas, del siguiente modo:
Conviene que sepades los que esta estoria oyredes que la cosa del mundo que más quebrantó a los moros, por que el Andaluzía ovieron a perder e la ganaron los christianos dellos, fue esta cabalgada de Xerez, ca de guisa fincaron quebrantados los moros, que non pudieron después auer el atreuimiento nin el esfuerço que ante avíen contra los christianos, tamaño fue el espanto e el miedo que tomaron desa vez.8
Después de su victoria en la batalla de Jerez, Álvaro Pérez de Castro se dirigió al reino de Castilla y entregó al infante Alfonso a su padre el rey, que se hallaba en la ciudad de Palencia.
Cumplida la mayoría de edad a los diecinueve años, Alfonso utiliza oficialmente el título de heredero y comienza a ejercer actividades de gobierno en el reino de León. Poco después, afronta diversas operaciones militares:
En 1243, debido a la enfermedad que sufría su padre, el infante se hizo cargo de la campaña de conquista del reino de Murcia (1243–1245), con la ayuda de ciertos caudillos musulmanes del territorio. En el transcurso de estas operaciones firmó el Tratado de Almizra (26 de marzo de 1244) con Jaime I de Aragón, su futuro suegro, estableciendo las fronteras entre ambos reinos.
En 1246–1247 participó en la guerra civil portuguesa, apoyando a Sancho II de Portugal frente a su rival Alfonso de Bolonia.
En 1247–1248 colaboró en primera línea en la conquista de Sevilla. A causa de la quebrantada salud de su padre, Alfonso se ocupó del reparto entre los miembros de la hueste de los nuevos territorios adquiridos, así como de distintas labores de gobierno.
Dos años antes de la toma de la ciudad de Sevilla se habían celebrado los esponsales del infante Alfonso con la infanta Violante de Aragón, hija de Jaime I el Conquistador, rey de Aragón, aunque hasta el 29 de enero de 1249 no se celebro la boda en la ciudad de Valladolid.
El 30 de mayo de 1252 falleció Fernando III el Santo, y el 1 de junio fue proclamado rey el infante Alfonso, que reinaría como Alfonso X de Castilla y de León.
[editar] Política interior
Fue el del Rey Sabio un reinado reformador, que iniciaría el proceso que desembocaría en el Estado Moderno de época de los Reyes Católicos. Fundamentó, asimismo, la supremacía de Castilla entre los reinos peninsulares.
El Honrado Concejo de la Mesta de Pastores fue creado en 1273 por Alfonso X el Sabio, reuniendo a todos los pastores de León y de Castilla en una asociación nacional y otorgándoles importantes prerrogativas y privilegios tales como eximirles del servicio militar, de testificar en los juicios, derechos de paso y pastoreo, etc.
[editar] Reformas legislativas
Alfonso X pretendía renovar y unificar los diversos fueros que regían sus dominios. Para lograr ese objetivo, el primer paso fue la redacción del Fuero Real para las ciudades del país.
Estatua de Alfonso X el Sabio en la escalinata de entrada de la B.N.E., en Madrid (J. Alcoverro, 1892).
El Espéculo sería la primera redacción de un código legal unificado, en la línea del Fuero Real. Sería promulgado en 1255. Sin embargo, al año siguiente llegó una embajada de la ciudad italiana de Pisa ofreciendo a Alfonso su apoyo para optar al trono imperial. El rey castellano decidió entonces que su equipo de juristas elaborara un nuevo código legal ampliado, basado en el Espéculo y en el Derecho romano-canónico. Se trata de las Siete Partidas, redactadas entre 1256 y 1265, y de las que se ha llegado a decir9 que son, por su calidad y trascendencia interna y exterior, equiparables en el mundo del Derecho a lo que fue la obra de Santo Tomás de Aquino para la teología.
Las reformas legislativas del rey produjeron el rechazo de elementos ciudadanos y nobiliarios, cuyos privilegios se veían amenazados por la creciente intervención del Estado en las legislaciones privativas. Este rechazo fue una de las causas de la gran rebelión nobiliaria de 1272.
[editar] Actividad repobladora
Sin duda, la labor más importante en este ámbito emprendida por este monarca fue la repoblación del antiguo reino de Sevilla, que permitió consolidar las conquistas de Fernando III. Nada más rendirse la ciudad hispalense, se procedió al reparto de las casas de su casco urbano y de las tierras de alrededor entre los soldados de las huestes reales y nobiliarias, así como entre gentes procedentes de todos los rincones de la Corona de Castilla. Este modelo de repoblación, que vació de musulmanes aquellas localidades que habían sido tomadas por fuerza o que capitularon tras un sitio (caso de las principales ciudades del valle del Guadalquivir), convivió con el mantenimiento de la población autóctona en diferentes zonas. Muchas localidades serranas de Jaén y Córdoba, y otras de las campiñas y llanuras, se rindieron a los castellanos mediante capitulación, por la cual éstos se hacían cargo de sus fortalezas y del cobro de impuestos, mientras que los mudéjares conservaban cierta autonomía política y religiosa.
Este sistema no fue viable después de la revuelta mudéjar de 1264. La expulsión que se produjo de musulmanes en las tierras andaluzas y el agotamiento demográfico de los reinos de Castilla y de León tuvo como consecuencia una bajísima densidad de población en el Sur, que no pudo ser paliada por la labor repobladora de Alfonso X en la comarca del Guadalete y en la Bahía de Cádiz, ni por las iniciativas señoriales en la frontera con Granada. Finalmente, los repobladores se concentrarían en las grandes ciudades del valle del Guadalquivir.
También impulsó Alfonso X la llamada repoblación interior, con la fundación de villas y polas (pueblas) nuevas en regiones del Norte e interior peninsular. Con ello pretendía reforzar la jurisdicción realenga en zonas en las que tradicionalmente habían predominado los señoríos de distinto tipo. Así, podemos enumerar las siguientes:
Sello de Alfonso X. Aguilar de Campoo en Castilla (1255).
[editar] La revuelta mudéjar
A los pocos años de haber renovado la sumisión a Castilla, que ya habían ofrecido a Fernando III, los pequeños territorios tributarios de Niebla y Jerez de la Frontera vieron cómo Alfonso X les arrebataba por la fuerza de las armas la poca autonomía que les restaba. Esta circunstancia, así como otros incumplimientos de las capitulaciones acordadas en su día con los musulmanes andaluces y murcianos que se habían rendido sin resistencia durante las campañas de Fernando III, provocó una sublevación concertada entre la población mudéjar del Sur peninsular, apoyada por el rey de Granada (1264). La rebelión fue fácilmente aplastada en Andalucía en pocos meses, mientras que en Murcia, abandonada a su suerte, fue necesaria la intervención combinada de tropas castellanas y aragonesas, al mando del propio Jaime I de Aragón. Esta revuelta tuvo como consecuencia la expulsión o huida de muchos mudéjares andaluces, y el despoblamiento de vastas areas en la Campiña del Guadalquivir.
editar] La cuestión del Algarve
Durante todo su reinado, Alfonso X se tituló «Rey del Algarve». El origen de esta atribución es oscuro. Según algunos autores, como el Marqués de Mondéjar,10 el Algarve le habría sido donado por Sancho II de Portugal en pago por el apoyo que el castellano le había proporcionado en 1246 contra aquel que terminaría destronándolo, Alfonso III de Portugal. Para otros, como José Mattoso,11 la reivindicación del rey castellano sobre las tierras al sur de Lisboa reflejaban el deseo de ver reconocida su superioridad feudal sobre el monarca portugués. Sea como fuere, en 1252 Alfonso X y Alfonso III de Portugal firmaron una paz en la que, aparte de decidirse el matrimonio de este último con Beatriz, hija ilegítima del Rey Sabio, se estableció que la soberanía teórica sobre el Algarve correspondería al castellano, si bien de facto el territorio sería gobernado por el portugués. La frontera entre ambos reinos la marcaría el río Guadiana.
Artículo principal: Fecho del Imperio
Estatua de Alfonso X junto al Castillo de San Marcos de El Puerto de Santa María.
En 1256 Alfonso X recibía una embajada de la república de Pisa en Soria. Venía para ofrecerle su apoyo para ser candidato a «Emperador» y «Rey de romanos», cargo vacante desde la muerte de Guillermo de Holanda. Y es que Alfonso pertenecía, por ser hijo de Beatriz de Suabia, a la familia alemana de los Hohenstaufen, que alegaba ser la depositaria de los derechos al Imperio.
Alfonso X aceptó la oferta pisana y procedió, mediante el envío de diplomáticos, dinero e incluso tropas a las ciudades gibelinas de Italia, a recabar apoyo para su aspiración imperial. Sin embargo, encontró muchas dificultades en este empeño, pues a la existencia de un candidato alternativo, Ricardo de Cornualles (hermano de Enrique III de Inglaterra), se unía la enemistad del Papado, interesado en debilitar el Imperio. Por otra parte estaba el complejo sistema de elección del emperador, que correspondía a siete príncipes electores. Tres de ellos votaron por Ricardo, mientras que cuatro lo hicieron por Alfonso (1257). Sin embargo, el inglés viajó rápidamente a Aquisgrán, donde fue coronado junto a la tumba del primer emperador medieval de Europa Occidental, Carlomagno. El castellano, en cambio, permaneció en sus reinos, con lo que perdió su oportunidad de hacer valer su elección como Rey de Romanos. Nunca pisaría tierra germana.
En los años posteriores Alfonso desembolsó enormes cantidades de dinero para sufragar sus gestiones para ser coronado emperador por el papa, así como para apoyar militar y financieramente a sus partidarios en Italia y Alemania. Desgraciadamente para el monarca castellano, la Iglesia romana fue alargando el pleito hasta que Alfonso se vio obligado a renunciar en 1275, tras una entrevista en Beaucaire con el papa Gregorio X.
Detrás de este contencioso pudo estar la intención del Rey Sabio de verse reconocido como superior por los otros reyes peninsulares, recuperando la vieja supremacía teórica que había tenido su antepasado Alfonso VII el Emperador.
[editar] El fecho de Allende
En los comienzos de su gobierno, Alfonso X retomó un viejo proyecto de su padre, el de continuar la Reconquista allende el Estrecho de Gibraltar. Finalizó las grandes atarazanas de Sevilla para construir la flota necesaria para la invasión de África, nombró un almirante mayor de la mar, y consiguió de Roma la autorización para predicar la Cruzada en Castilla, lo que significaba poder recaudar dinero a cambio de beneficios espirituales. Se nombraron incluso cargos episcopales para las futuras diócesis magrebíes, y se iniciaron contactos diplomáticos con distintos reyes del Norte de África.
No obstante todos estos preparativos, no se emprendió la invasión a gran escala del Magreb. Todo se redujo a unas cuantas expediciones de rapiña y a la captura de alguna plaza costera aislada. La incursión más conocida fue la de Salé, puerto marroquí saqueado en el verano de 1260 por la flota del almirante Juan García de Villamayor (hijo del ayo de Alfonso X). Pero el objetivo principal de esta Cruzada, Ceuta, permaneció en manos islámicas.
[editar] Los difíciles últimos años
Alfonso X el Sabio.
Artículo principal: Sitio de Algeciras (1278)
En la última etapa de su vida, Alfonso X tuvo que afrontar diversos fracasos y desgracias, incluyendo la muerte de su heredero (1275), rebeliones de nobles y en el seno de su propia familia, fracaso del intento de conquista de Algeciras (1278), invasiones benimerines.
[editar] La rebelión nobiliaria de 1272
En 1272 la gran mayoría de los nobles, encabezados por el infante Felipe (hermano de Alfonso X) y Nuño González de Lara, plantearon una serie de reivindicaciones al monarca. Éstas podrían resumirse en: la petición de más ingresos percibidos de la Corona por los «ricoshombres»; la renuncia a la política autoritaria y centralizadora del soberano; y la derogación de las leyes que éste había impuesto para llevarla a cabo. Al hacer Alfonso oídos sordos a estas protestas, los aristócratas se «desnaturaron» y se exiliaron en Granada junto a sus ejércitos feudales, provocando graves daños a su paso. Entre 1272 y 1273 el infante heredero, Fernando de la Cerda, negoció la reconciliación con los rebeldes en un difícil contexto de guerra contra nazaríes y benimerines. Finalmente, el príncipe logró la paz con ellos y con Granada.
[editar] La problemática sucesión
El primogénito y heredero al trono, Fernando de la Cerda, murió en 1275 en Villa Real, cuando se dirigía a hacer frente a una nueva invasión norteafricana en Andalucía. De acuerdo con el derecho consuetudinario castellano, en caso de muerte del primogénito en la sucesión a la Corona, los derechos debían recaer en el segundogénito, Sancho; sin embargo, el derecho romano privado introducido en Las Siete Partidas establecía que la sucesión correspondía a los hijos de Fernando de la Cerda.
El rey se inclinó en principio por satisfacer las aspiraciones de Sancho, que se había distinguido en la guerra contra los invasores islámicos en sustitución de su difunto hermano. Pero luego el rey, presionado por su esposa Violante y por Felipe III de Francia, tío de los llamados «infantes de la Cerda» (hijos de Fernando), se vio obligado a compensar a éstos. Sancho, conocido por la historiografía como el Bravo por su fuerte carácter, se enfrentó a su padre cuando éste pretendió crear un reino en Jaén para el mayor de los hijos del antiguo heredero, Alfonso de la Cerda.
Finalmente, Sancho y buena parte de la nobleza del reino se rebelaron, llegando a desposeer a Alfonso X de sus poderes, aunque no del título de rey (1282). Sólo Sevilla, Murcia y Badajoz permanecieron fieles al viejo monarca. Alfonso maldijo a su hijo, a quien desheredó en su testamento, y ayudado por sus antiguos enemigos los benimerines empezó a recuperar su posición. Cuando cada vez más nobles y ciudades rebeldes iban abandonando la facción de Sancho, murió el Rey Sabio en Sevilla, el 4 de abril de 1284.
[editar] Matrimonio y descendencia
Antes de casar con Violante de Aragón, había sido tratado su matrimonio en dos ocasiones, siendo un adolescente. La primera fue en 1234 con la infanta Blanca de Champaña, hija del rey de Navarra. Posteriormente, con Felipa de Ponthieu, hermana de su madrasta la reina Juana, para cuyo enlace el Papa emitió dispensa el 31 de agosto de 1237. Ambos compromisos quedaron sin efecto y en 1240 ya había sido acordado su matrimonio con Violante, según consta en el testamento del 1 de enero de 1241 de Jaime I el Conquistador, rey de Aragón donde cita a su hija Ioles, coniugi Alfonsi, primogeniti illustris regis Castellae.
Tuvo varios hijos naturales antes de contraer matrimonio, siendo estos y sus respectivas madres, los siguientes:12
Con María Alfonso de León, su tía, hija ilegítima del rey Alfonso IX de León y Teresa Gil de Soberosa, tuvo a:
Berenguela Alfonso (c. 1241–Å?). Contrajo matrimonio, después de 1264, con Pedro Núñez de Guzmán, pero murió joven y sin descendencia.
Con Elvira Rodríguez de Villada, hija de Rodrigo Fernández de Villada, tuvo a:
Alfonso Fernández el Niño (1242–1281), señor de Molina y Mesa por su matrimonio con Blanca Alfonso de Molina, bisnieta de Alfonso IX de León.
Con Mayor Guillén de Guzmán, hija de Guillén Pérez de Guzmán y de María González Girón, fue padre de:
Beatriz (1244–1303), Señora de Alcocer, Salmerón y Vadesliras. El 31 de diciembre de 1244, Alfonso X el Sabio, con el beneplácito de su padre, hacía donación de la villa de Elche a su hija Beatriz y a todos los hijos que tuviese con Mayor Guillén de Guzmán13 lo cual demuestra una relación estable y admitida. Antes de noviembre de 1282, ya viuda, socorrió a su padre contra su medio hermano, el infante Sancho, con su persona y dinero. El 4 de marzo de 1283, figura en el Archivo Real Torre do Tombo, una donación del rey a su hija Beatriz de las villas de Moura, Serpa, Noudar, y Morón con sus castillos, y, en el mismo día, le dona el reino de Niebla. Contrajo matrimonio en 1253, con Alfonso III de Portugal y fue madre de Dionisio I de Portugal, además de la infanta Blanca, abadesa después en el Monasterio de Santa María la Real de Las Huelgas, y el infante Alfonso, señor de Portalegre. Se encuentra sepultada en el Monasterio de Alcobaca.
De su matrimonio con la reina Violante de Aragón, hija de Jaime I el Conquistador, rey de Aragón nacieron varios hijos:
Berenguela (1253–1300). Fue proclamada heredera del reino en 1254, pero el nacimiento de su hermano Fernando la postergó. Estuvo prometida a Luis de Francia, hijo y heredero de Luis IX, pero no se llegaron a casar por la muerte prematura del novio en 1260. Fue la única de los hijos legítimos del rey que permaneció junto a él durante la rebelión del infante Sancho.
Beatriz (1254–1280). Se casó con el marqués Guillermo VII de Montferrato (vicario de Alfonso X en el Imperio) en 1271, en Murcia.
Fernando de la Cerda (1255–1275). Heredero del trono castellano, se casó en 1269 con Blanca de Francia, hija de Luis IX de Francia, con quien tuvo dos hijos. Su muerte prematura permitió que su hermano Sancho se convirtiera en rey.
Leonor (1256–1275).
Sancho IV el Bravo (1258–1295), rey de Castilla a la muerte de Alfonso X.
Constanza (1259–1280), monja en el Monasterio de Santa María la Real de Las Huelgas y sepultada allí.
Pedro (1260–1283). Casado con Margarita de Narbona.
Juan (126214 –1319).
Isabel de Castilla y Aragón (1263–1264). Murió en la infancia.
Violante (1265–Å?). Contrajo matrimonio con Diego López V de Haro, señor de Vizcaya.
Jaime (1267–1284). Señor de los Cameros.
Estando ya casado tuvo los siguientes hijos de madre desconocida, ambos menores de edad cuando su padre otorgó testamento en enero de 1284:
Martín Alfonso, abad en Valladolid. Mencionado como hermano de Urraca Alfonso en el codicilo del testamento del rey.
Urraca Alfonso, citada también en el codicilo del testamento de Alfonso X, que le encomendó a su hija natural Beatriz la misión de casarla honradamente. Contrajo matrimonio con Pedro Núñez de Guzmán.
Portada de Las Siete Partidas. Edición impresa de 1555, comentada por Gregorio López.
La educación de Alfonso fue esmerada; el monarca tenía una gran sed de saber y un gran respeto a la cultura porque su madre, Beatriz de Suabia, era de hecho una erudita. Desde su juventud, antes de 1252, fecha en que fue coronado rey, el príncipe Alfonso, además de escribir cantigas de escarnio en galaico-portugués y, muy probablemente, algunos himnos de loor a la Virgen, auspició un libro de cuentos ejemplares (o exempla) en castellano: el Calila y Dimna.
De su extensa obra destacan: el Fuero Real de Castilla, el Espéculo y las Siete Partidas, entre las jurídicas; las Tablas alfonsíes, entre las astronómicas; y entre las de carácter histórico, la Estoria de España y la Grande e General Estoria o General Estoria, obra de historia universal. Las Cantigas de Santa María es un conjunto de canciones líricas, escritas en galaico-portugués y acompañadas de notación musical y unas vistosísimas ilustraciones que se hallan entre lo mejor de la pintura de su tiempo. El Lapidario versa sobre las propiedades minerales, y el Libro de los juegos sobre temas lúdicos (ajedrez, dados y tablas), deportes de la nobleza en aquel tiempo. La intervención del rey fue a veces directa y a veces indirecta, pero indudablemente fue el arquitecto de estas obras:
El rey faze un libro non por quel él escriva con sus manos mas porque compone las razones d'él e las emienda et yegua e endereça e muestra la manera de cómo se deven fazer, e desí escrívelas qui él manda. Peró dezimos por esta razón que el rey faze el libro (Alfonso X el Sabio, General estoria I, f. 216r).
Es decir, concebía el plan de la obra, ponía los medios para realizarla y daba las instrucciones precisas sobre su estructura y contenido, e incluso descendía a detalles como precisar los dibujos e ilustraciones que debían ornar el texto. Esta preocupación por la obra bien hecha se manifiesta también en el prólogo del tratado inaugural de los Libros del saber de astrología, que es el Libro de las figuras de las estrellas fixas que son en el ochavo cielo, versión revisada acometida en 1276 de una primera traducción realizada en 1256. Allí se dice que el rey ordenó la traducción del texto a Yehudá ben Mošé y a Guillén Arremón de Aspa en 1256,
E después lo endereçó e lo mandó componer este rey sobredicho, e tolló las razones que entendió que eran sobejanas e dobladas e que non eran en castellano derecho, e puso las otras que entendió que cumplían, e quanto al lenguaje endereçolo él por sí. E en los otros saberes ovo por ayuntadores a maestre Joan de Mesina e a maestre Joan de Cremona e a Yhudá el sobredicho e a Samuel. E esto fue en el año XXV de su reinado.
Alfonso convocó para esta labor a un conjunto de sabios en lenguas hebrea, árabe y latina, con quienes formó su scriptorium real, conocido imprecisamente como Escuela de Traductores de Toledo. Contó con la colaboración de cristianos, judíos y musulmanes, que desarrollaron una importante labor científica al rescatar textos de la Antigüedad y al traducir textos árabes y hebreos al latín y al castellano. Estos trabajos habilitarán definitivamente el castellano como lengua culta, tanto en el ámbito científico como en el literario. Desde su reinado, además, se utilizará como lengua de la cancillería real frente al latín, que era la lengua de uso regular en la diplomacia regia de Castilla y de León.
También creó en Sevilla unos Studii o Escuelas generales de latín y de arábigo. Igualmente, fundó en 1269 la Escuela de Murcia, dirigida por el matemático Al-Ricotí.
Elevó al rango de Universidad los Estudios Generales de Salamanca (1254) y Palencia (1263), siendo Salamanca la primera en ostentar ese título en Europa.
Décès : 4 avril 1284
Titre : Roi de Castille et de Léon (1252-1284) Roi des Romains
Document
Famille de CASTILLA Y LEON - de ARAGON
Mariage : 1246
m (Papal dispensation 23 Jan 1240, betrothed 26 Nov 1246, Valladolid 26 Nov 1248) Infante don ALFONSO de Castilla, son of don FERNANDO III "el Santo" King of Castile & his first wife Elisabeth von Hohenstaufen (Toledo 23 Nov 1221-Seville 4 Apr 1284, bur Seville, Cathedral Santa María). He succeeded his father in 1252 as don ALFONSO X “el Sabio” King of Castile and León.
Document
      |-----de ARAGON, Pierre (5693767832-A2.1.1.B1.C2.2.C1.1.1) 
|-----de ARAGON, Jacques (88965122-5.A1.C1)
|-----DE MONTPELLIER, Marie (88965122-5.A1)
de ARAGON, Yolanda (Violante) (88965122-5.A1.C1.B1)
|-----de HONGRIA, Iolanda
Naissance : 1236
from Medlands
2. Infanta doña VIOLANTE de Aragón ([1236]-Roncevalles 1301, bur Seville). The Crónica de San Juan de la Peña names "la primera…Violant…la otra Costancia…et Isabel…la quarta…Maria" as the four daughters of King Jaime and his second wife, stating that Violante married "Don Alfonso filio primogenitor del Rey de Castiella"[314]. Pope Innocent IV issued a dispensation for the marriage of “Alfonsus...regis Castellæ...primogenitus” and “Iole” dated 23 Jan 1240[315]. The betrothal contract of “dominus Infans Alfonsus...regis Castellæ...primogenitus” and “domina Violante filia domini Jacobi...regis Aragonum” is dated 26 Nov 1246[316]. Under the testament of "Jacobus…Rex Aragoniæ, Majoricarum et Valenciæ, Comes Barchinonæ et Urgelli, et Dominus Montispessulani", dated 26 Aug 1272, the king made bequests to "…filiam nostram Domnam Yolant…"[317]. After her eldest son died, she fled with his infant children to Aragon. She died returning from a pilgrimage to Rome. The Nobiliario of Pedro Conde de Barcelos records that "la Reina D. Violante" was buried "en Sevilla" with her husband[318].
from wikipedia UK
Violant or Violante of Aragon, also known as Yolanda of Aragon (8 June 1236 – 1301), was Queen consort of Castile and León from 1252 to 1284 as the wife of King Alfonso X.[1][2]
Life
Violant was born in Zaragoza, the daughter of King James I of Aragon (1213–1276) and his second wife the queen Yolande of Hungary (ca.1215-1253). Her maternal grandparents were Andrew II of Hungary and Violant of Courtenay.
On December 26, 1246 she married at Collegiate Valladolid to King Alfonso X of Castile. At the same time, Alfonso also had a romantic relationship with Sofia Mayor Guillén de Guzmán, who bore to him illegitimate daughter Beatrice.
Due to Violant's young age, she was unable to get pregnant for several years. Alfonso came to believed that his wife was barren and came to even consider the possibility of asking the pope for an annulment of the marriage.
Legend has it that the Queen could not get pregnant and the doctor told her to rest. Alicante was recaptured by the Crown of Castile and the King and Queen rested in a farm located in the fields near the city, and there she became pregnant; the King decided to call the place "Pla del Bon Repos" ("Plain of good sleep"), a name that has been left to posterity and today is a suburb of Alicante.
In 1275, Violant's son and heir to Castile, Ferdinand de la Cerda died heir to the Castilian-Leonese throne and Alfonso at first ignored the rights of Ferdinand's children two sons and instead made their second son, Prince Sancho heir; he would later succeed as Sancho IV of Castile.
In response, the widow of Ferdinand, Blanche of France, enlisted the help of her brother, Philip III of France. At the same time, queen Violant sought support for her grandchildren from her brother, King Peter III of Aragon, who agreed to protect and guard them in the kingdom of Aragon, accommodating her grandchildren in the Castle of Xativa. During the reign of her son Sancho IV, and the latter's son, Ferdinand IV of Castile, Queen Violant lived almost permanently in Aragon and she supported the rights to the throne of Castile and Leon of her grandson, Alfonso de la Cerda.
In 1276, Violant founded the Convent of San Pablo in Valladolid. This was erected in honor of the Hungarian Order of St. Paul. Violant's mother brought some Hungarian influence on the Spanish culture, and also introduced the Order of St. Paul.
Queen Violant of Aragon died at Roncesvalles, in the kingdom of Navarre in 1301, on her return from Rome, where she had won the Jubilee in 1300.
[edit] Children
Alfonso and Violant had the following children:
Ferdinand, died in infancy, and buried in Las Huelgas in Burgos.
Berengaria of Castile (1253-after 1284). She was betrothed to Louis, the son and heir of King Louis IX of France, but her fiance died prematurely in 1260. She entered the convent in Las Huelgas, where she was living in 1284.
Beatrice of Castile (1254–1280). She married William VII, Marquess of Montferrat.
Ferdinand de la Cerda, Infante of Castile (October 23, 1255-July 25, 1275). He married Blanche, the daughter of King Louis IX of France, by whom he had two children. Because he predeceased his father, his younger brother Sancho inherited the throne.
Eleanor of Castile (1257–1275)
Sancho IV of Castile (13 May 1258-1295)
Constance of Castile (1258- 22 August 1280), a nun at Las Huelgas.
Peter of Castile (June 1260-10 October 1283)
Juan of Castile, Lord of Valencia (March or April, 1262- 25 June 1319).
Isabella of Castile, died young.
Violante of Castile (1265–1296). She married Diego López V de Haro, Lord of Biscay
James of Castile (August 1266- 9 August 1284), Lord of Cameros
Document
Les 10 enfants du couple de CASTILLA Y LEON - de ARAGON 
de CASTILLA Y LEON, Berenguela (88965122-5.A1.C1.B1.1) Naissance : 1253
de CASTILLA Y LEON, Béatrice (88965122-5.A1.C1.B1.2) Naissance : 1254
de CASTILLA Y LEON, Fernando (88965122-5.A1.C1.B1.3) Naissance : 1255
de CASTILLA Y LEON, Sancho IV dit le Brave, el Bravo (88965122-5.A1.C1.B1.4)
× de MOLINA, Maria Alfonso dite la Grande
° 12 mai 1258 - † 25 avril 1295
de CASTILLA Y LEON, Constanza (88965122-5.A1.C1.B1.5) Naissance : 1259
5. Infanta doña CONSTANZA de Castilla y León ([Feb/Oct] 1259-Las Huelgas 23 Jul 1280). A nun at Las Huelgas.
Titre : Infanta
de CASTILLA Y LEON, Juan (88965122-5.A1.C1.B1.6) Naissance : 1260
de CASTILLA Y LEON, Isabel (88965122-5.A1.C1.B1.7) Naissance : 1263
de CASTILLA Y LEON, Violante (88965122-5.A1.C1.B1.8) Naissance : 1265
de CASTILLA Y LEON, Jaime (88965122-5.A1.C1.B1.9) Naissance : 1266
de CASTILLA Y LEON, Leonor (88965122-5.A1.C1.B1.10) Naissance : 1274

Retour à la page principale

      |-----BARRAL, Bertrand (Sosa 43092) 
|-----BARRAL, Egidi Gely (Gilles) (Sosa 21546)
BARRAL, Raymond (21546-1)
|-----???, Alayssete (Sosa 21547) 
Naissance : avant 1479 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(raccordement non prouvé basé sur l'acte d'accord du 7/1/1528)
Décès : entre 9 octobre 1499 et 13 décembre 1499 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Famille BARRAL - ARBOSSE
Contrat de mariage : 9 octobre 1499 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
AD34 II E 63/22 f° 204 - Image 63-22_292.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - - traduit du latin par JJ MASSOL - titre seul
      |-----ARBOSSE, Jean (Sosa 86788) 
|-----ARBOSSE, March (Marcelin) (Sosa 43394)
|-----???, Jeanne (Sosa 86789)
ARBOSSE, Alaysette (43394-6)
      |-----TIBAUD, Guillem (Sosa 86790) 
|-----TIBAUD, Jacqueta (Jacoba) (Sosa 43395)
|-----N, Buxeria ??? (Sosa 86791)
Baptême : avant 1474 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 24 septembre 1533 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Testament : 12 mai 1527 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) ARBOSSE, Matheo (Mathieu), son frère
L'an de l'incarnation du seigneur 1527 et le 12/5, prince François [1er], sachent que Alayssete, veuve de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, pour elle, de bonne foi, et avec ceci ; a donné, cédé et remis au sage homme Maître ; March ARBOSSE, son frère, dudit lieu ici présent ; c'est toutes ses robes, des ceintures d'anneaux ou d'argent, vaisselle d'étain, mar guarguas reras et noires et autres accoutrements que à elle fut pris de la maison dudit BARRAL.
Elle a fait ceci par amour de dieu et en faveur de services à elle faits ou que fera au futur, et par ce que il lui a plu. Ainsi l'a fait ... ; desquels ; divesti ; investi ; a promis ; donnant ; pour lesquels ; de quoi ;
Les actes furent faits dans la maison de Pierre SAURELLE, en présence et témoignage des sages hommes Guilhem GUAY, Jacques DELEUZE, habitants dudit lieu. Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/59 f° 48 - Image 63-59_095.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Testament : 17 juin 1533 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) ARBOSSE, Matheo (Mathieu), son frère
L'an de l'incarnation du seigneur 1533 et le 17/6, prince François [1er], sachent que Alayssete BARRALE, veuve de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, de gré, non induit, pour lui, avec ceci, a donné, donne , cède par donation dit entre vifs à l'honnête homme March ARBOSSE, prêtre, son frère, dudit lieu ici présent, c'est tous et chacuns les biens meubles et immeubles, présents et futurs, choses, droits et actions où que soient et existent, avec pacte que ladite Alayssete donatrice se retient seigneuresse usufruitière de tous les biens tant que vivra en ce monde.
Et a fait cela par amour de dieu et sera tenu ... pour son âme et pour les services à elle faits. Et parce que cela lui a plu et lui plait ...
Les actes furent faits dans le lieu de Saint-Jehan-de-Fos et maison de Jehan ARBOSSE, en présence de ... Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/63 f° 24 - Image 63-63_036.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Quittance : 9 octobre 1499
AD34 II E 63/22 f° 204 - Image 63-22_292.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Quittance émise: 9 octobre 1499 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) BARRAL, Raymond, son mari
L'an de l'incarnation du seigneur 1499 et le 9/10, illustrissime et sérénissime prince et seigneur, notre maître Louis, par la grâce de dieu roi de France régnant, sachent tous et chacuns présents et pareillement à venir, que s'est presenté et constitué en personne la honnête dame Alayssete, épouse de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, laquelle Alayssete ... de licence ... de sondit mari ici présent ... sachant et attendant comme a dit que le sage homme Marcelin ARBOSSE, habitant du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, son père, avait constitué beaucoup de bien et profit avec effort en dot, comme a dit de la dite dot,
non séduit, suborné ni autrement ... mais de sa simple, pure, libre et spontanée volonté, de bonne foi, et sans aucun dol et fraude quelconque, pour elle et ses hoirs futurs successeurs au temps à venir, quels qu'ils soient, avec ce vrai, présent et public instrument maintenant et à perpétuité fermement valable, et en aucune façon révocable, tous les biens paternels ...
avec pacte de ne rien de plus demander à l'occasion de promesses, sauf et retenu la dot à elle constituée par ledit MarcelinARBOSSE, père de ladite Alayssete, ou non le droit de substitution de succession et legs, et lesdits biens de l'heritier ou les héritiers dudit Marcelin ARBOSSE, absent, me notaire royal ci-dessous nommé etc...
a donné et donne, cède ... à la susdite Alayssete l'hérédité faite auparavant ...
... beaucoup de verbiage ...
Les acte furents faits comme susdit en dehors de la ville de Saint-Jehan-de-Fos et maison de moi notaire, en présence et témoignage des sages hommes Jacques BRÈS plus vieux, Pierre SOLIER, alias le cotailt, Pierre JULIAN, Jacques PINOLIS du lieu susdit de Saint-Jehan-de-Fos habitants, témoins ... Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire public royal du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève ...
AD34 II E 63/22 f° 204 - Image 63-118_292.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Transaction: 10 avril 1506 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Cf : acte.
Accord: 6 janvier 1528 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) DELPY, Pierre (Dupin)
(Présent) BARRALE, Alix (Hélix), femme de Pierre DELPY
(Présent) DELPY, Marguerite, fille de Jehan DUPIN
L'an de l'incarnation 1527 et le 6/1, mossr François, sachent tous.. que question par et entre
l'honnête femme Aleyssete, veuve de Raymond BARRAL du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, d'une part,
ET Pierre DUPIN, Alix, sa femme, et Marguerite, fille de Jehan DUPIN dudit lieu d'autre part.
Et pour ce ladite Alayssete disait qu'elle fut fertata desquels ses dits biens catibus et certaine monnaie d'argent et autres biens ...
ledit homme DE PIN et Alix et Marguerite disaient le contraire et alléguaient, disaient que pour ladite Alayssete avait accepté et apporté lesdits biens de la maison de Raymond BARRAL ...
... je n'arrive pas à lire ...
AD34 II E 63/56 f°
Instrument d'accord: 7 janvier 1528 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) DELPY, Pierre (Dupin), mari d'Elixde
(Présent) DELPY, Marguerite, fille de Jehan DELPY
(Présent) BARRALE, Alix (Hélix), femme de Pierre DUPIN
INSTRUMENT d'ACCORD Pierre DE PYME et Alayssete veuve de BARRAL du lieu de Saint-Jehan-de-Fos
L'an de l'incarnation du seigneur 1527 et le 7/1, François régnant, sachent tous ... que les questions par et entre
l'honnête femme Aleyssete veuve de Raymond BARRAL du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, d'une part,
ET Pierre DUPIN (DE PYME), Elidim (Elixide, Alis), sa femme, et Marguerite, fille de Jehan DE PYME dudit lieu, d'autre part.
Par ce que ladite Alayssete disait qu'elle fut volée de ses biens, joyaux et de certaine somme d'argent , et d'autres biens.
Et toujours elle disait qu'elle avait obtenu décret de droit des maîtres officiels de la cour du lieu, et pebo... avait été fait dans le palo (poteau ?) de l'église de Saint-Jehan-de-Fos et avoir du succès dans l'éxecution dudit jusqu'à la malede... (?).
Ladite femme DE PYME et Elixide et Marguerite disaient et alléguaient le contraire et disaient que la susdite Alayssete avait reçu et avait apporté lesdits biens de la maison de feu BARRAL et jutant in (?) ... fut procès en cour seigneuriale officielle du lieu entre lesdites parties.
A la fin, lesdites parties avec ceci ont transigé ... comme suit :
Et par ce que pour tout en tout, lesdits DE PYME, Elixde et Marguerite pourraient détenir, ladite Alayssete à cause de ladite citation, ladite Alayssete a quitté ; et vice versa, ladite Aleyssete quittera tous les biens qu'elle pourrait detenir.
...
ITEM, est pacte que chaque partie paiera ses dépenses ...
... une partie envers l'autre a obligé et hypothéqué tous ses biens meubles et immeubles, présents et advenir, les soumettant aux forces et rigueurs du grand de Carcassonne et Béziers, petit de Montpellier, cour temporelle de Saint-Jehan-de-Fos et spéciale de Saint-Guilhem-del-Désert et à chacune d'elles.
Les actes furent faits dans la maison de Jehan DE PYM, en présence et témoignage des sages hommes Jacques ANDRÉ plus jeune, Jacques ANDRÉ plus vieux, dudit lieu. Et moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/56 f° 54 - image N° 63-56 108.jpg - traduit du latin par JJ Massol - Photos de Françoise EMONDS-ALT - acte de VITALIS dans LA FABRIE
Echange: 16 mai 1531 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an 1531 et le 16/5 la honnête femme Catherine , veuve à Estienne DE TREILHE du lieu de Saint-Jehan-de-Fos d'une part,
ET Alayssete, veuve de Raymond BARRAL dudit lieu, d'autre part,
ladite Catherine de bonne foi avec cet instrument ... a apporté à ladite Alayssete, sa soeur veuve dudit BARRAL, ici présente,
une vigne située au tènement dessous le plantié, confront ...
Et, vice-versa, ladite Alayssete, pour elle, de bonne foi, avec cela, a apporté à ladite Catherine, sa soeur, ici présente, un cazal situé dans les faux bourgs dudit lieu, confront ...
Les actes furent faits dans la maison de Estienne DE TRELHE, en présence et témoignage des sages hommes Guilhem GALIÉ, François GAY, Raymond DURAND dudit lieu habitants. Et moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/61 f° 27 - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Les patronymes des soeurs en sont ps mentionnés mais les confronts des pièces sont majoritairement des ARBOSSE
Vente d'un jardin: 5 mars 1532 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) CARAVIELHE, Pierre
L'an de l'incarnation 1531 et le 5/3, messire François, sachent que
Alayssete ARBOSSE, veuve de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos ... a vendu à Pierre CARAVIELHE, dudit lieu, ici présent, une pièce de terre complantée d'oliviers, située au tènement de La Coste, confronte ... au prix de 30 sols tournois ... eus et reçus en 5 grosses et monnaie ...
De quoi l'acte fut fait dans la maison de moi notaire, en présence et témoignage des sages hommes Jacqus OLIER, Jacques VITALIS dlh Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/61 f° 129 v° - vue 63-61 134.jpg - photos de Jean-Paul ANDRÉ - traduit du latin par JJ MASSOL
Donatio causa morte: vers 10 décembre 1532 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(ITEM) ARBOSSE, Anthonia, à sa soeur, femme de Guilhem BRÈS
(ITEM) ARBOSSE, Matheo (Mathieu), à Marc ARBOSSE son frère, prêtre
(Est témoin) ???, Margarida, à Margarida uxor de Jehan Arbosse
DONATION A CAUSE DE MORT d'Alayssete BARRALE
L'année de l'incarnation du seigneur 1532 et vers le 10/12, mossr François, en personne honnête fille Alayssette, filhe légitime et naturelle de March Arbosse, veuve de Raymond Barral du lieu de Saint-Jehan-de-Fos ...
... legs pieux ...
ITEM, a donné de ses autres biens restants à Catherine veuve de Estève DE TRELHE, sa soeur, un jardin situé à la fontaine delacane (?) confront avec Pierre CARAVIELHE, avec les héritiers d'André ARBOSSE, et avec autres confronts.
ITEM, de même ladite donatrice ... à Boscmals confront avec dite Catherine, avec Pierre CARAVIELHE ...
ITEM pour ladite Anthonia, sa soeur, femme de Guilhem BRÈS 15 sols.
ITEM, a donné à ses neveux et nièces et autres parents 15 sols ...
ITEM, ladite donatrice a donné à Marguerite, femme de Jehan ARBOSSE, son frère, un jardin ... confont avec Jamme CLERGUE, avec Jehan ARBOSSE ...
ITEM, a donné ladite donatrice de ses autres biens tant meubles que immeubles et de sa propre bouche a nommé maitre Marc ARBOSSE, son frère, prêtre dudit lieu ...
Fait audit lieu de Saint-Jehan-de-Fos et chambre de Catherine, veuve dudit Stéphane DE TRELHIA (DELATREILHE), en présence de Me Jehan DEVALLE prêtre, Raymond D... , Pierre CARAVIELHE, Jamme BOUGET, Guilhem GALIBERT, Jehan de BAMPER (?), dudit lieu habitants. Et de moi Bertrand de BURMIIS.
AD34 II E 63/66 f° 16 v° - image N° 63-66_017.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Vente d'une pièce de terre avec oliviers: 23 mars 1533 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) ARBOSSE, Catherine, sa soeur
L'an de l'incarnation du seigneur 1532 et le 23/3, prince François [1er], sachent que Alayssete, veuve de Raymond BARRAL, de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, non aliéné, pour elle, avec cet instrument, a vendu à Catherine, veuve de Estienne DELATREILHE, sa soeur, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, ici présente, c'est une partie d'une pièce de terre avec oliviers et rivière ... entre ladite Alayssete, Pierre CARAVIELHE et Jehan ARBOSSE dudit lieu située dans la juridiction dudit lieu et tènement du mas del Pojet, confront avec la rivière ...
au prix de 25 sols tournois de monnaie courante réellement payés devant moi notaire ...
De quoi les actes furent faits dans ledit lieu et maison de moi notaire, en présence et témoignage de Guilhem SABATIER, Jehan ... dudit lieu habitans. Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/62 f° 106 v° - image N° 63-62 212.JPG - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Vente d'un jardin: 15 juin 1533 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1533 et le 15/6, messire François, sachent que Alayssette, veuve de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, pour elle, de gré, avec cet instrument, a vendu à l'honnête dame Catherine , sa soeur, veuve de Estienne DE TRELHE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, ici présent, un petit ...? jardin situé en la juridiction de Saint-Jehan-de-Fos et tènement de la fontaine des jardins, confront ...
pour le prix de 20 sols tournois, lesquels a confessé avoir eus et réellement reçus en monnaie ...
A promis. Pour ce faire, elle a obligé et hypothéqué tous ses biens meubles et immeubles, présents et futurs, lesquels a soumis aux forces et rigueurs du petit sel de Montpellier, au grand de Carcassonne, Béziers, à la cour ordinaire dudit lieu, et à une.
De quoi les actes furent faits au lieu de Saint-Jehan-de-Fos et maison de moi notaire, en présence et témoignage des sages hommes Guilhem DOMERGUE prêtre, Mathieu GUIRAUD dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos habitants. Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/63 f° 20 v° - vue 63-63 033.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Instrument de rénonciation: 24 septembre 1533 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Languedoc-Roussillon,FRANCE
INSTRUMENT DE RENONCIATION d'Alaysssete, veuve Raymond BARRAL de Saint-Jehan-de-Fos
L'an de l'incarnation du seigneur 1533 et le 24/9, prince François ; sachent ; présente et personnellement constituée près du lieu de Saint-Guilhem-de-Désert, et devant l'escalier du monastère dudit lieu, c'est Alayssete, veuve de Raymond BARRAL, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, laquelle Alayssete, sachant et entendant à Me March ARBOSSE, son frère, ou aux siens avoir achevé le procès en cas d'appel de la vénérable cour royale de Gignac en faveur de ladite Alayssete.
C'est pourquoi, ladite Alayssete songeant à des choses de son âme (?) ...? a renoncé au susdit appel n'entendant pas se parjurer ni poursuivre celui-ci, mais veut déclarer et o... sa conscience et veut que soit payé par les officiers du Me abbé de Saint-Guilhem pour rester ?
Et de promesse en retenir instrument par moi notaire ci-dessous. Les actes furent faits ici dessus en présence et témoignage des sages hommes Michel ANDRÉ, George GAYRAUD, Astruc GAYRAUD, Estienne ROGER, Ponce MOLIS dudit lieu habitans. Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/63 f° 38 - Image 63-63_052.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL

Retour à la page principale

CARAVIELHE, Jean Baptême : avant 1525 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Il y a un testament du 17/6/1547 (titre seul) AD34 II E 63/77 f° 48 - image N° 63-77_064.jpg -Me Jehan VITALIS
Décès : après 1545 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
il pourrait être décédé après 1552 si c'est lui qui donne un legs au mariage de Frances ARBOSSE et Mingete GRANIÈRE
Profession : DOUBLON ?
Achat des fruits d'un maison: 25 avril 1543 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(raccordement non prouvé)
L'an 1543 ["à l'incarnation comptant" omis mais présent à l'acte précédent du 25/4/1543] et le 25, très excellent prince mossr François, par la grace de Dieu, roi de France reignant, sachent toutz que Berthomieu JORDAN du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, lequel, de son bon gré, en la teneur du présent instrument, a vendu à Jehan CARAVIELHE dudit lieu, présent, c'est à savoir les fruits d'une maison ... située en les faux bourgs dudit lieu, confronte avec la rue, avec les héritiers de Guilhem DE LA TRELHE, avec Peyre COMBACAL, avec Darde CAPMAL ...
pour l'espace de temps de 6 ans ... à commencer à la fête de St Jean Baptiste ... et finissant semblable jour ... pour le prix de 3 Livres tournois ... réalement reçues en un écu du soleil et petite monnaie ...
Jehan CARAVIELHE sera tenu de payer toutes tailles ...
Fait en ledit lieu et maison desdits héritiers de Estève DELAVAL en présence de Jamme VIDAL, Peyre COMBACAL, Guilhem GUAY dudit lieu habitans, et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/73 f° 25 - image N° 028.jpg
Transaction: 23 août 1550
L'an 1550 et le 23/8, mossur Henri, sachant tous que comme débat et question fusse mû, ou au temps à venir se espére admoyre plus grande, par et entre Jehan GRANIÉ du lieu de Montpeyroux, Anthonia femme de Jehan CARAVIELHE et Miracle femme de Jehan JOLIÉ de Saint-Jehan-de-Fos, comme fils et filles légitimes et naturels de Guilhaumete, leur mère, veuve de Jamme BRÈS dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos demandeurs, d'une part,
ET Claude BRÈS, comme héritiers dudit Jamme BRÈS dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, défendeurs, d'autre part.
Par ce que lesdits Jehan GRANIÉ, Anthonia et Miracle demandaient toute leur quote part et portion qui leur parvient de l'argent qu'a apporté ladite Guilhaumete leur mère et legs que lui a reconnu ledit Jamme BRÈS et aussi leur cote part et portion de l'argent qu'avait ledit Jamme BRÈS a donné Guilhaumete veuve de Gualhac GUARNIE leur aïeul tant parvient deparst (?) que autrement.
Ledit Claude BRÈS disait et affirmait le contraire, et disait qu'il a payé et servi pour ladite Guilhaumete sa mère ... plus qu'elle n'a apporté en sa maison pour son testament que autrement.
Famille CARAVIELHE - ARBOSSE
Mariage : avant 1546 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, Anthonia Baptême : avant 1528 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Elle est différente de celle mariée à Guilhem Brès
Décès : après 1545 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE

Retour à la page principale

|-----CARAVIELHE, Père (Sosa 43076) 
CARAVIELHE, Glaude (Claude) (Sosa 43164)
Naissance : avant 1486 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : avant 28 février 1530 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
cf Testament de sa femme Catherine
Famille CARAVIELHE - ARBOSSE
Mariage : avant 1506 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
      |-----ARBOSSE, Jean (Sosa 86788) 
|-----ARBOSSE, March (Marcelin) (Sosa 43394)
|-----???, Jeanne (Sosa 86789)
ARBOSSE, Catherina (Sosa 43165)
      |-----TIBAUD, Guillem (Sosa 86790) 
|-----TIBAUD, Jacqueta (Jacoba) (Sosa 43395)
|-----N, Buxeria ??? (Sosa 86791)
Naissance : avant 1474 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE,de Saint-Jean-de-Fos
une des deux soeurs Catherine est en 1532 veuve de Estève DELATREILHE
Décès : après 1541 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Testament : 2 septembre 1526 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) CARAVIELHE, Pierre, son fils
L'an de l'incarnation du seigneur 1526 et le2/9 , prince François [1er], sachent que Catherine, veuve de Claude CARAVIELHE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, non aliénée, mais saine ; pour elle ; de bonne foi ; avec cet instrument ; a donné par donation qui est dicte en faveur de noces à Pierre CARAVIELHE, son fils légitime et naturel, ici présent, à savoir la quatrième partie de tous ses biens meubles et immeubles, où qu'ils soient, ...? en faveur dudit futur mariage avec la déjà nommée Cécile, et par ce que ils lui plaisent et lui plait ; donnant, divestit ; investit , a promis ; renoncé ; juré ;
De quoi les actes furent faits comme dessus, en présence et témoignage que dessus. Et de moi Guilhem de LA FABRIE notaire royal.
AD34 II E 63/55 f° 39 v° - image N° 63-55 079.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Testament : 2 septembre 1526 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1526 et le2/9 , prince François [1er], sachent que Catherine veuve de Claude CARAVIELHE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, non aliénée, mais saine ; pour elle ; de bonne foi ; avec cet instrument ; a donné par donation qui est dicte en faveur de noces et en faveur dudit mariage avec la susdite Esquine à savoir la quatrième partie de tous ses biens meubles et immeubles, ses choses, droits ; et ladite part a donnée à Jacques CARAVIELHE, son fils. A elle que Catherine réserve l'autre quatrième part, l'ayant fait par faveur dudit mariage avec la susdite Esquine, et laquelle chose lui a plu et lui plait.
De quoi, dévêtu, investi, donne ; a promis ; pour quoi ; a renoncé ; a juré ;
De quoi les actes furent faits comme dessus, en présence et témoignage que dessus. Et de moi Guilhem de LA FABRIE notaire royal.
AD34 II E 63/55 f° 41 - image N° 63-55 082.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Testament : 28 février 1530 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(ITEM) CAPMAL, Cézelie, femme de Pierre CARAVIELHE
(ITEM) CARAVIELHE, Pierre, co-héritier universel et général son fils légitime et naturel
(Est témoin) CARAVIELHE, Jehan (Jean) dit vieux , co-héritier universel et général son fils légitime et naturel
(Cité dans l'acte) CARAVIELHE, Glaude (Claude), feu son mari
(ITEM) CAPMAL, Esquine, sa belle-fille femme de Jacques CARAVIELHE
(ITEM) ARBOSSE, Anthonia, sa soeur, femme de Guilhem BRÈS
(ITEM) ARBOSSE, Matheo (Mathieu), son frère prêtre
(ITEM) ARBOSSE, Alaysette, sa soeur veuve de Raymond BARRAL
L'an à l'incarnation du seigneur 1529 et le 28/2, prince François, sachent que comme il n'y a chose plus certaine que la mort, ni chose plus incertaine que l'heure d'icelle, la méritante honnête femme Catherine, veuve de Glaude CARAVIELHE du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève ... fait le signe de la sainte croix ...
... legs pieux de 10 Livres tournois ...
ITEM, a légué ladite testatricede ses autres biens à l'honorable homme Me March ARBOSSE, son frère ... un trentenaire de messes lesquelles tant qu'elle vivra en ce monde et a légué pour ce trentenaire desdites messes 30 gros ...
ITEM, a légué à Alayssette, veuve de Raymond BARRAL, son autre soeur, 2 robes de burel, demi usées ...
ITEM, a légué à Anthonia, sa soeur, femme de Guilhem BRÈS dudit lieu ... 5 sols, avec lesquels.
ITEM, a légué à Catherine alis bessomenes soeur, veuve de Stéphane DE LA TREILHE, par même droit d'institution, 15 sols tournois, avec lesquels.
ITEM, a légué à tous ses neveux et nièces en grande parentèle, à chacun d'eux, 5 sols tournois, avec lesquels.
ITEM, a légué à la honnête femme Esquine, sa bele-fille, épouse de Jacob CARAVIELHE, 2 robes : c'est une tissu de Ysarniach (?) et une gonelle tissu de burel ...
ITEM, a légué à Cézelie, femme de Pierre CARAVIELHE, son fils, 3 deniers tournois, avec lesquels.
ITEM, a légué par droit d'institution à Jehan CARAVIELHE, son fils légitime, 40 Livres tournois et une robe, cotte de burel, payable :
le jour qu'il contractera mariage en face sainte mère église, 10 Livres tournois, solutions continuant ... et que ne se puissent accumuler, avec lesquels.
En tous ses autres biens, meubles et immeubles, présents et futurs, ses héritiers universels a fait et de sa propre bouche a nommé Pierre et Jacques CARAVIELHES, frères, ses fils légitimes et naturels, par parts et portions égales ; substituant si un d'eux mourait sans enfant ou enfants procréé ou procréés de son légitime mariage, de l'un à l'autre.
Exécuteurs de son âme a fait Jehan ARBOSSE et Jehan DEPYNE 5DELPY) dudit lieu, et a légué à chacun d'eux 5 sols tournois pour leurs peines ...
Les actes furent faits dans la maison de l'héritier Glaude CARAVIELHE? en présence et témoignage des sages hommes Guilhem OLFACI, Jacob OLIER? Jehan FABRE plus jeune, Anthoine JOURDAN, Durand VITALIS, Michelan BARRAL, Guiraud BAUZONET dudit lieu habitans, témoins dans les lieux nommés, appelés et requis. Et de moi Jehan VITALIS notaire.
AD34 II E 63/60 f° 74 - image N° 63-60_074.jpg - traduit du latin par JJ Massol
Les 3 enfants du couple CARAVIELHE - ARBOSSE 
CARAVIELHE, Jamme (Jacobi) (Jacques) dit Vieulx (Sosa 21582)
× CAPMAL, Esquine (Sosa 21583)
° avant 1506 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE,de Saint-Jean-de-Fos - †entre 17 août 1583 et 1586 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
CARAVIELHE, Pierre (43164-2)
× 1526 CAPMAL, Cézelie (21620-6)
° avant 1507 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † avant 7 juillet 1552 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
CARAVIELHE, Jehan (Jean) dit vieux (43164-3)
× 1541 BRESSE, Anthonia (Anthoinette) (22304-B2)
× 1577 SOLLIÈRE, Françoise
° avant 1521 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE,de Saint-Jean-de-Fos - †entre 10 janvier 1590 et 1592 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE

Retour à la page principale

BLAQUIÈRE, Michel Baptême : avant 1432 à Aniane,34150,Hérault, FRANCE,d'Aniane
Décès : après 1452 à Aniane ???,34150,Hérault, FRANCE
Famille BLAQUIÈRE - ARBOSSE
Mariage : avant 1452 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, Catherine Baptême : avant 1435 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 1452 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE

Retour à la page principale

|-----ARBOSSE, Père (Sosa 173576) 
ARBOSSE, Pierre (173576-4)
Baptême : avant 1430 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 1462 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
Profession : habitant Montpellier en 1462
Famille ARBOSSE - X
 
Les 2 enfants du couple ARBOSSE - X 
ARBOSSE, Jehan (173576-4.1) Baptême : avant 1452 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 1452 à Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE
Profession : habitant de Montpellier en 1452
ARBOSSE, Guillem (173576-4.2) Baptême : avant 1452 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 1452 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE

Retour à la page principale

ARBOSSE, Isabeau Décès : après 1685 à Gignac ???,34150,Hérault,Diocèse de Béziers,FRANCE

Retour à la page principale

|-----FABRE, Durand
FABRE, Barthélémy
|-----N, Jehanne (Jeanne)
Naissance : avant 1475 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Décès : après 1504
Testament : 7 février 1495 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1494 et le 7/2, prince Charles ... sachent tous présents et advenir ... que en présence de moy notaire public et tesmoings nommés ci-dessous, en présence et audience se sont présentés et personnellement constitués le sage homme Durand FABRE et Hermessens, veuve d'Anthoine MEGANI, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos,
tous deux ensemble et ... sans aucune machination mais de leur bonne, pure, simple et spontanée volonté, pour lui et ses hoirs et futurs successeurs quels qu'ils soient, de bonne foi etc... avec ce vrai, présent et public instrument maintenant et au futur fermement valable et qui ne peut être révoqué, ont donné et donnent ... à leur fils Bartholoméo FABRE, fils dudit Durand, et neveu de ladite Hermessende, ici présente, et pour lui et ses hoirs et futurs successeurs, solennellement stipulante et recevante, à savoir tous et chacuns les biens meubles et immeubles, présents et futurs ... pour sa vie tant seulement ...
laquelle donation, cession et rémission lesdits Durand FABRE et Hermessens donateurs ont donné audit Bartholoméo FABRE, fils et neveu, présent et comme dessus stipulants, par amour de dieu et en faveur d'amour filial ... desquels biens lesdits donateurs se sont dévêtus ...
Faict audit lieu de Saint-Jean-de-Fos et maison d'habitation dudit Durand FABRE, en présence et témoignage de Durand SAUREL, Raymond DURAND, Raymond DESTANG dudit lieu habitans, témoins dans les lieux préxsents et appelés. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire.
AD34 II E 63/21 f° 46 - Image 63-21_055.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL
Testament : 30 avril 1519 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(raccordement non prouvé) titre seul
AD34 II E 63/50 f° 12 - Image 63-50_023.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Compromis et arbitrage: 25 avril 1504 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1504 et le 25/4, prince Louis [XII], sachent tous et chacuns présents et pareillement à venir que comme débat, question ou controverse fusse mû ou au temps à venir, se espére admoyre plus grande, par et entre
Florete, veuve de Hugues FABRE habitant du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, agissant et demandeur, d'une part,
ET Barthélémy FABRE, fils légitime et naturel de Durand FABRE aussi habitant dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, défendeur, d'autre part.
Pour ce que ladite Florete exposait et alléguait que quand il fut en ce monde Pierre PASTOR, son père, encore vivant avait eu 4 fils ou enfants, à savoir Mathieu PASTOR, Jehan PASTOR, Hermessende et elle-même Florete ; et ledit Pierre PASTOR, dans sa dernière volonté ou dans son dernier testament avait fait et constitué son héritier universel ledit Mathieu PASTOR, lui substituant que en cas que le susdit Mathieu PASTOR décèdât en état de pupillarité ou autrement sans enfant ou fils a institué et substitué ladite Hermessende ; et en cas que ladite Hermessende décédât sans enfant, lui a substitué ladite Florete. Et comme ledit Mathieu PASTOR était décédé en état de pupillarité, et sans enfant, ladite Hermessende lui a succédé dans ces biens.
Ensuite, ladite Hermessende décéda sans enfant ou fils. Et ainsi, elle demandait ladite Florete les biens substitués qui étaient la moitié de la part ainsi divisée constituant l'hérédité.
De plus, elle disait , exposait et alléguait plus loin ladite Florete que après la susdite mort fut intenté un procès entre les susdites parties dans la cour ordinaire du lieu de Saint-Jehan-de-Fos ... appel en la cour royale de Gignac ...
Mais ledit Barthélémy FABRE disait le contraire. et assertait et disait que ladite Hermessende fit son dernier testament et sa dernière volonté et fils ledit Barthélémy son héritier universel.
De plus il disait, exposait et alléguait le susdit Barthélémy FABRE que à la mort dudit Mathieu PASTOR ces biens furent divisés entre les soeurs elles-mêmes et n'importe laquelle a eu sa part, et ainsi il disait et alléguait de venir ...?
FINEBLEMENT, lesdites parties, voulant venir à bonne paix et concorde et ledit Barthélémy FABRE procédant aux choses ci-dessous, de licence et autorité dudit Durand FABRE, son géniteur (père) ici présent, laquelle lui a donnée et donne, pour lui et ses hoirs et futurs successeurs quels qu'ils soient, de bonne foi, et sans aucun dol et quelconque fraude, avec ce vrai, présent et public instrument maintenant et au futur fermement valable et qui ne peut être révoqué, les parties ont compromis devant moi Durand SAURELLE, notaire dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos en tant qu'arbitre arbitrant et négociateur à l'amiable ce qu'ils ont fait toute la présente journée, donnant et conférant lesdites parties licence et autorité et mandat exprès et général sur les questions et débats susdits ...
Les actes furent faits au lieu de Saint-Jehan-de-Fos, en présence et témoignage des sages hommes Jacques BRÈS plus vieux, Arnaud MARTIN, habitants dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, témoins dans les lieux présents et appelés. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire.
AD34 II E 63/26 f° 202 - Image 63-26_408.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Famille FABRE - ARBOSSE
Contrat de mariage : 7 février 1495 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1494 et le 7/2, prince Charles ... sachent tous présents et advenir ... que comme a été contracté mariage par paroles de présent et accompli en face de sainte mère église, et consommé par copulation charnelle, par et entre
Bartholoméo FABRE, fils légitime et naturel de Durand FABRE et Jehanna, mariés décédés, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, d'une part,
ET Marguerite, filhe légitime et naturelle de feu Bertrand ARBOSSE et Guilhemette, mariés, mariée de présent à Guilhem DELEUZE dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos.
Et comme est de coûtume et ordre légal de tout temps observé que mariage ou union ne se fasse sans constitution de dot et verquière, quant à la partie des femmes, pour supporter les charges du mariage. Pour ce, le sage homme March ARBOSSE, père dudit Bertrand ARBOSSE décédé, et aïeul de ladite Marguerite, avec ce vrai présent et public instrument ... pour elle et ses hoirs et futurs successeurs ... de bonne foi sans dol ou fraude quelconque, a donné, donne, constitue et assigne en dot et au nom de dot et à cause de dot, à Marguerite, sa nièce [=petite-fille] et Bartholomeo mariés, ici présents, et pour eux et ses hoirs et futurs successeurs quelqu'ils soient ... à savoir la somme de 10 Livres tournois, la Livre valant 20 sols tournois, et une cotte tissu violet de France, montée.
Et pour tout droit et portion compétant à ladite Marguerite ou à l'avenir pouvant lui appartenir en biens paternels, maternels et fraternels, sauf le droit de succession et les legs de la dite dot dudit March qu'il a promis de payer auxdits mariés, ici présents, fermement stipulants et recevants, selon les termes, solutions et payments suivants et écrits ci-dessous,
à savoir, de jour en jour ladite cottetissu de France garnie, et à la fête de carême prenant prochain venant en une année, l'année cependant révolue et complète 10 sols tournois ; et ainsi, chaque annéeà la dite fête de début de carême 10 sols tournois , jusques et quant ladite somme soit entièrement finie de payer. Et que les payments ne se puissent accumuler dans le payement de ladite dot ...
Et lesdits mariés tiendront et possèderont ladite dot tant qu'ils vivront matrimonialement, copulants. En vérité, s'il arrivait que ledit mariage soit dissout par la mort de ladite Marguerite, que dieu ne permette, que ladite dot parvienne à leurs enfants, s'ils en ont, et s'ils n'en ont pas, à celui ou à ceux pour lequel ou lesquels la dite Marguerite aura donné ...? ou ... aura laissé en son dernier testament, avec cependant pacte entre les parties valide et solennellement écrits ...
ledit Bartholomeo sera tenu de reconnaître ladite dot pour la rendre et restituer si lieu de restitution advenait, que dieu ne permette etc...
ITEM, est de pacte ... que la honnête dame Guilhe, mère de ladite Marguerite, épouse dudit Guilhem DE YLICE (DELEUZE), donnera à ladite Marguerite mariée audit Bartholomeo pour les droits, choses et actions en ses biens présents ou qu'elle pourrait avoir à l'avenir, à savoir 10 Livres tournois et une sienne gonelle tissu rouge de France garnie ...
ITEM, est de pacte que moyennant la dot dessus constituée, ladite Marguerite quittera tous les biens, droits, choses et actions maternels, et les remet à Jacques DELEUZE, fils de ladite Guilhemette
ITEM, est de pacte que ladite Marguerite quittera tous les biens paternels et fraternels, et les remet à Jehan ARBOSSE, son frère, absent, moi notaire ...
ITEM, est de pacte que ledit Durand FABRE, père de ladite et honnête dame Hermessens, veuve Anthoine MEJANI dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, donneront les deux ensemble audit Bartholoméo FABRE, leur fils et neveu ici présent, et comme dessus fermement stipulant et recevant, en faveur de noces, à savoir la moitié de tous ses biens meubles et immeubles, présents et futurs, choses, droits et actions régis usufruitiers pour leur vie seulement ...
ITEM, est de pacte ... que la dite Hermessens, outre la moitié de tous les biens dessus donnés audit Bartholoméo FABRE, a donné en supplément et augment de dot et faveur de noces, à savoir 10 Livres tournois etc...
En un an, une Livre tournoi commençant cependant du jour des noces desdits Bartholoméo et Marguerite mariés. Et que les payments desdites 10 Livres tournois ne se puissent accumuler dans les payments.
ITEM, est pacte que les enfants dudit Durand FABRE, seront mariés tant des biens donnés que reçus.
ITEM, est pacte que ledit Bartholoméo FABRE sera tenu de reconnaître la dot constituée par Guilhemette , épouse de Guilhem DELEUZE dans et sur tous ses biens, et les rendre et restituer si lieu de restitution de dot advenait, que dieu ne permette.
ITEM, est pacte ... que le sage homme March ARBOSSE et Raymond ARBOSSE, frères dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, quittera et de présent quitte tous les biens, droit, chose, et actions que de présent possède ou à l'avenir peuvent avoir dans les biens de feu Pierre PASTOR dudit lieu ...? de ladite Hermessende MIGANI tant..? et eus ; et ceux-ci remettra et de présent remet à ladite Marguerite, épouse dudit Bartholoméo FABRE ici présent, et pour elle et ses hoirs et futurs successeurs, fermement stipulant et recevant ...
Fait audit lieu et maison dudit Durand SAUREL, en présence et témoignage des sages hommes Raymond DURAND, Raymond DESTANG dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos habitans, témoins dans les lieux présents et appelés. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire.
AD34 II E 63/21 f° 44 - Image 63-21_053.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL
      |-----ARBOSSE, March (Marcelin) (Sosa 43394) 
|-----ARBOSSE, Bertrand (43394-1)
|-----TIBAUD, Jacqueta (Jacoba) (Sosa 43395)
ARBOSSE, Marguerite (21705-A1)
|-----CLAUSE, Guilherma (Guillemette) (Sosa 21705) 
Naissance : avant 1478
Testament : 7 février 1495 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
L'an de l'incarnation du seigneur 1494 et le 7/2, prince Charles ... sachent tous présents et advenir ... que en présence de moy notaire royal et tesmoings nommés ci-dessous, s'est présentée et personnellement constituée la honnête dame Guillemette, épouse de Guilhem DELEUZE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, procédant aux choses ci-dessous de licence, autorité et exprès consentement dudit Guilhem DELEUZE, son mari ici présent, fermement stipulant et recevant, voulant et expressément consentant et licence, autorité maritale à faire la donation ci-dessous ...
sans dol ni machination quelconque, mais de sa bonne, simple, pure, libre et spontanée volonté, pour elle et ses hoirs et futurs successeurs quelsqu'ils soient, de bonne foi,sans aucun dol et quelconque fraude, avec ce vrai, présent et public instrument maintenant et au futur fermement valable et qui ne peut être révoqué, a donné, donne par donation pure, simple ... dite entre vifs et en faveur de noces à Marguerite, sa fille et de feu Bertrand ARBOSSE, et épouse de Bartholomy FABRE, fils de Durand FABRE ici présente, et pour elle et ses hoirs et futurs successeurs, solennellement stipulante et recevante, à savoir 10 Livres tournois et une gonelle tissu rouge de France montée, et ce pour tous droits qu'elle a ou peutv avoir au futur dans ses biens maternels, , sauf par droit et legs de succession,
lesquels 10 Livres tournois et robe nuptiale a promis de payer à ladite Marguerite par payments et termes et sous et avec conditions etc ...
Les actes furents faits ... dans ledit lieu de Saint-Jehan-de-Fos et maison d'habitation dudit Durand FABRE, en présence et témoignage des sages hommes David SAUREL, Raymond DURAND, Raymond DESTANG dudit lieu habitans, témoins dans les lieux présents et appelés. [Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire].
AD34 II E 63/21 f° 45 v° - Image 63-21_055.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL
Quittance dotale: 7 février 1495 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(Présent) FABRE, Barthélémy, son mari
(Présent) DELEUZE, Jaumes (Jacques), son frère
(Cité dans l'acte) ARBOUSSE, Jehan (Jean), son frère
L'an de l'incarnation du seigneur 1494 et le 7/2, prince Charles ... sachent tous présents et advenir ... que en présence de moy notaire royal et tesmoings nommés ci-dessous, s'est présentée et personnellement constituée la honnête dame Marguerite, épouse de Bartholoméo FABRE, filhe légitime et naturelle de sage homme Bertrand ARBOSSE et Guilhemette, mariés, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, procédant ladite Marguerite aux choses ci-dessous, de licence, autorité, volonté et exprès consentement dudit Bartholoméo FABRE, son mari ici présent ... et autorisant, et licence et expressément consentant ... sachant et attendant le sage homme March ARBOSSE, aïeul, et Guilhemette, épouse de sage homme Guilhem DELEUZE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, le jour présent et auparavant avoir constitué à plein la dot, contente comme a dit de ladite dot , non séduite, subornée ni autrement ... mais de sa bonne, simple, pure, libre et spontanée volonté, de bonne foi, sans aucun dol et fraude quelconques, pour lui et ses hoirs et futurs successeurs quels qu'ils soient, avec ce vrai, présent et public instrument maintenant et au futur fermement valable et qui ne peut être révoqué, a quitté et libéré tous ses autres biens paternels, maternels et fraternels ... avec pacte de ne rien de plus demander, sauf cependant pour ladite Marguerite ladite dot les droitsd de succession et legs ; et lesdits biens paternels a cédé et remis à Jehan ARBOSSE, son frère ... absent, moi notaire public [partiellement effacé et papier manquant page suivante] ...
... les biens maternels à Jacques DELEUZE, son frère, ici présent, comme dessus stipulant et recevant ... DELEUZE absent, a donné, donne, cède et remet [papier manquant] délaissé a promis et ainsi l'augment de la dite dot ? au susdit Jehan ARBOSSE et Jacques DELEUZE, ses frères, stipulants comme dessus inter...? lesdits biens, choses et droitsfaire avoir, tenir paisiblement et posséder en paix. Et de ces personnes ...
Les actes furent faits dans ledit lieu de Saint-Jehan-de-Fos , et maison d'habitation dudit Barthélémy FABRE, en présence et témoignage de Durand SAUREL, Raymond DURAND, Raymond DESTANG dudit lieu habitants. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire royal public de Saint-Jehan-de-Fos
AD34 II E 63/21 f° 47 - Image 63-21_056.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL

Retour à la page principale

ARBOSSE, Père (Sosa 173576)  
Famille ARBOSSE - X
 
Les 4 enfants du couple ARBOSSE - X 
ARBOSSE, Jean (Sosa 86788)
× 1425 ???, Jeanne (Sosa 86789)
° avant 1405 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † après 1 avril 1463 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, André (173576-2)
× 1442 BELLY, Bernarde
× ???, Maria
° avant 1425 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † après 18 mars 1462 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, Pierre (173576-3)
× ???, Maria
- † avant 1444 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, Pierre (173576-4) ° avant 1430 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † après 1462 Montpellier ???,34000,Hérault, FRANCE

Retour à la page principale

      |-----ARBOSSE, Père (Sosa 173576) 
|-----ARBOSSE, Jean (Sosa 86788)
ARBOSSE, Raymond dit plus vieux (Sosa 43684)
|-----???, Jeanne (Sosa 86789) 
Baptême : avant 1442 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(raccordement effectué basé sur son testament qui cite son frère March ARBOSSE et à son testament).
Pour la notion de "plus vieux" voir l'explication à la naissance de son frère Raymond
Décès : après 1514 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
PASUN DOUBLON AVEC SON FRERE RAYMOND
Testament : 24 juin 1503 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(ITEM) ARBOSSE, March (Marcelin), son frère
(Témoin) DURAND, Jehan, prêtre
(ITEM) ARBOUSSE, Jacquette, sa filhe légitime et naturelle épouse de Jacques DURAND
(ITEM) ???, Astrugue, sa belle-fille épouse de son fils André
(ITEM) HÉRAL, Florete (Flore), sa "nièce"
(ITEM) ARBOUSSE, André, héritier universel et général son fils légitime et naturel
(ITEM) N, Jehanne (Jeanne), son épouse
(ITEM) ARBOSSE, Johana (Jehanne ; Jeanne), sa filhe légitime et naturelle épouse de Jehan ERALLE
L'an de l'incarnation du seigneur 1503 et le 24/6, prince Louis [XII], sachent que ; comme rien ; pour ce, le sage homme Raymond ARBOSSE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève, sain ; bien que ; voulant ; a fait le signe de la sainte croix en disant etc...
... nombreux legs pieux ...
ITEM, a légué ledit testateur de ses autres biens par droit d'institution et hérédité à Jehanne, sa fille légitime et naturelle, et à Jehanne, mariée épouse de sage homme Jehan ERALLE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, 60 Livres tournois, outre la dot par lui constituée en son mariage, payables par les termes et payments suivants :
à savoir du jour de sa mort en un an, l'an cependant révolu et complet 5 Livres tournois ; et dudit jour en un an autres 5 Livres tournois ; et chaque année au dit jour 5 Livres tournois ; les payments devant continuer et que ne se puissent accumuler ...
ITEM, a légué ledit testateur par même droit d'institution à Jacquette, sa filhe légitime et naturelle et de ladite Jehanne, et épouse de Jacques DURAND du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, 60 Livres tournois, outre la dot par lui autrefois constituée , payable selon les termes et payments suivants :
à savoir du jour de la mort dudit testateur en un an, l'an cependant révolu et complet, 5 Livres tournois ; et dudit jour en un an autres 5 Livres tournois ; et chaque année au dit jour 5 Livres tournois ; les payments devant continuer et que ne se puissent accumuler jusque ; avec lesquels et dot ; ainsi que.
ITEM, a légué ledit testateur à la honnête dame Jehanne, son épouse, une olivette et champ ensemble joignants, situés en la juridiction de Saint-Jehan-de-Fos et tènement des Combals, confronte ...
ITEM, a légué ledit testateur à ladite Jehanne, son épouse, nourrie, vêtue, chaussée, selon la possibilité de ses biens, honnêtement dans sa maison d'habitation, et a voulu qu'elle soit maîtresse, seingeuresse, et usufruitière etc...
ITEM, a légué à Astrugue, sa belle-fille et épouse de André ARBOSSE, son fils, 3 Livres tournois.
ITEM, a légué à March ARBOSSE, frère dudit testateur, dudit lieu de Saint-Jehan-de-Fos, 2 Livres tournois, et une robe burelle ...
ITEM, a légué à Florete, sa "nièce", fille de Jehan ERALLE et Jehanne mariés, dudit lieu, une fûtaine payable le jour des noces ou autrement de jour en jour ...
ITEM, a légué à tous ses neveux et nièces dudit testateur, à chacun d'eux, 5 sols tournois.
En tous ses autres biens meubles et immeubles, présents et advenir, son héritier universel a fait et institué et de sa propre bouche a nommé et appelé André, son fils légitime et naturel et de ladite Jehanne, épouse dudit testateur.
Et en cas que ledit André décèderait sans enfant procréé de son légitime mariage ... substitue sa soeur (?) ... substitue lesdites Jehanne et Jacquete, les filles dudit testateur, par égales parts et portions, ou aux siens ; et si une d'elles décédait ou autrement en cas que lesdites Jehanne et Jacquete décédaient sans enfants procréés ou procréés de leur légitime mariage, leur substitue separ...? ou les siens.
Ses exécuteurs ; les sages hommes Jacques DURAND et Fabien ANDRÉ et lègue à chacun d'eux pour leurs travaux et peines 5 sols tournois ...
Les actes furent faits dans la maison dudit testateur et dans la cour dudit, en présence et témoignage des sages hommes Me Jehan DURAND, prêtre, Bartholomeo DE BUXO, baille, Guilhem DELEUZE, Fabien ANDRÉ de Saint-Jehan-de-Fos, Jacques DURAND dudit lieu, Me Amans FERALD, notaire royal, Jehan BOSQUET cordonnier du lieu de Montpeyroux, Jehan BEDOS du masage de Locu francisto, juridiction de la Blaquière habitant, témoins dans les lieux présents, appelés et requis. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire.
AD34 II E 63/37 f° 33- Image 63-37_034.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Quittance dotale: 1496 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Trouvé dans le relevé des notaires de Saint-Jean-de-Fos, mais le registre est illisible car papier mangé par les rats !
AD34 II E 63/21 f° au crayon 110 - Image 63-21_116.jpg - traduit du latin par JJ MASSOL
Famille ARBOSSE - N
Contrat de mariage : avant 1474
N, Jehanne (Jeanne) (Sosa 43685) Naissance : avant 1457
Décès : après 1514
Testament : 12 décembre 1514 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
(ITEM) BARRAL, Blaise, exécuteur de son âme (raccordement non prouvé)
(ITEM) ARBOSSE, Raymond dit plus vieux , son mari
(ITEM) ARBOUSSE, Jacquette, sa filhe légitime et naturelle
(ITEM) ???, Astrugue, sa belle-fille
(ITEM) ARBOUSSE, André, héritier universel et général son fils légitime et naturel
(ITEM) HÉRAL, Jean (Héralh), exécuteur, son gendre
(ITEM) ARBOSSE, Johana (Jehanne ; Jeanne), sa filhe légitime et naturelle
L'an de l'incarnation du seigneur 1514 et le 12/12, illustrissime et sérénissime prince notre maître Louis [XII], par la grâce de dieu roi de France régnant, sachent que comme il n'y a chose plus certaine que la mort, ni chose plus incertaine que l'heure d'icelle, en conséquence, la honnête dame Jehanne, épouse de sage homme Raymond ARBOSSE, du lieu de Saint-Jehan-de-Fos, diocèse de Lodève,
saine ; bien que ; voulant ; a fait le signe vénérable de la sainte croix en disant : "au nom du père, et du fils, et du saint-esprit, amen" ...
... legs pieux 10 Livres tournois ...
ITEM, a légué ladite testatrice par droit d'institution à Jehanne, sa filhe légitime et naturelle et de Raymond ARBOSSE, épouse de sage homme Jehan ERALLE dudit lieu 60 Livres tournois outre la dot que lui a constituée avec Raymond ARBOSSE, son mari dans lesquels pactes pris par moi notaire sur l'an et jour en iceux contenus, payables lesdites 60 Livres tournois à savoir : du jour de ses funérailles en un an, cependant révolu et complet, 5 Livres tournois ; et de ce jour en un an 5 Livres tournois ; les payements continuant et que ne se puissent accuumuler ; jusqu'à ; avec lesquels et dot l'a faite son héritière particulière ; ainsi ;.
ITEM, a légué à la honnête dame Jacquete, sa filhe légitime et naturelle et dudit Raymond ARBOSSE et épouse de sage homme Jacques DURAND dudit lieu par droit d'institution, à savoir 60 Livres tournois outre la dot que lui a constituée avec Raymond ARBOSSE, son mari dans lesquels pactes pris par moi notaire sur l'an et jour en iceux contenus, payables lesdites 60 Livres tournois à savoir : du jour de ses funérailles en un an, cependant révolu et complet, 5 Livres tournois ; et de ce jour en un an 5 Livres tournois ; les payements continuant et que ne se puissent accuumuler ; jusqu'à ; avec lesquels et dot l'a faite son héritière particulière ; ainsi ;
ITEM, a légué ladite testatrice, au sage homme Raymond ARBOSSE, son mari, la moitié de sa maison avec tous part...? située dans la juridiction dudit lieu et tènement de la Sesquière ... le fait seigneur et usufruitier de tous ses biens tant qu'il vivra en ce monde. Et après sa mort qu'il les remette à l'héritier qu'il fera.
ITEM, a légué à la honnête dame Astrugue, sa belle-fille, épouse de sage homme André ARBOSSE, son fils, pour les services ...son olivette située dans la juridiction dudit lieu et tènement des Forres ...
une autre olivette située dans laite juridiction et tènement du Lanado, confronte ...
pendant sa vie seulement, et après la mort de ladite Astrugue, veut ladite testatrice que parvienne et remette à son héritier ci-dessous ou à son héritière.
ITEM, a légué ladite testatrice à tous ses neveux et nièces ... à chacun d'eux 2 grosses.
ITEM, a légué ladite testatrice, par amour de dieu, à Marie, épouse de Guilhem BOSQUARY dudit lieu une sienne robe tissu de burelle, à la volonté de son héritier.
En tous ses autres biens meubles et immeubles, noms, voix, droits et actions, présents et advenir, son héritier universel a fait et de sa propre bouche nommé André ARBOSSE, son fils légitime et naturel et dudit Raymond ARBOSSE,
substituant en cas qu'il décéderait sans enfant ou enfants procréés ou à naître de son légitime mariage, lui substituant lesdits Jehanne et Jacquete , ses filles légitimes et naturelles, par parts et portions égales.
Ses exécuteurs Me Blaise BARRAL, vicaire et Jehan ERALLE, son gendre, et leur a légué à chacun d'eux pour leurs peines et labeurs 5 sols tournois ...
Les actes furent faits dans la chambre de ladite testatrice, en présence et témoignage de Me et sages hommes Blaise BARRAL, vicaire, Pierre COMBACAL, prêtre, Jacques DURAND, Jehan ERALLE, Jacques BRÈS, Bertrand LARGUÈSES, Guilhem JULIAN, Laurent DOMENGE dudit lieu habitans, témoins dans les lieux présents, appelés et requis. Et moi Guilhem DE LA FABRIE, notaire.
AD34 II E 63/46 f° 115 - image N° 63-46_232.jpg - Photos de Françoise EMONDS-ALT - traduit du latin par JJ MASSOL
Les 3 enfants du couple ARBOSSE - N 
ARBOUSSE, André (Sosa 21842)
× 1494 ???, Astrugue (Sosa 21843)
° avant 1474 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † entre 1515 et 1517 Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOSSE, Johana (Jehanne ; Jeanne) (43684-2)
× HÉRAL, Jean (Héralh) (Sosa 21572)
° avant 1479 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE,de Saint-Jean-de-Fos - † entre 11 mars 1521 et 1528 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
ARBOUSSE, Jacquette (Sosa 89079)
× DURAND, Jamme (Jacques) (Sosa 89078)
× DELALA
° avant 1499 Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE - † après 1520

Retour à la page principale

      |-----ARBOSSE, Père (Sosa 173576) 
|-----ARBOSSE, Jean (Sosa 86788)
ARBOSSE, Raymond Plus Jeune dit plus jeune (86788-2)
|-----???, Jeanne (Sosa 86789) 
Baptême : avant 1442 à Saint-Jean-de-Fos ???,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
lequel est le plus jeune ?
Le plus jeune est marié avec Jacquette selon le testament de son père Jehan ARBOUSSE fait en 1462. Mais dans la base, il y a son frère Raymond ARBOUSSE qui est marié à Jehanne (acte vérifié) peu avant 1474.
Le scénario serait que Jehan ARBOSSE fait un legs à Raymond ARBOUSSE plus vieux qu'il voit peut-être devenir prêtre (donc pas marié en 1462). Ce Raymond plus vieux se serait marié avec Jehanne après 1462 et avant 1474.
CQFD
Décès : après 1462 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE
Famille ARBOSSE - N
Contrat de mariage : avant 1462
N, Jacquette  

Retour à la page principale

ARBOUSSE, André Naissance : calculé 1621
Décès : 9 février 1627 à Saint-Jean-de-Fos,34150,Hérault,Canton de Gignac,FRANCE, âge : 6
Aucun détail sur l'acte.

Retour à la page principale